Et Broadway? Et Orphée?

août 18, 2010

La réforme soi-disant nécessaire,pour faire croire qu’il n’y a pas autre chose comme pour faire oublier en divisant en touchant aux points sensibles .
Ce sont les banquiers qui dirigent le monde,depuis qu’une signature a été faite pour empécher que les états frappent leurs monnaies et fassent des crédits par la banque nationale des pays.,c’est à dire puissent pretter sans demander des intérêts qui les arrangent,en plus du reste qui les avantagent.Revalorisation des salaires,des métiers,solidarité financière,au lieu de concurence avide des secteurs,complémentarité,au lieu de la supprématie privilégiée de la grande distribution,qui détruit et rend impertinent(parcours longs,sinueux),enfourbe le sens de la qualité de vie et des qualifications,des compétitivités et des performances de petites et tpe,moyenne en quoi l’esprit du sens disparait.
A partir du fait que les rapports qu’ont les principales entreprises avec leurs finances son encore plus de l’ordre de la récupération et de l’utilisation pour la spéculation et les marchés boursiers,qui leur servent à manipuler des capitaux qui sont d’origine des contribuables,ce qui est plus évident pour les organismes financiers ds assurances par exemple que certains voudraient gratifier en plus du marché libre de devoir remplir soi-meme sa caisse retraite,afin que les gens ne retrouvent leur argent ni celui ci l’économie réelle encore plus le cas que ça n’est déjà ,il s’avère impossible d’adhérer à un mépris collectf,que d’autres n’hésitent pas à nommer suicide colléctif,de » collecter »!?Libre-échange des marchés financiers des métiers en actions.
.Le sens de l’économie,le Président est leur clergé,depuis qu’ils ont le pouvoir.Le seul moyen est de les reprendre de haut:de faire un pole économique qui puisse pretter aux états,aux territoires,régions ,localités.Car leur vue est le profit,ça me semble évident,en même temps qu’ils profitent de la dé-moralisation,aléthéïa!Quand un patron gagnait dix fois plus que les salariés ça allait,on pouvait accepter qu’ils fussent lotis en fonction de leur capacité à manager un domaine où les autres ne se mouillaient pas,ou qu’ils travaillaient beaucoup,qu’ils avaient des responsabiités,etc,on pourrait ajouter le sens de l’économie,les risques,énumération que je cesse là.Nous savons trés bien que l’organisation de l’économie est un rouage,qui guide le système par ce qu’il demande comme équation,mais le monopole de ce qu’on voudrait penser indépassable,est proche de la problématique qui s’est avérée être celle qui avait englobée le Parlement en 1830,à l’aulne de la colonisation,c’était,dans la situation où il ne siégeait que trés peu d’humanistes (de ceux qui demandaient l’amnistie des communards comme unique solution pour cesser les conflits),je dis cela dans le sens où ,persuadés qu’ils étaient de l’avant,ils n’apportèrent pas la nuance des choses,et ne firent cas que d’eux mêmes,gros d’eux mêmes.Dans le sens qui fait qu’Il n’y a pas de quoi être impressionné par le nombre de ceux qui sont alignés à l’opération libérale,que le nombre ne fait pas le développement durable,malgrès l’enthousiasme.creuser la banquise pour retirer des ressources naturelles maximums…Un G20 sur les finances mondiales?Ont-ils évoqué ces idées?Si toutes les priorités qui sont inversées où le tas d’argent est employé dans de grandes dépenses qui n’ont pas la valeur de l’utilité,étaient mises au service du bien commun,du renflouement de la dette,au lieu de renflouer des banques qui devraient réouvrir sous un statut différent garantissant leur profession sans exploitation,mais vous me diriez que l’armement est si nécessaire qu’il est précieux…précieux pour le prodigue,proche de l’avide,le désordre,l’intempérent;comme il faut inventer une progression parrallèle des comptes en banques commun en meme temps que les actions augmentent en direction actuellement des bénéfices ultra personnels chapeautant tous plan d’enrichissement minimal que le commun des mortels est en droit d’attendre et dont les gouvernements sont en devoir de se faire les corrélats naturels et élus par l’entité de droit.Pour le bien commun,comme la clause de compétence des colléctivités térritoriales.L’argent qu’ils revèrsent sert à faire de nouveaux grands stades,à surpayer des vedettes,à programer des publicités qui ne servent même pas le préstige de ce qu’elles veulent induire,(l’estime avant le dopage était meilleure)mais pour ce qui est du Monde réel…Le système est tellement éloigné,par les habitudes prises dans les passes droits constants et multipliés,que ça parrait courrant,mais c’est antihumanité,opportuniste,et par les méthodes humiliantes autant que les résultats:le bouclier fiscal est en quéstion comme les stocks-option une fois que les intérêts ont eu cours,les prises de tous bords effectués!Et afin de nous faire croire que c’est ce qu’il y a de plus convainquant ou contraint,en vue d’en arriver à gagner une victoire sur les retraites,comme pour tout,le champs des médias,l’écrasement des térritoires,et autre,la domination devient une maladie généralisée,sur ce qu’il y a de plus précieux:les rased,les pensions handicapées,les assistant(es)scolaires,maternelles,pour qu’on se dise que jamais ils ne feraient ça si ce n’était pas une obligation absolue,qu’ils n’auraient jamais une cruauté pareille!Dans la réforme, ils semble avoir un esprit d’équité quand on les entend penser à admettre de prendre en compte certains métiers plus difficiles que d’autres,mais la ruse serait si ils manigançaient ça pour moins donner à ceux qui auraient travaillé moins longtemps:c’est pour ça qu’ils se targuent de prendre en compte les maladies ou les usures liées au travail,pour trouver où l’état pourrait récupérer des sous!L’évidence est qu’il n’est pas possible de se dire que les nombreux exemples ne permettent pas de penser que c’est suffisant!Les principes qui pourraient être discerté qui sont mis à l’écart,comme si ce point par point n’existait pas,comme des mesures exeptionnelles en temps de crise,ce qui n’a pas été fait.Ce n’est pas que tous soient uniformisés,mais que les techniques immaterielles puissent l’être,elles qui n’ont pas de vie ni de coeur,les caisses de fonds de retraites remplies par les gens pour se mettre en sécurité,qui servent à spéculer,ou qui sont inutiles!les solutions pour ressentir les charges qui sont remplacées par des valeurs concrètes,dans les disproportions.C’est comme pour l’industrie qui doit être au service de l’homme,et non pas le contraire ,au service de la bourse,virtualité ,ou de la chimie,physique.Inclure toutes les couches de société dans le meme fonctionnement moral,ou traitement,qui n’ont pas à subir le non droit:comportement illégitime aux yeux du droit de l’autre-un libéralisme feignant de ne pas avoir à faire exister autre chose.Dans une sensation de justification il y aurait une division des sociétés.Le chantage de l’excuse des délocs est actuellement détourné d’une solution intelligente,comme d’avoir droit à la localisation dans un autre pays au titre de filiale sous condition ou en ayant l’obligation de partir des bases du droit cohérent.La déstabilisation de l’économie ne pourrait servir de pretexte,comme on a pas à profiter d’une faille pour faire des remaniements dont tous le monde sait la manoeuvre délétère.En leur laissant ce droit actuel,ce n’est pas que leurs intérèts qui fonctionnent,mais c’est le détriment dans lequel ils entrainent les autres qui épouvante.Comme la calomnie sur les professeurs,ou l’atomisation focalisant le monopole,dans le focus Napoléonnien,qui pourrait être qualifié d’avoir fait un coup d’éclatpublicitaire pour attirer à lui les opinions,lorqu’il a planté des arbres,alors qu’il faisait son coup d’état.Ce qui est le pouvoir de la droite augmente ses prétentions,ses mécanismes,comme si la force du pouvoir donnait le droit à l’injustice.Aristote résèrvait comme cela aux politique des droits particuliers,ce qui a été condéscendant dans l’époque actuelle,ce que la rénovationn du PS semble indiquer comme une évolution à faire auprés de la Doctrine Politique en elle-même?qui a une facilité à se prévaloir de l’héritage GrécoRomain quand ça l’arrange.Puisque les lois sont faites par eux.On le voit tous les jours dans l’écrasement non dissimulé/Nice/rendez vous annulé du président avec la cause la plus grave(Care,organisme contre la faim dans le monde)pour pretexte de rdv avec Thuram,même coup que pour le congrés des Maires,le salon des agriculteurs et autres.Comment ne pas lier une abération exagérée entre les plus gros remaniement et les méthodes de ceux qui sont globalisés?
Le fait de vivre un peu plus vieux devrait être un gain,au lieu d’en tirer profit pour un détriment.Je pourrait faire confiance en des gens qui montrent leur solidarité,comme pour les logements vacants ou autre,en croyant qu’ils ont une éstime pour ce qui devrait être une meilleure vie,mais les démonstrations sont quotidienne de ce qui n’est pas la mentalité attendue pour notre époque, qui a été entrainée dans cette épistémè facheuse,fatigante,hypocrite.On loue la rapacité,la prédation,la tromperie ou le rapport de force,c’est à tout ça qu’il faut dire non,comme l’on fait ceux qui se sont indigné .
La durée de vie qui s’allonge untant soit peu,ça devrait élargir,le temps de la vie,et la santé à l’intérieur:je ne voit pas où ceci a fait ses preuves-le taux de suicide-est ce que c’était la manie de nos ailleux?Il n’y a pas suffisement de temps de recul pour en avoir vérifié les effets-nos enfants nous le dirons,et vu le niveau de pollution,les produits chimiques et les antidépresseurs sponsorisés par les gouvernants,sans compter les ogm,l’écart pauvres-riches,ce sont ceux qui pourront payer qui auront le droit à la santé,ce que justement Barrack Obama a bien vu en modifiant le système de santé pour donner un droit à peu prés sécurisant,et nous,nous voudrions régresser?La santé est à l’intérieur de la vie,dans la distribution des capacités des ménages,d’organiser,de briffer,d’améliorer les conditions de vie,à l’écoute du temps de la vie,dans moins de chomage,plus de partage,le reste ne nous a pas convaincu,surtout aprés autant de manigances,de démonstration de ce qui est grotesque,cupide,violent!Les horaires fixes:une bonne apologie,et non pas l’apologie de la précarité,de l’abus sur les employés,du mépris des ouvriers,des salariés,dans les tours de passe-passe d’embauches de stagiaires le temps d’un coût amoindri,instabilité à cause des patrons qui peuvent vous mettre à la porte quand ils le veulent,moins l’interressement du citoyen contribuable détenteur d’un compte,aux bénéfices auxquels il participe, à la sérenité et la sécurité .Sans compter que la société d’intérèts sans sens commun crée la dévastation,phallo,machiste,déstructurante,pour toutes les couches de la société,à plus ou moins long therme,et même fossoyeur psychanatiques etc.
systèmes allant en direction d’une société marchandise vers la peopolisation ou la focalisation sur une image de l’homme divisant, séparant, précarisant , dans le privilège et l’argent comme moteur absolu. Un Opéra non conventionné. A une époque la ville payait la moitié et l’Opéra l’autre, .Il y avait un directeur qui prenait l’Opéra pour deux ans par exemple. Et il aimait l’Opérette, plus distrayant, divertissant, entre le grand Opéra, sympathique ou proche de la comédie musicale, comme pouvant constituer la vanne des compositeurs, avec l’importance donné à la Mise en scène, qui perpétue dans le temps la reconnaissance d’œuvres par la personnalisation, qui assure la pérénité de la transmission des savoirs. Il n’y a pas que les grands Opéras, et comme pour l’orchestre, ou les Danseurs du Ballet, la tentative de réduire la vie consacrée, l’art et les postes des différents intervenants en faisant venir des gens de Paris surpayés, en ne faisant des affiches que de grands opéras pour une poignée de personnes sans remplir l’animation de préstige par ce qui serait le divertissement de l’opérette et autre, l’ humour, la joie de l’animation et de la vie et la découverte d’auteurs, l’éducation pérenne, au bénéfice du niveau , et de la distinction au respect et à la mémoire de la société, dont les fonds sont récupérés par le théâtre, l’économisassions, le vedettariat, les publicitaires, et non les associations de quartiers, le hip-hop, le skate, ni aux artistes de rue, il ne faut pas se leurrer avec une fausse polémique opposant l’Opéra à l’Art nouveau ou au spectacle vivant! En quoi l’histoire se ferait par le sang versé: parce que ce qu’on aurait pu attribuer au moyen-âge a perduré dans l’histoire et l’histoire moderne ,mais s’il est injuste, comme ça arrive souvent, en quoi ça devrait ressembler sinon à une apologie , à un renoncement, ou pire, à une ambition? En quoi la démocratie dans le libéralisme aurait fait ses preuves pour ne garder que le libéralisme ,sauvage, qui détruit au maximum ceux qu’il déteste, parmi eux, les gauches? les musulmans? les artistes, les penseurs, les intellectuels. Et Broadway? Et Orphée?

                                     Arnaud Savary

Publicités

Quand?

juin 30, 2010

La situation la plus injuste est celle des femmes. D’après le septième rapport du COR en date du 27 janvier 2010 (http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-1276.pdf – p. 43), la retraite de droit propre des femmes s’élevait en moyenne et en montant brut, fin 2004, à seulement 782 Euros, 1011 Euros y compris les pensions de réversion (contre 1617 Euros pour les hommes). Cette inégalité s’additionne à l’inégalité de la vie active : à la même période, le montant moyen des revenus salariaux nets était pour les femmes en moyenne de 1193 Euros (contre 1613 Euros pour les hommes). Ne devons-nous donc pas réfléchir à des mesures spécifiques en direction des femmes, aussi bien au moment de la retraite que pendant la vie active ? C’est à elles que s’adresserait prioritairement la proposition d’une fixation garantie du minimum de pension s’approchant du SMIC et de la revalorisation des petites retraites. Ne devons-nous pas aller encore plus loin pour elles : notamment en luttant contre les emplois précaires dans le cadre d’une réforme du travail, en sécurisant les réversions pour les femmes en situation de divorce, et en instaurant de nouvelles pénalités pour sanctionner les inégalités de salaire à travail égal ?
 
LES FEMMES SONT LES PEUPLES 
  

Pour nos freres & soeurs qui meurent chaque jour en PALESTINE La Liberté est un droit , La Palestine réclame son droit ♥♥

3 juin, à 17:30 Ils font là un grave amalgame,une insinuation,en mettant un musée de la shoa perpétrée par les nazis,à l’endroit d’un lieu Sacré,pour faire confondre deux entités différentes,mais un reproche étant fait aux musulmans dans l’insinuation..

 

tempsreel.nouvelobs.com
11/08/10 Cet ancien cimetière musulman à Jérusalem-ouest se situe sur un terrain où le centre Simon Wiesenthal pour la recherche des criminels nazis veut édifier un mus&eacut

    Esprit de résistance .élocution de Juillet
Dans la réaction Nationaliste qui met en proie les pensées différentes, donc fasciste, évinçant dans un premier temps les conceptions modérées, celles des gens en langage de la définition du Patriotisme, de l’attachement à des valeurs de droits de l’homme, inclues dans la société des nations, dans le conseil supérieur ,fondé sur la Déclaration Universelle des Droits de l’homme et du Citoyen, et dans la pratique de l’égalité, de la tolérance, de la liberté, celle de penser à un système fondé sur les principes de bien commun, d’une certaine forme d’organisation et de communication entre les êtres, édifiant la fraternité et le regard qu’on porte par un esprit des lumières dont l’éducation est le ferment et le fait de savoir que l’action en prédateur, l’iniquité, l’incitation ou la direction de la barbarie et de la haine ne sont pas de la qualité de cette notion qui escompte la Dignité, que tout être bienveillant, bien pensant, en l’occurrence du bien fondé, a le devoir de savoir maintenir le seuil de dépassement de cet ignorance issue d’instincts vains, comme une tare dangereuse, ou de ne pas en faire usage comme dans le mépris, la négation de l’autre, dans la direction du Nihilisme décadent hitlérien à la moralité répressive contraire à la vie en séquestrant le bien publique, et les solutions qui peuvent en émerger, par une droite définitive dans son concept tel qu’il fut pratiqué par la France antihumaine dans l’inscription de Vichy à manœuvrer, à composer avec le tyran pour livrer les patriotes aux trains de la déportation par la Gestapo. Ceux qui se livrent à ce jeu Nationaliste ou anti démocratie, anti fondements de la nation de bien fondé, de bien commun, dilapidant les services inhérent au bien de la société, sont des malades qu’il ne faut pas laisser agir, ils corrompent tout, font des collusions entre les finances pour gouverner , et font peser les charges sur le peuples alors que les passe-droits qu’ils ont fait aux hautes finances, pour ne citer que les remboursements de dividendes et autres, qui sont opposée à des retraites dignes ,sont pareil à la violence répressive, et l’Etat qui n’est plus de Droit, il faut donc les empêcher de diriger le Pays dans la nausée dangereuse qui ouvre la projection fasciste, et conduirait à ses pire effets!! 
 Au père Pissarro,le pèère Hardy(deux peintres) avait demandé »et il vivaient où? »,en parlant des rums(Il irait plus tard leur donner des cours,il était instituteur). »-ils vivaient à gauche,sur la colline ». »-Tu ne tueras point.Tu ne voleras point »…-« Ecris! ».Signe.C’est ton nom.BonjourIbraïm,il a dit,c’était sa première leçon.Il en savait quelque chose,Pissarro,il était du voyage. »mémoire de mon village. 
 

 Pendant vingt ans on nous a trompé,sur un temps où les choses pouvaient se faire à l’époque,(de làla panique),et qu’ils veulent faire maintenant que le systême a profité,en prenant un fil inéxorable il y a 30 peut être.on ne peut pas comme ça avoir voullu partir de ce qui était raisonnable il y a trente ans,je pense que c’est comme si on entendait maintenant les idées d’il y a trente ans,ce qui est flagrant pour la pollution,la violence des quartiers,tous les problèmes que l’on évoque,qui aurait pu,si on ne les avaient pas laisser prendre leur escalade,ce qui se voit bien dans l’agriculture où on a l’impréssion de ne pouvoir absolument rien faire pour enrayer le mécanisme,dont ont tant conscience les paysans-logique,se résoudre?le contexte est différent,il y a eu des évênements et des pollutions,des victimes,puis le térrorisme.Si l’Islamisme est vraiment Honnète,il ne se conduit pas en prédateur,devant la faiblesse imaginerions-nous,ses croyants auraient le libre arbitre dans une suite mondialisée,enfin autour du monde,ce qui est déjà le cas.on ne peut pas faire un amalgame cyclique de ce qui s’est passé à d’autres siècles sur les conversions de forces,appliquée de surcroît par toutes les religions,il n’y a que des variables,les talibans,certaines déclinaisons,mais il ne faut pas confondre les traditions,les formes comme les coutumes de mariages par exemple qui font parti d’autre choses,dont aucun peuple n’est ou n’a été exempt,comme le montre,dans le style une « orientalisation »,la Vierge Marie aussi,le voile,tout ça,confrontée à des antagonismes similaires puisqu’elle a dû s’éloigner avec Joseph,qui remontent au même principe qui est de s’unir.Il ne faut pas généraliser ,confondre le sang des communards et les anti hommes libres qui faisaient des souffres douleurs,comme le souffrent les kurdes,les prisonnier(e)s d’expréssion et de travail social, le sang versé par les communards,les droits violés que s’octroyaient les seigneurs,l’apartheid,ce qui a conduit au bain de sang de la révolution,s’il faut bien repousser la radicalité,qui convertie par la contrainte ,ou dispose du peuple à sa guise pour la boucherie,le fanatisme a plusieurs raisons,il y a la peur due au térrorisme qui peut -être une réponse à la séquéstration insoutenable,la colonisation des pouvoirs,souvent la violence vient quand on ne sais pas s’exprimer autrement »,la violence des suicidés ,pour les agriculteurs ou tous,se fait sur eux mêmes…Par exemple.La violence psychologique;Il ne se peut pas de voir des coupables partout.Ca les éloignent un peu plus d’aprés moi,si on a un pendant » extrème »,quoi qu’ils s’en foutent un peu de notre point de vue là-bas,en même temps ça compte diplômatiquement.Je ne pense pas que c’est comme ça qu’on peut les inciter à ne pas emprisonner() de par une psychorigueur venant d’eux,si les cerveaux sont turpitude,tirraillements,convoitise tromperie,ils sont plus spirituel,moreaux,je dis pas intérressants,je dis pas plus ou moins en-clin à un fanatisme, direct, qui se voit bien, par rapport à d’autres manigances(endoctrinement) compliquées ,et vraiment horrible quand il s’agit de prison,de viol,de torture,d’attaques.La société devrait palier aux manques si elle considère que des nuances « occidentales »(géographique)sont améliorantes,ce qui est édifié en long en large,et en travers,par des siècles d’intélligence,d’humanisme,de littérature,de pensée écrites ,qui se ressentent d’elles même déjà sans  en rajouter,normalement?On aurait assisté à la tentative de faire taire les pensées,les philosophies,que ça ne m’étonnerait pas.Maintenant,je suis à Nice où il y se passe qu’il y a « cent sièges de droite,extrèmement prétentieuse,et trois sièges de gauche,et que » il « autant qu’il n’y en ait pas.Donc le sens du monde du clan des anti pont de la Turquie mais des copains à j’chais pas qui,est l’érreur en puissance.Pas la société,puisque la société ce sont les aides scolaires,les services publiques,les écoles de langues et de cultures,les associations,les volonté de projets de vie,pas les contrariétés multiples. 

Ne me dites pas que notre pays n’est pas capable de faire des réseaux pour faire parvenir de l’eau par des canalisations, de l’électricité : par contre quand des bergeries qui font tout le charme et le prestige et le pittoresque, l’image en…chanteresque aux visiteurs sur le trajet Nice-Marseille, l’homme politique s’en contre carre,si elle ont été déstroyées par des tags alors qu’elles étaient l’image irréprochable de la beauté gratuite, de ces ruines! (à Jean-Genêt,)Il fait des immenses dépenses, qu’il fait passer pour gratuites, mais tout est à l’image de ce qui n’est pas mis en place pour changer ce qui rend le monde,si froid, si métallique,si perfide,ridicule! Lamentable! Le monde à l’image de l’industrie.on refus(ait))de voir l’écologie, et à la place on a une colonisation sioniste, qui joue a être l’image gouvernante, donc on est un dictateur, antidémocrate. Quand on a maltraité des poulets en batterie, ou comme les Rroms ou juifs ou étrangers(selon, ça dépend),on fait croire que c’est permis, banal, après on voit la Courneuve, des enfants ,une femme en ceinte mise par terre, tirés traînés, mal traités, puis Montreuil, et la menace issue de leur inconstructivité, à ceux qui maintenant les accablent, sur des centaines de camps de pauvres citoyens du monde, enfin des humains en perditions, en danger, à qui l’on n’aurait même pas l’intelligence de respecter la proportion de structure de développement à mettre en œuvre, de créer le pays en préservant des maisonnées, des paysages, où on peut faire son jardin, vivre tranquille en communauté. On peut avoir des produits de confort extrêmement élaborés, de gels douches super agréables, de nombreux éléments, qui font une richesse raisonnable, convenant à tout le monde, qui apportent la paix, le respect de soi et des autres, on peut très bien s’en contenter, considérer que c’est suffisant ,qui font dire qu’en cette capacité la surpopulation ne serait pas un problème, ni la sécurité, si seulement il était communiqué les bonnes choses. Ne me dites pas que notre pays
LES MEDIAS N’EN PARLENT QUE LORSQU’IL N’ON RIEN D’AUTRE A DIRE , MALGRES TOUT N’OUBLIONS PAS QUE LES MORTS NE SONT PAS REVENUS A LEUR FAMILLES
LES ORPHELINS RESTE SANS PARENTS LES MAISONS NE SONT PAS RECONSTRUITE LA PALESTINE N’EST TOUJOURS PAS LIBRE LA COLONISATIONS CONTINU
LES PALESTINIENS SOUFFRENT TOUJOURS …
 On ne peut pas dire que ce soit la politique le problème.Le problème c’est qu’internationnalement ils aient le droit ou la possibilité ou le pouvoir d’avancer par,avec,en faisant la corruption,en créant des systèmes politiques pourris, d’idéologies de fausses représentation républicaines,par la corruption, (la campagne… frauduleuse),et ensuite idéologie générale,tout aux grossses  structures, rien d’intelligent,récupération des finances publiques,en même temps que la déstruction de services publiques.
Le monde est un permanent »Au lieu de »
 
Ca empêche les autres de vivre,c’est sûr,les autres idées pour faire un monde de démocratie,de beauté,sont éliminées ,alors que ça devrait être impossible.Par des types qui jouent ,comme par exemple si tu retire des subventions à une soupe …populaire pour faire le puissant idéologique, tu es complètement en dehors de la réalité,pour ton simple égo,pour écraser la gauche,tous les moyens seraient bons,ça n’a aucun sens,c’est irrésponsable,ça touche à des vies,qui ne sont pas le reflêt de ta propre personne,comme des figurants,qui existent en vrai autant que toi!scizophrènie le Livre des morts,traduit contre la foi,sans doute!
 
 
Ce qui est ici en cause, ce n’est plus le débat légitime en démocratie sur la manière d’assurer la sûreté républicaine, c’est l’expression d’une xénophobie avérée. Quelle que soit la légitimité que confère l’élection, aucun responsable politique ne détient le mandat de fouler aux pieds les principes les plus élémentaires de la République, et de désigner à la vindicte des millions de personnes. 
  
  
Un Honnête Président /Dans la philosophieIl faut que nous fassions quelque chose de bien dans ce pays.
Au plus perplexe, car ce n’est pas que ça, on ne leur donne pas d’avoir les valeurs qui les respectent.
Les hommes politiques ne s’intéressent pas à la culture Africaine, musulmane? ni aux gens qui vivent avec leurs rythmes ,leurs pulsions, sauf quand il s’agit de dénoncer un disfonctionnement.
Si ils ressentaient le moindre intérêt pour le respect qu’on leur porte, ce serait peut -être différent; Et je ne vois pas ce qu’il y a de plus intéressant au niveau du proche de la vie, je dirai presque que le reste à côté ne sert à rien, fondamentalement. A quoi bon être là si on ne fait pas ce qu’il y a de plus important, être en paix et connaître le plaisir de n’être pas coupable
Que l‘on préconise de ne pas s‘approcher de ce qui correspond au concept de la secte, ce qui est valable pour tout le monde, et la secte se préoccupe de plusieurs choses: prendre l‘argent des autres, voler leur raison en influençant à de sortes d‘occultismes, et empêchant les êtres de sortir de la sphère pour tuer l‘extérieur, sont des rôles que dans une certaine mesures plusieurs acteurs dans ce monde tiennent sans qu‘on les remarquent même, c‘est un peu le fait de la société en elle-même, de la recherche d‘accession ou de la vie privée.
Dans l’exemple de la burqà, il est assez absurde de vouloir à tout prix se préoccuper de voir le visage d’une personne, si c’était la seule raison de la cabale menée, parmi le nombre considérable de gens à qui l’on peut apercevoir le visage. Comme si on avait absolument besoin de s’en préoccuper. S’il n’y a pas de contrainte,dans le fait d’accompagner son âme d’un vêtement,il y a bien des crimes sur lesquels on fait l’impasse,sur lesquels nous ne sommes pas revenu,et qui étaient l’abaissement ,le fait de posséder l’autre qui n’appartenait pas à ceux qui l’ont fait, perpétré,continué,et en plus,ils ont laminé leur bled,quand ils ont pû,ils n’ont même pas eu la tolérance pour le foulard simple,ils ont humiliés,jamais ne se sont excusé, expliqué,ils ont donc été au bout ,alors,pourquoi stigmatiser plus que de raison.Evidement, on peut .On est assez terrorisé par beaucoup de choses dans la vie. De traiter d’un sujet, en le ciblant, en se focalisant, dans les périodes ,en plus, de l’histoire où les choses sont le plus à remettre en question ,à identifier comme saines, porteuses des bons procédés.Humaine, est une valable cause: pour porter l’espoir d’un traitement dans une véritable justice, de Droits, par la loi, contre l’infamie, qui n’est pas quand même due aux surpopulations, mais aux conceptions variées, mais en fonction du potentiel de sens et de sensibilité, d’émotivité même, pour les gens. Nous ne sommes pas des brutes!Le droit de philosopher, la liberté de conscience, le droit des peuples à disposer d’eux même, comme celui de l’individu , sont balayé dans nos société, où la vénalité permet de participer à une société qu’on admet pas, ou bien le rejet discrimine ceux qui refusent de s’agenouiller devant le système. Cela ne semble pas coopérer de l’idée que seul en pays religieux nous ne pourrions rétablir ces conceptions, mais bien que la nature humaine est dotée en différentes circonstances de ces détournements de l’esprit, et c’est justement contre ceux-ci que la religion au sens pur, a inscrit une certaine somme ,afin de réussir à moraliser l’être dans sa conscience, en une permanente objectivisation d’un point de fuite dans l’avenir, en refusant à tout prix le défaitisme qu’il ne puisse être autrement qu’une humanité pervertie, corrompue, acceptant un jour l’élimination.Pour revenir au sujet qui est le point d’inspiration du départ: je ne crois pas que les êtres aient tant que ça la folie des grandeurs. La joie ,disons le bien-être palpable chez des populations issues de leurs cultures, et qui ont l’impression, le ressenti de les vivre ,en harmonie, prenons la vision de sénégalais se retrouvant avec régularité, à l’extension européènne,camerounaise,congolaise,eurasiennes,ultramarines,métisses,du Maghreb; et bien la normalité de la vie est quotidienne, si tant est qu’ils puissent y voir comme un amour, une fraternité, provoquée par l’amitié ,la tolérance, la discutions, le partage, l’égalité à soi, en tant que soi ,et vers les autres; ce qui sont les véritables valeurs du monde: par lesquelles émergeât d’autres voies d’émerveillement dans la créativité, le raisonnement, le regroupement des idées dans la réflexion et le vécu: l’art de vivre caractéristique d’un état de conciliation avérée car voulue, consentie car remise à la mémoire par le doit d’existence ,par le simple fait de vivre et aussi par ce qu’amène cette admission à la vie par la quantité vivante de ceux qui le conçoivent, tout être bien pensant à peu près capable de relativiser, par une conscience naturellement constitutive à l’esprit humain, de peser les éléments.
La vrai honte de voir que: des gens qui connaissent ,notamment, ce qu’est la décence de la vie, dans le cadre dont on peut dire que chaque être le mérite de droit, étant donné premièrement les facultés que la société a de potentiels pour rendre la planète vivable, étant donné l’évidence qu’un peu de volonté internationale pour le bien des autres et de chacun, amène à la conscience que nous pouvons largement réunir, remplir les fonctions vitales ,humaines ,correctes, pour Tous. Ceux qui n’ont pas les conditions actuelles pour avoir une condition qui réunis le propre de l’homme, la Dignité, sont ce à quoi l’Homme doit s’enquêter sans attendre une heure à s’employer à résoudre par l’exigence de le vouloir en priorité, pour les pays autour du monde entier. Même si les différences existent entre les façons de voir la vie, notamment par l’esprit de croyance qui fait penser autrement ou souvent presque pareillement, notamment dans les religions ,mais je vous invective: Qu’Est-ce que c’est que ces manières, de généraliser, cupidement, grossièrement, d’Effacer le conscient des choses comme pour démolir la tête des gens en écartant des pans entiers de notre société, des réflexions les plus importantes les plus liées à la vie, en les choquant progressivement, par la vulgate politique de bas niveau humain, mental, anti concordant, par le nihilisme économique, écologique ,de rapacité idéologique, Criminel. Dévoyant tout et nous laissant voir les pires saloperies, les souffrances sans nom, dans un monde qui se prend pour l’univers, d’individus faussant la vérité qui est qu’on peut résoudre sans crapulerie des finances répugnantes ,des hypocrisies issues du racisme, de la méchanceté, de l’égoïsme, de la tromperie, de l’inégalité qu’il n’y ait pas un seuil où tout doit être fait pour que l’échelle soit, des ondulations universelles, des notions d’aménagements nécessaire à la vie humaine, qui est mieux à même dans un beaux paysage, en vertu de libertés d’exister, dans un confort qui n’a pas de relativité fixement dogmatique dans la géographie où le mode, comme les cultures sont variables, de la yourte tibétaine, de celle de l’esquimau, de celle de l’Africain réparti, comme chacun, dans le lieu d’habitation.
Un mécanisme Primordial doit être mis en place pour qu’il y ait ces seuils d’égalité, de normalité, de justice, sans quoi toute opération est fausse et nulle. C’est la chose qui compte avant toutes les autres, que la limite universelle soit concordante ,A tous les niveaux.
Le reste n’est que ce qui est en plus.
Toutes les sphères, du marché, doivent être liées à cette idée. Il doit être absolument inconcevable qu’une ville qui fonctionne sur certains paradis fiscaux, pour le tourisme, par exemple, soit couverte de bidonvilles, d’inemploi de la population, dans des concepts inintéressants pour le paysage, où les gens vont sur les décharges pour se nourrir, dans l’insalubrité et la répugnance des voleurs de monde. Les lagunes qui accueillent les riches touristes sont des crasses de bêtise et de haine, des tas de merde comparé au paradis que le monde contient s’il n’y avait pas ses mentalités révoltantes aux point de vues exécrables et entraînant l‘espèce humaine à assister à voir, à penser que ça se passe comme ça parce que ce n’est pas leur psychologie, leur idée, leur sources qui ont été entraînées dans ces façons de se méprendre sur la philosophie, indifférents à peu prés à la mortifère douleur des autres, des enfants, de la Pensée, de la Civilisation.
Ceux-ci, en France, focalisent, s’inquiètent en partie, d’une invasion de certaines notions variables, de recherches de vivre-autrement, de vivre et construire ensembles, sur un pied acceptable, étant donné qu’il est vérifiable que des fonds constitutifs à d’autres formes de volontés, caractérielles, leur gagnant le conscient, dans une reprise d’un être étranger à l’humain, pour ainsi dire, qui se conduit comme ce qui amène une Intention incontrôlable pour eux qui veut son résultat perfide, qui a été assez démontré pendant ces longues années aboutissant et se nourrissant de la crise ,qu’on voit comme il a été mis à l’œuvre dans l’abandon des familles espérances auxquelles on a donné en banlieue des conditions épouvantables de sur enchaînement. Ils s’inquiètent de certains penchants qu’ils arrivent à dé nominer dans un commun rejet de la différence: Personne n’est épargné par leur volonté de toute puissance, ni les employés, ni les ouvriers, ni les aides sociales, ni les professeurs, ni les élèves et les différentes populations qui les entourent ,ni le décors, ni l’entreprise de petite envergure multiplicative, réduite à la réduction pour la priorité de distribution, de médiatisation de masse, de corrélats d’actionnaires dans des actions dé coordonnantes pour l’air, la mer, la terre, les rivières, la vue, l’ouïe, la saveur, l’égalité, la fraternité, la justice, le bien d’ensemble, par le mépris pour les services publiques ,la bonne liberté de l’expression partagée, où les majors globalisateurs croissent en fusions, en remaniement scandaleux, destructifs, inappropriés, dénigrants et délétères, écrasant les niveau de vie , écrabouillant les idées de la vie, les projets, les potentiels es talents que la technique devraient à l’instar de la science, favoriser pour l’amélioration d’un niveau ou on retrouve le droit, l’architecture, littéralement la pensée. Ceci est de l’ordre de l’intelligence du fusionnel entre ce que nous propose la conscience d’être habitant d’une planète, qui, si elle traverse des changements, ne peut pas tomber sous l’excuse que nous ne pouvons lier les valeurs de l’Humain développée pendant les réflexions et ce qui a été Fait. Par exemple, les notions de la démocratie, le respect, l’esprit des lois, comme celles de la fraternité, la capacité de l’être de faire ressortir des potentiels opérationnels qu’il peut mettre en application, ses valeurs qui sont assez évidentes puisqu’elles sont vraies, et permettent à l’in dévidé de progresser vers ce qui le ressource, l’améliore, le regarde, l’intéresse sainement, qui se retrouve ensuite dans la beauté des urbanismes de renaissance ou de type par le savoir faire et l’amour d’exercer sans se forcer, sans prendre la direction de s’abîmer à cause d’un excès de prédation compétitive des concurrences d’un système abusant l’esprit de confiance de l’intention, s’il regarde ce qu’il n’a pas fait, comme étant la plus Primordiale, faire un seuil de justice Planétaire. S’il trouve des problèmes, qui sont gravissimes, pour accéder au logement ou a un type de propriété. Le principe n’est pas le combat. Comme pour des philosophies qui ont tendance à se déliter, le voient dans des théories d’Union des êtres autour du même foyer, ou Religion, si la rigueur n’absorbe pas l’Ouma,tase ou si l’être ne se constitue pas assez par lui-même sa propre réflexion, qui normalement rejoint la connaissance du savoir des autres qui l’assistent dans une communauté de compréhension partageable de culture à cultures dans leurs suppléments d’âmes ,dans leurs possibilités de rencontre, de signes de respect, par l’appréciation Humaine dénominative commune,
Mais avant que les Continents se retrouvent entre eux, il faut que les Unions, notamment se retrouvent elles-mêmes;
Nous pouvons dire qu’il est dommage que le manque de gentillesse des cultures entre elles, des Cultures envers elles même à cause des intérêts personnels peu regardant pour le peuple rende tout ce qu’il en est selon leur schéma et leurs plans(La Crise Grecque) ,irrecevable, destructeur de tout le principe, de l’ensemble du procédé, de l’univers à la dimension qu’ils lui donnent. Emprisonnements, frustrations, non-droits, retrait des vies propres à chacun, qui est à eux, que la complétude se souvient à l’être dans la connaissance de ce à quoi il pourrait aspirer, dans un devenir respectueux, réduites, dans les pires cas séquestrées, torturées, laminées,
Souvent carrément, exploitées, obligées, hors des Droits. Dans un cercle vicieux organisé, hargneux, décomposé, pervers ,manipulé pour servir ce contre quoi des Nations, des Peuples se sont élevé, à l’opposé de ceux démontant les structures, les valables pédagogies, remettant dans l’obscurité les connaissances apprises, réalisant l’enfoncement des espoirs connu par l’intelligence de la perception de ce qui devait suivre logiquement, ce qui s’est constitué par le travail générationnel, dans un équilibre qui souvent gardait un respect pour la culture en structurant leur libre-arbitre, et en relation d’un monde, d’une société, d’un milieu trop dur, comme voyant le destin leur échapper à jamais, dans ce qu’ils subirent dans la violence, les promesses non tenues, voyant les générations suivantes dans un milieu stagnant par le non prolongement à laquelle la Pensée par extension pouvait donner lieu au niveau du projet de société à l’économie démocratique. Sans compter l’abstraction de certains de leurs points de vue n‘étant pas de grande réclamation ,leur modeste clameur, même, dans une phase de la pensée, nourrissant peut-être le projet pour soi -même d’accomplir un certain état d’esprit, ce qui est variable autant qu’il y a d’êtres, que le travail forcé ou mal payé, ou aux heures sup, aux charges grandissantes ,met en comparaison, surtout dans un système dérégulé ,privatisant, comparable plutôt à une rigueur qu’on s’impose, ou a un rythme de vie, un rituel sportif ou un acte Artistique ,qui les approchent d’une vision d’eux, ou d’elles, qui n’est pas indifférente à elles, où il peut y avoir le refus par exemple du cas de cycle psychique, et selon que leur idée du monde peut revenir à être vu de toute façon .Pour nous ce peut-être une représentation entrevue, une partie de soi intériorisé, qui existe plus ou moins dans son ombre inclination à ce qu’est la Décision, la promesse à tenir, le sacerdoce. Il y en a bien d’autres, incohérents :vivre dans des villes grises, savoir que les produits chimiques sont monnaie courantes dans la Trahison la plus redondante de l’empoisonnement d’Adam.L’histoire du » père enfantin » outrageant amoral, dont le projet a été pris à la place de celui d’Ismaël Urbain, pour des droits, empêché /le cas de la révolution haïtienne, les mulâtres, qui avaient été affranchis par leurs pères, et qui étaient souvent instruits, voulurent mettre en œuvre la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen en organisant l’abolition de l’esclavage. Mais ils subirent les coups de la contre offensive lancée par Bonaparte pour rétablir l’esclavage. »

ca n’incite pas une société ,à faire même des affaires, ni à gagner un match, ni à rien de

bon. Ce sont des intérêts privés, qui font des barbelés, et l’actionnaire qu’est la localité dans l’histoire, dans ce cas, ils disent que ce sont des intérêts privés que les banques font marcher, qu’elles ne sont pas là pour la société, les banques, et l’actionnaire fait marcher les grosses structures, pour faire tourner l’argent en boucle, entre eux. Pas d’argent, ça ne rapporte pas d’argent, eux non plus! Le voyage du gouvernement aurait du servir à promouvoir la démocratie à ce moment là, plutôt que d’insulter l’homme Africain qui n’aurait pas su rentrer dans l’histoire.

Le Sacrilège soit de ce que l’Homme possède qui le possède, de sentiments, de comportements déviants, qui est les proportions du fait d’exister, dont le cerveau ex croissant par l’historique, l’endoctrinement, à mis dans une direction de pensée, attaché à des valeurs, où c’est par la femme que repose la solution, en une Fidélité Spirituelle, accomplissant une valeur Suprême.
Ce qui pourrait se voir comme possible en fonction des caractères ,que toutes ne pourraient capter deviens l’apanage de l’apprentissage accomplissant la révélation que toutes et tous peuvent rejoindre cette dimension de l’Humain Islamiste accompli qui est comme garant de la Vérité pour cette communauté de Croyants.
Peut-être qu’à l’intérieur de nos sociétés, quelque chose est même augmenté chez celles qui devraient peiner ,à se dire qu’elles vivent dans un environnement très différent , s’attrister de n’être pas dans la communauté plus rassemblée d’un pays encadré ,mais l’Ici leur confère peut être une vue de métaphysique, dans un pays dont ressentir le moderne est plausible.
Mais cessons de ressentir un peu une profonde reconnaissance de ce qu’il y a de précieux en soi, une Sagesse, disons les autres volets ,un degrés commun de rustre virilité, à des maltraitances, la domination douloureuse sur la femme, deuxièmement cette engeance à soigner chez Tous les Hommes à différents degrés et qui acceptent la donne Mondiale ,en persécutant d’une manière ou d’une autre les sujets d’un capitalisme ignoré par l’aliénation et les associations d’idées .
Que l’Homme soit le reflet du monde et ait en lui le Monde, ne me dit pas qu’il soit juste de reporter autant les fautes , enfin, de parler autant pour les critiquer ses femmes entièrement voilées, on entend peu la question de savoir si elles prennent un peu de liberté du vêtement, pas toujours.
En troisième lieu, je m’insurgerai contre le fait que les femmes Musulmane qui portraient le foulard, soient dites par certains comme étant d’une Religion non compatible avec le Pays de France, des Droits de l’Homme, de la Pensée, de la technique littéraire, des Constitutions reconnues et des principes intuitivement presque empathiques. Evidement il s’associe à des pratiques plutôt courantes sur le mariage préparé ,à une certaine association de la communauté ou à un rapport de contrôle.
Mais laissons les Musulmans qui le veulent tranquilles.
C’est plutôt le fait que des relaps traumatisants soient dans les reconduites aux frontières auxquelles on peut associer des idées du fait qu’elles se présentent sous la forme de mises en centre de rétentions dont la durée de l’enfermement s’est étiré comme un haricot toujours plus , ajouté au fait que ces mises en attentes présumées soient contaminées par un enfermement comparable à ceux qui correspondraient à des gens ayant fait du mal, augmenté par la monstrueuse nouvelle qu’il s’applique également à des enfants ,et ,tenez -vous bien, qu’il s’exerce des séparations entre Parents et Enfants ,dans d’autres cas les uns sont au pays pendant que l’autre est renvoyé dans un présumé pays à lui. Souvent ce pays est en guerre, délabré, dans de situations insoutenables ,il n’y a probablement aucun lieu connu, d’attache, de famille. Parfois, ils risquent la poursuite à Mort,…
par Arnaud Savary, mercredi 5 mai 2010, à 09:08

 

mai 5, 2010

Il faut que nous fassions quelque chose de bien dans ce pays.

Au plus perplexe, car ce n’est pas que ça, on ne leur donne pas d’avoir les valeurs qui les respectent.

Les hommes politiques ne s’intéressent pas à la culture reaggae, ni aux gens qui vivent avec leurs rythmes ,leurs pulsions, sauf quand il s’agit de dénoncer un disfonctionnement.

Si ils ressentaient le moindre intérêt pour le respect qu’on leur porte, ce serait peut -être différent; Et je ne vois pas ce qu’il y a de plus intéressant au niveau du proche de la vie, je dirait presque que le reste à côté ne sert à rien, fondamentalement. A quoi bon être là si on ne fait pas ce qu’il y a de plus important, être en paix et connaître le plaisir de n’être pas coupable

Que l‘on préconise de ne pas s‘approcher de ce qui correspond au concept de la secte, ce qui est valable pour tout le monde, et la secte se préoccupe de plusieurs choses: prendre l‘argent des autres, voler leur raison en influençant à de sertes d‘occultismes, et empêchant les êtres de sortir de la sphère pour tuer l‘extérieur, sont des rôles que dans une certaine mesures plusieurs acteurs dans ce monde tiennent sans qu‘on les remarquent même, c‘est un peu le fait de la société en elle-même, de la recherche d‘accession ou de la vie privée.

Dans l’exemple de la burqà, il est assez absurde de vouloir à tout prix se préoccuper de voir le visage d’une personne, si c’était la seule raison de la cabale menée, parmi le nombre considérable de gens à qui l’on peut apercevoir le visage. Comme si on avait absolument besoin de s’en préoccuper. Evidement, on peut .On est assez terrorisé par beaucoup de choses dans la vie. De traiter d’un sujet, en le ciblant, en se focalisant, ans les périodes ,en plus, de l’histoire où les choses sont le plus à remettre en question ,à identifier comme saines, porteuses des bons procédés, humaine, est une valable cause pour porter l’espoir d’un traitement dans une véritable justice, de Droits, par la loi, contre l’infamie, qui n’est pas quand même due aux surpopulations, mais aux conceptions variées, mais en fonction du potentiel de sens et de sensibilité, d’émotivité même, pour les gens. Nous ne sommes pas des brutes!

Pour revenir au sujet qui est le point d’inspiration du départ: je ne crois pas que les êtres aient tant que ça la folie des grandeurs. La joie ,disons le bien-être palpable chez des populations issues de leurs cultures, et qui ont l’impression, le ressenti de les vivre ,en harmonie, prenons la vision de sénégalais se retrouvant avec régularité, à l’extension européènne,cameerounaise,congolaise,eurasiennes,ultramarines,métisses,du Maghreb; et bien la normalité de la vie est quotidienne, si tant est qu’ils puissent y voir comme un amour, une fraternité, provoquée par l’amitié ,la tolérance, la discutions, le partage, l’égalité à soi, en tant que soi ,et vers les autres; ce qui sont les véritables valeurs du monde: par lesquelles émergeât d’autres voies d’émerveillement dans la créativité, le raisonnement, le regroupement des idées dans la réflexion et le vécu: l’art de vivre caractéristique d’un état de conciliation avérée car voulue, consentie car remise à la mémoire par le doit d’existence ,par le simple fait de vivre et aussi par ce qu’amène cette admission à la vie par la quantité vivante de ceux qui le conçoivent, tout être bien pensant à peu près capable de relativiser, par une conscience naturellement constitutive à l’esprit humain, de peser les éléments.

La vrai honte de voir que: des gens qui connaissent ,notamment, ce qu’est la décence de la vie, dans le cadre dont on peut dire que chaque être le mérite de droit, étant donné premièrement les facultés que la société a de potentiels pour rendre la planète vivable, étant donné l’évidence qu’un peu de volonté internationale pour le bien des autres et de chacun, amène à la conscience que nous pouvons largement réunir, remplir les fonctions vitales ,humaines ,correctes, pour Tous. Ceux qui n’ont pas les conditions actuelles pour avoir une condition qui réunis le propre de l’homme, la Dignité, sont ce à quoi l’Homme doit s’enquêter sans attendre une heure à s’employer à résoudre par l’exigence de le vouloir en priorité, pour les pays autour du monde entier. Même si les différences existent entre les façons de voir la vie, notamment par l’esprit de croyance qui fait penser autrement ou souvent presque pareillement, notamment dans les religions ,mais je vous invective: Qu’Est-ce que c’est que ces manières, de généraliser, cupidement, grossièrement, d’Effacer le conscient des choses comme pour démolir la tête des gens en écartant des pans entiers de notre société, des réflexions les plus importantes les plus liées à la vie, en les choquant progressivement, par la vulgate politique de bas niveau humain, mental, anti concordant, par le nihilisme économique, écologique ,de rapacité idéologique, Criminel. Dévoyant tout et nous laissant voir les pires saloperies, les souffrances sans nom, dans un monde qui se prend pour l’univers, d’individus faussant la vérité qui est qu’on peut résoudre sans crapulerie des finances répugnantes ,des hypocrisies issues du racisme, de la méchanceté, de l’égoïsme, de la tromperie, de l’inégalité qu’il n’y ait pas un seuil où tout doit être fait pour que l’échelle soit, des ondulations universelles, des notions d’aménagements nécessaire à la vie humaine, qui est mieux à même dans un beaux paysage, en vertu de libertés d’exister, dans un confort qui n’a pas de relativité fixement dogmatique dans la géographie où le mode, comme les cultures sont variables, de la yourte tibétaine, de celle de l’esquimau, de celle de l’Africain réparti, comme chacun, dans le lieu d’habitation.

Un mécanisme Primordial doit être mis en place pour qu’il y ait ces seuils d’égalité, de normalité, de justice, sans quoi toute opération est fausse et nulle. C’est la chose qui compte avant toutes les autres, que la limite universelle soit concordante ,A tous les niveaux.

Le reste n’est que ce qui est en plus.

Toutes les sphères, du marché, doivent être liées à cette idée. Il doit être absolument inconcevable qu’une ville qui fonctionne sur certains paradis fiscaux, pour le tourisme, par exemple, soit couverte de bidonvilles, d’inemploi de la population, dans des concepts inintéressants pour le paysage, où les gens vont sur les décharges pour se nourrir, dans l’insalubrité et la répugnance des voleurs de monde. Les lagunes qui accueillent les riches touristes sont des crasses de bêtise et de haine, des tas de merde comparé au paradis que le monde contient s’il n’y avait pas ses mentalités révoltantes aux point de vues exécrables et entraînant l ‘espèce humaine à assister à voir, à penser que ça se passe comme ça parce que ce n’est pas leur psychologie, leur idée, leur sources qui ont été entraînées dans ces façons de se méprendre sur la philosophie, indifférents à peu prés à la mortifère douleur des autres, des enfants, de la Pensée, de la Civilisation.

Ceux-ci, en France, focalisent, s’inquiètent en partie, d’une invasion de certaines notions variables, de recherches de vivre-autrement, de vivre et construire ensembles, sur un pied acceptable, étant donné qu’il est vérifiable que des fonds constitutifs à d’autres formes de volontés, caractérielles, leur gagnant le conscient, dans une reprise d’un être étranger à l’humain, pour ainsi dire, qui se conduit comme ce qui amène une Intention incontrôlable pour eux qui veut son résultat perfide, qui a été assez démontré pendant ces longues années aboutissant et se nourrissant de la crise ,qu’on voit comme il a été mis à l’œuvre dans l’abandon des familles espérances auxquelles on a donné en banlieue des conditions épouvantables de sur enchaînement. Ils s’inquiètent de certains penchants qu’ils arrivent à dé nominer dans un commun rejet de la différence: Personne n’est épargné par leur volonté de toute puissance, ni les employés, ni les ouvriers, ni les aides sociales, ni les professeurs, ni les élèves et les différentes populations qui les entourent ,ni le décors, ni l’entreprise de petite envergure multiplicative, réduite à la réduction pour la priorité de distribution, de médiatisation de masse, de corrélats d’actionnaires dans des actions dé coordonnantes pour l’air, la mer, la terre, les rivières, la vue, l’ouïe, la saveur, l’égalité, la fraternité, la justice, le bien d’ensemble, par le mépris pour les services publiques ,la bonne liberté de l’expression partagée, où les majors globalisateurs croissent en fusions, en remaniement scandaleux, destructifs, inappropriés, dénigrants et délétères, écrasant les niveau de vie , écrabouillant les idées de la vie, les projets, les potentiels es talents que la technique devraient à l’instar de la science, favoriser pour l’amélioration d’un niveau ou on retrouve le droit, l’architecture, littéralement la pensée. Ceci est de l’ordre de l’intelligence du fusionnel entre ce que nous propose la conscience d’être habitant d’une planète, qui, si elle traverse des changements, ne peut pas tomber sous l’excuse que nous ne pouvons lier les valeurs de l’Humain développée pendant les réflexions et ce qui a été Fait. Par exemple, les notions de la démocratie, le respect, l’esprit des lois, comme celles de la fraternité, la capacité de l’être de faire ressortir des potentiels opérationnels qu’il peut mettre en application, ses valeurs qui sont assez évidentes puisqu’elles sont vraies, et permettent à l’in dévidé de progresser vers ce qui le ressource, l’améliore, le regarde, l’intéresse sainement, qui se retrouve ensuite dans la beauté des urbanismes de renaissance ou de type par le savoir faire et l’amour d’exercer sans se forcer, sans prendre la direction de s’abîmer à cause d’un excès de prédation compétitive des concurrences d’un système abusant l’esprit de confiance de l’intention, s’il regarde ce qu’il n’a pas fait, comme étant la plus Primordiale, faire un seuil de justice Planétaire. S’il trouve des problèmes, qui sont gravissimes, pour accéder au logement ou a un type de propriété. Le principe n’est pas le combat. Comme pour des philosophies qui ont tendance à se déliter, le voient dans des théories d’Union des êtres autour du même foyer, ou Religion, si la rigueur n’absorbe pas l’Ouma,tase ou si l’être ne se constitue pas assez par lui-même sa propre réflexion, qui normalement rejoint la connaissance du savoir des autres qui l’assistent dans une communauté de compréhension partageable de culture à cultures dans leurs suppléments d’âmes ,dans leurs possibilités de rencontre, de signes de respect, par l’appréciation Humaine dénominative commune,

Mais avant que les Continents se retrouvent entre eux, il faut que les Unions, notamment se retrouvent elles-mêmes;

Nous pouvons dire qu’il est dommage que le manque de gentillesse des cultures entre elles, des Cultures envers elles même à cause des intérêts personnels peu regardant pour le peuple rende tout ce qu’il en est selon leur schéma et leurs plans(La Crise Grecque) ,irrecevable, destructeur de tout le principe, de l’ensemble du procédé, de l’univers à la dimension qu’ils lui donnent. Emprisonnements, frustrations, non-droits, retrait des vies propres à chacun, qui est à eux, que la complétude se souvient à l’être dans la connaissance de ce à quoi il pourrait aspirer, dans un devenir respectueux, réduites, dans les pires cas séquestrées, torturées, laminées,

Souvent carrément, exploitées, obligées, hors des Droits. Dans un cercle vicieux organisé, hargneux, décomposé, pervers ,manipulé pour servir ce contre quoi des Nations, des Peuples se sont élevé, à l’opposé de ceux démontant les structures, les valables pédagogies, remettant dans l’obscurité les connaissances apprises, réalisant l’enfoncement des espoirs connu par l’intelligence de la perception de ce qui devait suivre logiquement, ce qui s’est constitué par le travail générationnel, dans un équilibre qui souvent gardait un respect pour la culture en structurant leur libre-arbitre, et en relation d’un monde, d’une société, d’un milieu trop dur, comme voyant le destin leur échapper à jamais, dans ce qu’ils subirent dans la violence, les promesses non tenues, voyant les générations suivantes dans un milieu stagnant par le non prolongement à laquelle la Pensée par extension pouvait donner lieu au niveau du projet de société à l’économie démocratique. Sans compter l’abstraction de certains de leurs points de vue n‘étant pas de grande réclamation ,leur modeste clameur, même, dans une phase de la pensée, nourrissant peut-être le projet pour soi -même d’accomplir un certain état d’esprit, ce qui est variable autant qu’il y a d’êtres, que le travail forcé ou mal payé, ou aux heures sup, aux charges grandissantes ,met en comparaison, surtout dans un système dérégulé ,privatisant, comparable plutôt à une rigueur qu’on s’impose, ou a un rythme de vie, un rituel sportif ou un acte Artistique ,qui les approchent d’une vision d’eux, ou d’elles, qui n’est pas indifférente à elles, où il peut y avoir le refus par exemple du cas de cycle psychique, et selon que leur idée du monde peut revenir à être vu de toute façon .Pour nous ce peut-être une représentation entrevue, une partie de soi intériorisé, qui existe plus ou moins dans son ombre inclination à ce qu’est la Décision, la promesse à tenir, le sacerdoce. Il y en a bien d’autres, incohérents :vivre dans des villes grises, savoir que les produits chimiques sont monnaie courantes dans la Trahison la plus redondante de l’empoisonnement d’Adam. Le Sacrilège soit de ce que l’Homme possède qui le possède, de sentiments, de comportements déviants, qui est les proportions du fait d’exister, dont le cerveau ex croissant par l’historique, l’endoctrinement, à mis dans une direction de pensée, attaché à des valeurs, où c’est par la femme que repose la solution, en une Fidélité Spirituelle, accomplissant une valeur Suprême.

Ce qui pourrait se voir comme possible en fonction des caractères ,que toutes ne pourraient capter deviens l’apanage de l’apprentissage accomplissant la révélation que toutes et tous peuvent rejoindre cette dimension de l’Humain Islamiste accompli qui est comme garant de la Vérité pour cette communauté de Croyants.

Peut-être qu’à l’intérieur de nos sociétés, quelque chose est même augmenté chez celles qui devraient peiner ,à se dire qu’elles vivent dans un environnement très différent , s’attrister de n’être pas dans la communauté plus rassemblée d’un pays encadré ,mais l’Ici leur confère peut être une vue de métaphysique, dans un pays dont ressentir le moderne est plausible.

Mais cessons de ressentir un peu une profonde reconnaissance de ce qu’il y a de précieux en soi, une Sagesse, disons les autres volets ,un degrés commun de rustre virilité, à des maltraitances, la domination douloureuse sur la femme, deuxièmement cette engeance à soigner chez Tous les Hommes à différents degrés et qui acceptent la donne Mondiale ,en persécutant d’une manière ou d’une autre les sujets d’un capitalisme ignoré par l’aliénation et les associations d’idées .

Que l’Homme soit le reflet du monde et ait en lui le Monde, ne me dit pas qu’il soit juste de reporter autant les fautes , enfin, de parler autant pour les critiquer ses femmes entièrement voilées, on entend peu la question de savoir si elles prennent un peu de liberté du vêtement, pas toujours.

En troisième lieu, je m’insurgerai contre le fait que les femmes Musulmane qui portraient le foulard, soient dites par certains comme étant d’une Religion non compatible avec le Pays de France, des Droits de l’Homme, de la Pensée, de la technique littéraire, des Constitutions reconnues et des principes intuitivement presque empathiques. Evidement il s’associe à des pratiques plutôt courantes sur le mariage préparé ,à une certaine association de la communauté ou à un rapport de contrôle.

Mais laissons les Musulmans qui le veulent tranquilles.

C’est plutôt le fait que des relaps traumatisants soient dans les reconduites aux frontières auxquelles on peut associer des idées du fait qu’elles se présentent sous la forme de mises en centre de rétentions dont la durée de l’enfermement s’est étiré comme un haricot toujours plus , ajouté au fait que ces mises en attentes présumées soient contaminées par un enfermement comparable à ceux qui correspondraient à des gens ayant fait du mal, augmenté par la monstrueuse nouvelle qu’il s’applique également à des enfants ,et ,tenez -vous bien, qu’il s’exerce des séparations entre Parents et Enfants ,dans d’autres cas les uns sont au pays pendant que l’autre est renvoyé dans un présumé pays à lui. Souvent ce pays est en guerre, délabré, dans de situations insoutenables ,il n’y a probablement aucun lieu connu, d’attache, de famille. Parfois, ils risquent la poursuite à Mort,…

voyage dans le temps.

mai 3, 2010

Au coin d’un chant d’oiseau,à un cigare de rue,campé devant une arche,au sortir de l’impasse,je tombais nez à nez avec le résultat de ces longues années :interdit de disposer,à l’aurée de la rue commerçante adjacente,une plaque de praticien,un chevalet d’artiste,annonçant l’atelier.Ne pas sortir les toiles,ne pas faire les marchés,de cette société,ce que j’ai obsèrvé,elle n’a ni queue ni tête.Comment ne pas se demander si ,depuis les remarques du début de la casse,quand ils s’en sont pris à tout dans la syntaxe,sans chercher les causes au malheur pour résoudre,mais en s’en prenant aux causes du bonheur.Je citerai en exemple,les retraits de fonctionnaires,car quelques humeurs avaient du vouloir faire,que les gens billes en tête,les avaient pris en grippe,puis quelque chose comme une reforme: mais parmis l’art de la politique,jamais il ne fût évoqué un certain art de vivre,qui eût pu reformer,améliorer tout le champs opératoire;les projets de vie des profEsseurs qui ont dû faire de longues études,prendre des décisions importantes,oeuvrer pour le pays,projet pour ceux dont je parlait=programme,celui,ce qui nourrit un sombre déssein.POUR EUX LE PROJET DE VIE DE CES GENS DE TOUTE SORTE N EXISTE PAS;Ils n’ont pas,n’ont jamais l’intention de faire du bien,ils pensent aux vacances,aux avantages de vivre en France.Les Français se sentent soit étranger à ce moment,soit ils rejoignent la masse prévue par le Projet.Ils voient ,pour ceux là,en effet,qu’on peut avoir des avantages,vu les écarts qui se creusent,enfin ils croient qu’ils vont en bénéficier,ils se disent qu’ils doivent avoir un rapport avec le bouclier fiscal,le marché qui commercialise,donc ce qui va dans le fait d’accepter SON ATTITUDE AVEC LES AUTRES,FAITE DE CONCURENCE ,d’égocentrisme,les nouvelles sociocultures impolies comme sous-culture,les attitudes barbares,l’individualisme ,l’hypocrisie,le mensonge,la rapacité,les soirées télé,les marchés du dimanche sans dimanche,et cette idéologie leur fait plein plein de promesses,les appâtent,les achètent à coup de promos,de média,de diffusion dans la vogue des boîtes de prods journalistiques couplées et fusionnées avec les manges-tout qui dominent quand ils avalent:parcequ’il y en a qui sont pour ça,même une poignée,ça ne les a jamais dérangé,ça a toujours été possible qu’une nation même soit enrôlée ,comme on enclave le surendéttement des ménages par des banques qui savent faire les profits pour elles,pour les caïdes des affaires,les plus gros actionnaires et dividendaires.Les autres croient pour eux à un minimum qui leur sera revenu;dans ce monde tellement dure,de plus en plus dur,duquel il faut se faire complice,encore concorder alors même qu’on se rappele quand ils pouvaientvouloir retenir les chaînes,commençant sur l’écologie,les zones rurales,les zones tout court déjà qu’on avait engagé à de surpopulations dans un cadre qui n’avait pas été choisi assez oriental et équilibrant l’urbain et la nature,pour que ceux qui y habitaient s’y sentent bien à long therme,comme leurs aînés qui avaient fait des concessions pour un jour,en l’éspérant,rentrer dans une équité,une cohésion,comme Français,que tout rentrerait dans l’ordre,comme la laïcité les acceuillaient,ils avaient quand même le droit à un petit décors leur ressemblant.Il n’y eu  pas beaucoup de mosquées,mais souvent le tapis chez eux avait un sens.

Rien que le mot de discrimination est effrayant.Il s’inscrit dans la même lignée que ségrégation,dévoiement du juste et déviation de la culture par le systême.Ou fausse idée de soi-même,comme celles qui conduisent au rabaissement des femmes,aux façons vulgaires,brutales,de se conduire,pour une proportion,des enfermements,et aussi des tentatives de construire.Des logiques dans les équilibres,comme pour la famille,à caractéristiques variables vis à vis de la pensée,structurellement,selon des mesures entre tradition,acceuil,marche du temps dans la perpétuation,la natalité.Construction:le Langage qui se fait,avec le temps,du générationnel,Rap,entraîné dans une syntaxe sociétal voullu ,et forcé,et interactive,en rapport avec les conditions,et les emergeances,où se retrouve le marché du disque,les étudiants,les aménagements du cadre de vie etc,à l’intérieur d’une idéologie d’économie,où l’inégalité(la méthode ne partage pas en micro-usines ou en droit à l’activité minimum soutenue ,mais finit en périphs ou en blocs),se traduit aussi dans les campagnes,où la désserte n’est pas la même,de la culture aux structures vivantes,et l’agriculture étant prise dans l’idéologie de la production intensive,le chimique,les données périclitent.C’est une autre désertification,solitude.

Leur projet est de faire gagner leur vue,au lieu d’éssayer de s’occuper de la priorité de pensée(si leur rêve est le remaniement de la Poste,la diréction prend la tendance à s’acharner sur un concept dans la globalisation du sens)et les ruralités se battent souvent pour garder leurs écoles,leur potentiels.rpr,udf,gaulisme,dans le clivage,ump,les plus âpres,à chaque fois,qu’on bondissait ,mais encore légers ,ne semblent pas voir le lancement à délimiter en même temps pour ne pas glisser dans l’injustice,lorsque l’avoir sert plus que l’être par favoritisme ,et entèrre.Enfin,la gauche,les socialistes comme les écologistes ,les communistes,se demandaient quand même où l’alimentation dans les écoles allait s’améliorer,si on avait bien compris l’idée,en haut,que mieux vallait avoir des productions ,des usines,des répartitions,que d’aller dans le mur de la suréconomie,et réclamer aux financiers des points de vues humains,des axes articulés,où encore la première mission serait de faire une paix générale sur terre,en érradiquant en premier lieu la misère,la faim dans le monde,les manques,par les Droits acceptables ,les logiques constitutionnelles comme un point d’eau non pollué.

Ce n’est pas buvable,la progréssion,l’exagération s’est faite par l’affaiblissement des victimes,par extention dans la crise ,et c’est l’idéologie trop éloigné d’une philosophie qui n’a pas put faire que cette philosophie soit entière ,dans une dialectique d’idée pour le travail et la vie,par exemple pour les trente cinq heures qui indiquent un sens ,mais écrasé,en contact permanent avec des minimas imposé à cette sorte de politique,qui prend naissance dans un humanisme,seul possible pour le Monde à Venir.

Politique:exercice qui mixe avec des vibrations délicates,en tant de démocratie admise,entre le public et le privé,en temps de crise des abus du capitalisme vénal,mais le coup de mauvaise grâce est quand sont retirées les rémunérations des futures travailleurs en formation d’assistant(e)s sociaux,depuis le retrait des aides aux associations pour rémunérer le renfluement des banques et les dividendaires,complaisament pour les dérives.En parrallèle de l’absence de résolution des causes traumatiques .

C’est pourquoi,je pense avoir à décrire ce qu’il me semble.

Vibration délicate fait penser à sensibilité.Je trouve que pour les âmes sensibles s’abstenir,dans ce monde,sensibles ou pas.Du trafic d’arme,du sang contaminé,de l’influence sur les ésprits de la barbarie du systême ,libéralisme sauvage.

mars 16, 2010

La répréssion des sentiments.
Dans le transfert sophiste,de la réthorique,à la tentative de faire croire que le systême n’aurait pas progréssé autrement dans une vraie démocratie où,peut être la gauche contrairement à ce qu’on croirait que l’on a réussi à lui faire dire,aurait trouvé des écoutes et des sens ,avec le sens, où la pensée de différentes intelligences aurait pu continuer une progression,contrairement à ce qu’on nous influence à le mettre en doute en nous même,ce qui déroute les éléctions,à cause d’une crainte animale dont je m’éforcerai de vous expliquer les conséquences,notement due à des signifiants qui sont assignés à la catégorie de gauche,qui ressortent ensuite,non plus comme le semblant de débat le voullait,mais comme éxtèrieurs,ou en première occasion réactioniste des gens qui ont du croire dans la promesse sur la sécurité qui les bafoue  (Expliquons -nous bien.Ce que l’on peut avoir à prendre comme une attitude quand on est jeunot,qui peut faire parti d’un travail où se truche malheureusement la permanente contradiction des autres ,soit qu’ils soient de vulgaires vauriens qui cherchent toujours à remettre les autres dans de mauvaises conditions comme si c’était leur sport favori ,soit qu’ils aient la clôche obscure qui les fassent penser à de sordides croyances ,comme celle que c’est comme cela ,que le cynisme fait répondre les gens non pas dans ce qui est bien expliqué par le front de gauche,qui fait ressortir une vision du monde constructive,mais dans ce qu’on leur a appris,comme pour obéir à leurs instincts où il faudrait toujours s’en prendre à l’autre dans la vindicte,ce qui prolonge en fait la déstructuration mentale,la casse publique des services psychologiques,come si,impunément,ils pouvaient,de ce que voudrait constituer comme passe-droit aux oligarques de la tyrranie féodale qui se met en place dans la centralisation en même temps,à l’instar des régimes totalitaires,par ‘l’éloignement des services en ruralité de la justice,ou des retraits de fonctionnaires(code civil);(par l’ennui des autres)que la vie serait à soi plus de telle sorte que ça rapporterai ou que nous, dûssions réellement protéger à chaque moment ce que nous faisions en temps que » peintre, »narateur,être voyant et entendant,créativement,comme si nous pouvions comprendre le monde,en témoigner ou le psychanalyser ,être pour son intelligence,et à l’encontre de permanentes attaques d’une provenance mal dérèrminée,que l’on peut prendre pour nos propres contradictions ,tout en détèrminant les grossièretés du monde,comme ce que nous ,rejetons comme facilité ,qui a construit ses propres contradiction,plus ou moins relativisables,d’incertaines traduction de ce qu’on perçoit qui tenterait de ne pas laisser la négativité composer son travail de déstruction,dans la confusion de mentalités désorganisées par l’effet du monde tel qu’il a pu leur être enseigné dans sa prépondérance conflictuelle,piège antinomique dans lequel sont tombés ceux qui n’étaient pas sensé les avoir pour principe.

mars 16, 2010

le jour se lève au zéphir,
le romanesque de Londres
tant d’années dans ces époques troublées à ne penser qu’à une chose qui est tous les détails de réfléxions ‘est dieu qui le fait,pourtant:réstituer une Humanité de Paix
était ce une longue analyse au purgatoire,pour être justifié de l’honnèteté qui décrit que ce que nous sommes ,des êtres de bien capable de faire prendre conscience du respect ,de la cértitude du zahman,d’une époque particulière,où,de la cohésion des styles pacifiés à jour nouveau plus haut que toutes les importances qu’on auraient pu avoir où la femme en route pour la vérité ,déjà par un temps qui progresse si lentement,où plus vers la grâce ou la délivrance pour l’homme et la terre,et le regard modifié par la redécouverte du réspect planétaire,guérissant par la meilleure compréhension de ce qui compte pour l’équilibre ,les meaux qui seront du passé .

février 3, 2010

Je n’ai pas exposé que dans les brocantes.Des fêtes des peintres,par extention,des marchés dans la ville,des expos de groupes de maniféstations régionales,des marchés,des cafés et réstraurants,des expos ventes dans des galeries,des salons internationnal comme au Puits,des salons hypothétiques où je n’ai pas eu les moyens financiers,ou des endroits où j’aurais aimé exposer,qu’on m’a proposé,comme à Mona-Lisa rue de Varennes,au salon de Florence,la galerie à Chealsy à New-York,le salon d’Offenburg,,mais je me suis accompli au salon de la société des artistes indépendants de Basse-Normandie où j’ai été pris à l’unanimité,où j’ai eu un prix,comme au salon des indépendants de Paris,où j’ai été remarqué par des galeries,où j’ai pû invéstir et ce qui m’a rapporté des succés,de reconnaissance et la séléction Drouot où je vous invite à retrouver mon portail,puis des expos « Musée d’Annot »,arrière paysde Haute Provence,où j’ai représenté » le peintre de région » une année, dans le magazine Maison de France,comme lorsque j’avais ma galerie en campagne de Normandie,j’y ai rencontré un colléctif Niçois que j’ai retrouvé à Nice ,aprés avoir habité à la montagne ,avec lesquels je travaille dans les ateliers.J’ai demandé des sponsorings,même des crédits européens,mais c’est un cercle vicieux,il faut remplir des conditions qui sont toujours remises en question par des arguments où l’idéologie politique de l’économie n’est pas le sens de l’être.Le marché libre n’est pas la circulation qu’on peut imaginer.On peut avoir entendu dire qu’il existe des aides de l’Europe qui ne sont pas utilisée,ce qui amène à penser qu’elles pourraient donc servir,il faut déjà être en aide par la région,pour que l’Europe fasse pareil.C’est un peu commpe quand vous voullez vous inscrire à un marché,ils vous disent à la ville d’aller au service des marchés,et une fois au service des marchés,ils vous disent d’aller au service de la ville,Il y a des galeries sur internet,des plates formes ,le reste,sous couvert de ne pas avoir un projet d’entreprise ou d’être un individuel sans projet,vous ramène à la parole du gens-d’arme:vous n’avez qu’à vous inscrire au rmi,et si vous avez tous vos papiers régime d’entreprise,ça ne sert même pas à descendre les toiles dans la rue,c’est interdit,repousse encore plus dans l’individualisme,il n’y a pas de stock-option pour acheter un roulleaux de toile pour peindre,et lorsque tu t’adresse à une Préfécture,on te dis,alors que tu fais un exposé de tout,comme ce que tu proposes pour réstaurer des fresques sur des églises qui se dégradent,vu qu’il n’y a que ceux qui en ont le droit,en tant que réstaurateurs ;en même  temps que c’est évident,pour moi ce n’est pas clair ,eux même, si c’était gratuit pour le patrimoine,le temps que ce soit fait,les murs seraient et sont déjà par terre,où contre un droit de r.m.I,faire travailler des artistes,ça arrive qu’il y en ait qui soit capable comme au temps des corporations,des ouvriers de France?ils te disent que les diplômes sont sérieux et les fresques tombent,d’années en années,c’est sûr que ça coûte tellement cher de les refaire,alors qu’il faudrait quoi,un mois de formation auprés des spécialistes pour savoir quelle thérébentine employer pour les opérations,et comment faire les strilles sur les parties qui sont refaites pour les reconnaître des éléments d’époque,et pendant ce temps là les fresques disparraissent totalement,et l’autre vous dit que surtout,pour avoir des aides pour un projêt,il faut que ça ait du sens.Comme ce qui fait que ceux qui font des études sont déjà conditionné à la condition de pouvoir les financer{à mes amis étudiants qui ne trouvent pas les moyens d’avoir une inscription ou un logement,surtout qu’il ne faut pas compter sur la création d’un systême qui permettent de trouver un équilibre pour mettre en bon usage les logements vacants,ou ceux qui sont gardés par la »république ».C’est sûrement plus sensé d’inciter les gens à la compétition entre les êtres,à l’avidité et à la rivalité ,voir la haine,par laquelle l’ésprit national semblerait vouloir dire pour eux que c’est de cette manière que les gens seront content de bosser pour le pays où ils vivent,ce qui tient des patrons ,par l’impréssion de supériorité,au lieu de créer un code sans discrémination,par le sens de l’intélligence.La focalisation du ministère de l’identité National se retrouve dans la séparation de ce qu’est l’intélligence des culture par le bien qui en ressort,au lieu de stigmatiser par des repproche à des étendars qui ne sont pas pire que le fait de ne pas intérdire les bonus,les dividendes alors que les entreprises qui font d’énormes bénéfices ont le droit de licencier,d’éteindre les lieus de productions au lieu de Devoir les garder même si ils voullaient investir ailleurs,en extèrnalisations,remaniements,délocs,alors on ne risque pas d’être subventionné pour un salon en tant que représentant de la peinture Française pour un salon en Italie,sous le prétexte que « si c’était un projêt qui mètte en contact deux pays ,ça pourrait peut-être »ça veut dire,que si ton chat est blanc on te dit qu’il ne l’est pas,alors s’il fallait avoir un chat blanc si le tiens est noir,ça fairait la paradoxale dicertation sur la centralisation,le vote uninominal,et les paroles de Saint Jean Baptiste: »celui qui vient,je ne suis pas digne de lacer les lannières de ses sandales,celui qui vient ne s’adressera pas au peuple avec l’expréssion hautaine méllée de gentillesse,entouré de son service d’ordre ».Pas un instrument politique du régime,d’appareil.Celui qui grâtifie les aides financières aux banquiers,ou à la plus grande entreprise ,alors là ,évidement,on ne peut rien dire,un si bon patron,mais au fait,il fait tellement de bénéfices qu’il ne devrait pas avoir besoin de se faire accorder des cumuls,mais grâtifier un minimum de corréction avec les employés,dans une politique qui mette l’accent sur un équilibre minimum,au lieu d’insister sur le principe de savoir si ça nous choque ou pas de savoir si les grands patrons gagnent beaucoup d’argent,on s’en foutrait si c’était juste en même temps pour les autres,mais maintenant on fait la chasse aux fonctionnaires pour les empécher d’avoir une stabilité,ce n’est pas ce que j’avais entendu à la télé,où il était dit qu’il s’agirait de réformer pour mieux organiser,pour rendre les choses plus simple,ou disons plus évidentes,comme pour…comme …nîches,renflouements,colléctivités térritoriales,orienter les crédits vers les pme,…on a un an de prime à la casse payé par les contribuables,gar!signifiant qui ressort avec tellement d’effet qu’on croirait une vrai médiation aux ouvriers,un pôle publique financier,qui devraient avoir un pourcentage par l’entreprise,mais alors,quel avantage cette année,et puis ça donne le sentiment de participer à la relance de la production de l’automobile,enfin…l’économie est en jeu ,quel écart avec l’employé ,l’ouvrier actionnaire d’un autre monde…D’un autre monde…où le patron se délocalisant s’il en a le droit,fairait une branche de l’entreprise qui deviendrait indépendante et coopérative,l’ouvrier géstionnaire,et même d’une certaine manière concurente de bon alois,alors,pour avoir un local prétté ou à petit coùt à la place qu’il ne serve à rien,dans cette ambiance..On veut interdire la burqà alors que l’amiante devrait être interdite sur la planète entière,elle a déjà fait 100 000 tombes…mais  les dessous des industries sont comme un véritable bou…bouclier…que les bonus,les licenciements alors que l’entreprise s’en met plein les fouilles,sont un peu dans la focalisation du »ça ne me choque pas »nan?vu le mérite.Voyez -vous avec quelle obstination l’être humain croit qu’il ne peut pas se débarrasser de la notion de pouvoir.Pourvu qu’on ait un Pays,avec des contours,un déssin,Des enfants gatés qui ne prèttent pas leur train éléctrique,matériel sans l’unisson,homme niant la douceur,confondant l’humain avec l’ésprit consacré à l’objet,pour Platon celui qui était en capacité de gouverner devait connaitre le sport(le frère)et la musique(la soeur),(je traduit là d’une manière non exaustive)la posséssivité n’existe que dans les raisons que l’homme s’est donné à lui-même pour gouverner,jusqu’à la totalité,hors la grâce de l’ésprit terrestre et invisible,alors que chaqu’un a une vie qui lui est propre,retirer les aidesz à la petite enfance,t’as pas le droit,c’est pas vrai,dans un contexte de société en souffrance,mû par lesz gros financiers » malintentionnés »,encore,supprimer un poste sur deux,mettre les plannings familliaux en désuétude,en se plaignant de « l’abandon de ses services dans les quartiers pour causes populistes,ce n’est pas vrai,diminuer les rased,quand de l’argent part ailleurs,en disant que c’est pour l’économie,faire payer des impôts sur leur pension aux handicapés,ce n’est pas possible que ce soit vrai.Faire que dans un parti une noire doive se moquer d’elle même au même moment où tu as un rachot,qui te fais une blague sur l’équipe de résèrve,c’est un reste du parti radical  ,hiérarchies Germanico-Romaine?qui a pour seul argument de faire bloc contre,anachroniquement les americains,parce que pour eux le monde est un rapport supérieur inférieur,c’est nul à hier,à l’époque,ça les réunit,car,à la vérité,la seule chose qui soit plus forte que la raison,c’est la folie,comme la violence,la force obtenue par l’absurde au besoin,donc quand on prônait la syntaxe,il y avait suppréssion(des postes)des sentiments.Comme les Romains  quand l’Islam humanise sa pratique envers l’ésclavage.Une femme qui s’émancipe ,tout en respectant un certain niveau de religion,peut être que cela contient un méssage positif à côté duquel on passerait,en fermant au rejet?En A ngleterre pour la Romantique c’était pareil,Le Roi Arthur,et Mac Beth,le montre,les Contes fantastiques de la litttérature Romantique,déchus par la dominance des réthoriciens, des économpistes,dont les manières de déconsidérer les êtres,autant Jésus dans ces vraies lignes que la pastorale en général,à l’instar du chant,de la comédie,de l’opéra,qui ne fut que par les puissants.Dès lors,selon que vous serez puissant ou misérable…Au lieu de construire l’équilibre et la mesure,il y avait écart entre la cause des problèmes dénotés par l’inversement des signifiants de la syntaxe en annonce au service de l’apparence des choses,et l’outrance du côté des possédants,dont la théorie est de faire croire qu’ils s’intérressent aux causes(la théorécie)et au bonheur par le bien du systême,dans la paranoïa,Staline,Mussolini,et Hitler qui voulait se substituer sans doute à dieu,en quoi était une religion,l’opium du peuple,c’était la haine,plutot,oui,un exés de l’Etat.La morale Taoïste diT :les armes sont les instruments du malheur,non pas de la noblesse.L’homme sage conquier contre son grés.tournée en promesse de sécurité,que construit l’organisation politique,le régime,qui ne croit pas au soin des gens,c’est pas vrai,qui prend soin,par les concéssions aux laboratoires pharmaceutiques,des maladies,comme le disait Rousseau, »donnez votre santé au médecin,il vous tue ».Un jour j’ai connu un homme mauvais,pendant 15jour il a fait disparaître le courrier d’une dame,même pas en croyant que Cyranno lui écrivait,de Bergerac,ou de l’exil de la guerre de ceux qui disposaient du peuple sans savoir s’ils avaient maison et famille,déjà dans le sens de l’indifférence totale à ce que peuvent ressentir les êtres,quand une idéologie fait que des propositions de mesures détrimentaires,cachées ou pas,et je pense au malaise des pauvres gens issus de la divèrsité quand ils sont les sujets de l’intérrogation,comme si on les prenaient à parti,sur l’identité,atomisation habituée,dans une société de consomation ,déclin de la puissance synthétique et de l’autonomie de la( puissance)production culturelle,sous l’emprise au niveau de son expréssion,mais à la base ,de sa formation.Installation de la loi du plus fort,et le développement des injustices,associé à une très grande innéficacité économique.Faire l’économie  de quelque chose,c’est en empécher la réunion,l’économie c’est la mesure,le rouage,lequel,si on en casse le langage,la cohésion,se retrouve dans une idéologie mercantile(qui a la passion du gain)=la casse du romantisme de Dante par exemple,qui aurait put devenir un style complêt,reprise par les Grecs et les Latins.La poêtique que je constitue par une sorte de psychanalyse de l’éspace du sens ,au conjoncture d’une analyse phénoménologique.Est-ce que c’est plus facile de faire un centre d’hebergement?Est-ce que ça va mieux pour les humains,pour les femmes?Il y a une vérité,il faut la rendre opérationnelle,c’est tout.Les jeunes dans les prisons qui sont au contact,et les petits de mauvais chemins,avec des brutes épaisses,qu’en dis -tu,qu’ils devraient avoir des chambres séparées,pourquoi le sévice,le trauma qui s’imisse alors dans la souffrance?est ce que je mange avec une communauté de prisonniers?Je sors et vois du monde à certains moments,dans un cadre ,même si ce n’était qu’un jardin,ce serait réparateur,et je ne suis pas prisonnier.Mais il y a cértaine choses qui redonnent la conscience de la conscience morale,et puis d’autres pas;la rigueur hitlérienne pas,la pondération oui.La pauvreté en pensée et la richesse en illusion politique concourent à nous entraîner dans les tragédies et les désastres.L’idéologie cache le réel plus qu’elle ne l’exprime.Amplification et propagation épidémique en tant de crise,tandis que la pratique et la propagation  du sage finira le désordre social.Nous parlons de la même chose:qu’il n’y ait pas de projét qui induise des pratiques indignantes,des abus doctrinaux.Les libéralistes ont bien mis le monde en danger,cette bulle n’est pas vue de la même manière pour les autres que pour eux,ce n’estpas plus admis par les consciences personnelles,quand on entend dire que l’état,pour trouver les 400 000millions qu’il lui faut a deux solution:réduire les dépenses de fonctionnement,ou augmenter les impôts=les gens toujours sollicités,et ceux qui ont le bouclier fiscal,les plus riches,ne seraient peut être même pas mis à contribution ,pour quelle raison démocratique,logique?une société injuste n’est pas plus respectable que ceux qui reprochent tout aux juifs et rien au hamas.Comme quand un délinquant sans intélligence particulière vient agrésser quelqu’un de plus intélligent que lui,ou du fait que c’est une femme,sous couvert séctaire,comme c’est dans l’ambiance une stigmatisation ,l’islamophobie.Chaque personne a ses origine,on devrait vivre ensemble en démocratie sans s’offenser ou s’offusquer les uns les autres,en admettant l’entité de l’autre qui est visible et non dissimulée »tu méttra le chandellier sur le boisseau,et pas en dessous de l’autel ».D’autres affichent bien ce qui tue le monde,ou bien on fait des stades quand des gens ont faim,et l’argent qui est versé aux constructeurs,est -il versé aux ouvriers de la métallurgie,ou de ceux qui ont fait les sièges en plastique;le groupe de btp fait des jardins au moins avec,quand ils ont un chantier?c’est plus facile de construire un énorme stade que de faire un 8 pièces pour femmes battues,et le monde est normal,vous nous prenez pour qui?Les gens pauvres,ils sont forcé de le porté sur eux,comme si on les contraignaient à porter un habit,alors qu’ils ont d’autres capacités,et que parfois si le monde était plus comme ils le voient,ils seraient plus dans une image sociale,que là on les obligent,rabaissement par les signes extérieurs,en rapport avec la malformation du systême,et aussi sa manigance.eh oui,car si la politique avait raisonnée normalement,la priorité aurait été l’interdiction de l’amiant,le remplacement des plafonds,au lieu de ce piège sordide qui a fait 100 000 mort qui auraient pu être évitées!Oui,mais il ne faut pas de morale alors on verse plutôt des dividendes au lieu de faire des actionnaires raisonnables comme la logique de l’invention capitaliste aurait put êTre respectable.Er c’est de la richessequi en émergerait,mais le mur du capitalisme…On ne change pas lesconsciences,sauf que dans une région où il y a une bonne déchêterie tout le monde en est fier par ex.le coût des études ,ils y pensent rarement,les conditions en prison,d’un air hautain,c’est peut être dû au fait qu’on aurait la pensée constituée dans un héritage de les faire souffrir car avant la révolution etc,la casse des services publiques,jamais entendu parler,etc…Ca n’est pas du côté du lyrisme,et si l’on avait été du côté du lyrisme,mais il était en parti voué,comme on le vérrait selon une vision de la divine comédie de Dante,aux ténèbres,de l’idéologie,de la volonté d’être maître des lieus ?Ca travail dans un sens.Le socialistes doivent tous avoir un sens écologiste.Si ce n’est qu’une quéstion de troupe,et pas d’idéologie,ce qui devrait être en tout premier lieu une quéstion idéologiquede connaissance des précepts,avant de stipuler une lutte des partis,poue aller dans la diréction d’une lutte à mener dans un sens idéaliste(pas chimérique irréalisable),qui confirme que même au parti socialiste il y a desdifférences dendegrés de conscience,dont ceux qui se rapprochent plus du libéralisme,comme ceux des écologistes qui se rapprochent autant du paysagisme que de la régulation d’un capitalisme nouveau,dans la finalité est de mener la lutte planétaire dans un sens qui s’accorderait à toutes les formations,dont l’énnemi est ce qui met en danger l’équilibre.Les vainqueurs,disons ceux qui auront émèrgé dans leur identité,sans avoir fait de transigeance qui serait comptable plus que naturelle.Ce qui représenterait la possibilité d’un candidat vert aux présidentielles,en même temps que la politique de soutiens pour un monde transfiguré,changé par le consentement à l’accord proposé des 50 députés au lieu de deux,modifierait la toute puissance des groupes de droites aveuglant le statut in situ et de l’Europe et planétaire;comme au Japon par exemple,ce le fûtLa sécu aurait le déficit comblé par une taxe sur les actions,les mouvements de capitaux.Le bien publique relancé dans le tour de l’économie par la justice d’un taux remis à la base,la clarté.Non seulement le plan de relance s’identifie par le chantage ,et on doit aller  dans une philosophie qui ne soit pas partout le chantage,comme une privatisation de la santé avec les labos,qui préfère une philosophie sponsorisant les médicaments antidéprésseurs.

Alors,qui pourrait dire avant tout la vérité de celui qui sait voir.Voir comme il est délicieux,de voir des êtres avec qui on a aucun problème,comme ses gens,dans la ville,dans les transports en commun,qui montrent une culture différente ,des origines auxquelles elles sont attachées,et dont on a le plaisir de se rendre conscient qu’on n’est pas différent en réalité.Les apparences sont si variées,et se sentir en paix avec des femmes qui ont des foulards qui exprime autant leur sensibilité que la gentillesse qu’elles peuvent prétter à ceux qui sont dans le même lieu de vie,dans le même respect de l’autre,surtout,dans le même droit d’exister,sans prétter à l’autre de mal qui n’existe pas,au lieu de la pensée dont je vous parle.

Un débat qui prend son départ sur l’accusation ciblée sur les femmes est douteux,au départ,ou injuste,non?Alors que si on a quelque chose à leur reprocher,ce n’est sans doute pas leur méchanceté,ni leur violence.C’est ça,c’est ça qu’on doit interdire,dans toutes les sphères,le forçage,la violence,à quoi opposer la paix entre les cultures et l’interdiction de la haine intolérable.On doit parler plutôt du manque de délicatesse,des hommes qui se croient forts,ou des gars mal éduqués,qui se confondent avec la délinquance,les différentes maladies dans le caractère.Il y a cértaines femmes qui sont obligée de la porter par leur mari ou le sens du groupe,la secte,,ce n’est pas forcément non plus un refus de la société,ou des autres,dans la mesure où nous en tant que être qui nous nous prévalons d’une société humaine,chrétienne ou évoluée,nous n’avons qu’à respecter certaines nuances,et comme nous lisons la Bible avec indulgence dans ses passages âpres,qu’il est bon de comprendre en dehors du passage à l’acte d’un extrème apocalyptique,autrement on accompli rien,il faut voir le fait de la communication possible entre les êtres.On ne le remarque même pas quand on croise quelqu’un issu de la diversité ,il parrait normal,compréhensible,de la même manière,que l’identité dans les administrations puisse être montrée,évidement,tout comme il parrait normal de remarquer qu’une musulmane qui a pour amies une juive et une chrétienne,c’es très beau à voir.Si la burqà est déconseillée pour capter le sourire,par moment on dirait que c’est un peu pas la cause au manque de société,qui n’hésite pas à être inconsciente,la société,de l’antipatie qu’elle affiche,et il y a différentes mentalités qui sont le signe sous la burqà,il n’y a pas que l’étendard d’une pratique révoltante,et puis,si c’est dans les ordres de conceptions qui sont parfaitement naturelles,sans qu’il soit quéstion de rabaissement de la femme,non plus,dans des pays Orientaux,c’est le respect de la liberté,des cultures,des civilisations.Il n ‘y a pas que la forme idéale où deux familles se rejoignent pour voir les enfants se rencontrer et vouloir se marier.Si c’est l’image de l’Islam tout puissant qui montre une vèrsion de notre propre société où les mauvais traitements ne sont pas exclusifs à une portion séparative d’un type unique d’ailleurs,qui se caractérise cependant dans le passe droit représentable par le contrôle de la libèrté  incluant une sévérité ramené au mauvais langage,celui qui inflige à l’autre une brutalité,une prise physique,même dans le cadre auditif,une érreur,comme de refuser de voir le médecin comme un praticien technique du devoir professionnel,où il y a un dépassement de ce qu’on peut concevoir,mais peut on ne pas concevoir une éducation où ,tout en éduquant à la connaissance structurelle de la médecine,des parents peuvent emmener les jeunes filles sur la voie  d’une modération,d’un équilibre,disons devant la crainte d’une certaine exagération,d’un exés de ce qu’entraîne la recherche non pas d’un ami dans une histoire correcte,mais à cause de la légèreté des rapports,manque de gentillesse masculine ou désirs -avidité-souffrance,ou manque de confiance,dans une société pas assez innocente qui,à défaut d’être dans l’autre sens,serait dans l’abus « occidentalisé ».En tout,il existe la possibilité de la diréction d’un trop,d’un contre sens pour le bien de la personne humaine.le développement normal et sain doit ramener l’ensemble à une notion d’ unité qui nous environne,et non pas à un égo lunatiques,désireux,sournois.Enfermés dans des vies citadines,combien d’entre nous ne voient pas un brin de paysage,ou bien ne le voient pas en conscience.Combien ne voient pas une aire du paysage d’une méditation,tant ils ont chassé Dieu pour le stade .D’autres ne se séparent pas de leur croyance,c’est évidement ce qui fait la particularité des pays orientaux,dont la loi est issue de la « raison suprême »(la séparation des deux pouvoirs n’existe pas),la loi est issue des principes de l’évidence que l’homme en bon pèlerin connaît),que les hiérarchies obsèrvent .J’en ai mal .Pour elles qui se font se sentir visées,comme des êtres insensibles,persécuté par les prévaricateurs,le stress,la peur,les manières avec les autres,sont à mettre en cause, l’intélligence du sens de la société doit être le fil à l’intérieur,et pas l’incitation à la colère,aux rapports de force,au mépris,ce serait une dynamique meilleure à long therme,il n’y a pas que le profit du produit qui va amener l’activité,il y a l’activité de nos âmes,de notre sens humain,comme pour l’organisation des logements étudiants,sinon on a une société doublée dans l’autre sens,avec des gens qui s’y refusent .Ce qui arrive à Hamlet et Ophélie de Shakespeare,s’il existe un Ruy- Blas ,dans l’histoire avec sa reine,au prise avec la machination de Don-Salustre,s’il existe l’intrigue du Cid de Corneille,c’est bien parce que la manigance existe.Quelle est la spécificité de nos propres principes,plutôt nos pratiques,c’est ainsi que le débat inspire des leçons à soi-même,comme lorsque le profésseur apprend en enseignant.Les pratiques générales des hommes envers les autres hommes,ou est le plaisir d’être différent tout en se sentant pas différents,dans la domination du pouvoir ,des pauvres,des riches,au point d’être à l’hamas(à la masse)on prend la vie de l’autre,alors que les peuples ont le droit de disposer d’eux mêmes,car une fois que l’éléction est faite,le leurre pour lequel on a voté peut disparaître ce qui fait que l’annonce ne fonctionne que dans une République,en fait la république c’est le moment de l’avênement de la république,dans le moment de l’histoire,et évidement tout,la constitution,le pouvoir executif,législatif,les droits de l’homme et du cytoyen,mais après le droit des peuples à disposer d’eux -mêmes comme individu,dans le non séctaire, deviens au grès d’une subjectivité,la divinationqui les faisaient croire  n’est pas toujours inspirée ,et » d’un point de vue litérraire »,si la vie à l’alégorie de cet état de fait est constituée selon l’engeance qui veut atteindre le pouvoir,c’est ainsi qu’apparaît le virtuel du monde financier,des grands groupes,violents,séctateurs,d’où cette quéstion immense:est -ce que c’est la France que les gens veullent vraiment?Aprés le curé,l’instituteur,la poste,le petit commerce,le médecin,le pharmacien,après, avant ,les fabriques,les usines,la paysannerie de source.La manipulation du systême,difficile à définir,mais qui indique des causes à ce qui arrive,en contexte de consomation de masse pour arriver à dominer à tout prix dans les concurences avides par rivalité de prédateur.C’est pareil que des prédateurs écologiques,où est la déontologie,l’éthique.On imagine que des gens voient par leur indépendance,leur univers de droit,qui pour certain s’est arrété au temps du prophète,voient plus le systême organisé de l’intérieur,de la tradition, que de l’extérieur.La quéstion est de savoir ce que ça implique .Ce quipeut devancer l’adjéctif arbitraire,posséssion,arréstation,suppréssion,donc l’emploi de la force pour obliger l’autre.Tandis que de dire qu’on est dérangé par le port d’un foulard est aléatoire.D’aprés moi il faut prendre la personne d’une manière humaine.C’est dans la simplicité en tant que personne authentique qu’elle est telle qu’elle est ,et non pas en changeant ;Elle est une réalité.Elle est représententative de ce qu’elle a comme prise pour elle -même,dans une voie choisie;je ne vois pas pourquoi ça tourne en boucle à penser que ça serait un signe qui aurait le même sens diréctionnel que ce qu’on aimerait pas,l’obligation,la contrainte d’un conduit religieux qui signifierait autre chose que la laîcité ,en fait la liberté,sans que cela implique autre chose dans la sphère des relations de respect et de compréhension des culture,auxquelles une éducation permet de s’y retrouver,sans que cela valle la valeur du communautarisme ou du séctarisme.On devrait plutôt donner la voie d’un monde où ça exluerait autant des pratiques archaîque si c’est à ça qu’on pense que si on en portait pas le signe ostentatoire « qui n’a aucune importance « .C’est le fait de voir les quartiers de façon à ce qu’ils seraient tellement dans leur cas qu’on serait pas à même de s’en préoccuper,d’y faire quelque chose,pour la vie de ces cytoyen populaires qui ne sont pas forcément toujours en train de ramener les choses à leur religion,qui sont des individus populistes,sinon le séctarisme vient de la société dont le systême empêche qu’il y ait un équilibre,de par l’utilisation d’une volonté autant strucurelle que paysagiste,aidant les gens à se sentir plus confortable,par des instalations qui rendent laïque la société,plus humaine.Ca ne doit pas s’associer à une division des sociétés,si on inventait un développement des activités,dans un urbanisme soucieus de la proportion écologique,alors que des fois les éléments du contrat aves le groupe btp passent à la trape dans les promesses de faire en même temps que les bâtiments des éspaces,des parcs,des jardins,des chemins verts de l’école,comment veus-tu vivre dans ces condition?,par exemple que les entreprises,par une logique du devoir par la pensée constructive guidée par l’Etat,fassent des fragmentations de leurs usines pour dissiminer leur totalité dans les térritoires.C’est quand on arrive à se dire que dans la différence on n’a pas de point de rupture particulier que la vie a son sens et son charme;le foulard de ilham moussaïd,on ne devrait même pas le remarquer,comme la couleur de la peau,dans le sens où ça ne devrait pas faire penser à un problème,donc,pour récapituler 1laisser la personne vivre pour ce qu’elle est,et par la suite empécher les érreurs de sens de ceux qui en fairaient des syllogismes,comme ramener par la brutalité l’être à sa propre pensée,trouver à définir un normal partagé,donc parler de laïcité,de la République,du devoir qu’on a de justice et de bien,comme l’utilité des actions,l’inconcevable des bonus autorisé sans condition d’une dignité équivalente pour l’ouvrier(d’un minimum de corréction),l’employé,l’organisation sociale,nepas remplacer un fonctionnaire sur deux quitte à casser le lien social avec cette religion libérale avouée ,en fragilisant à l’extrême les services publiques d’éducation et de santé,en défiscalisant les heures supplémentaires au détriment de l’emploi.Exit la relance pour la consomation pour la majorité des cytoyens

Lorsqu’ils étaient venu pour protéster contre la récupération de fond dans Paris qui soutenait la guerre en Israël,pour des argument tel que ceux dénonçant le fait qu’il y avait déjà 400 enfants de tués,à peine sous l’ argument d’atteindre des cibles du Hamas,ils étaient dissimulés et forcément plus ou moins sous un aspect d’être entré en conflit,bruyement,ce qui a attisé les instincts de craintes de par l’apparence de groupe,sous les keiffiers,succédant une loi sur les cagoules,dans la crainte peut -être d’un mouvement globalisant plus d’un côté hamas antisioniste que pour le peuple,soumis au hamas,dans une stigmatisation de l’Islam avec l’Islamisme de jihad,n’étant plus dissocié dans des proportions,de ce qui s’oppose obligatoirement.Donc,il y eut interdiction de manif et même accusation à tord contre les humanistes,réunis sous l’olivier,et pouvant être dans le « shallah plus que dans le akbar. »Autant éssayer d’être dans le »vrai »,sinon ce n’est pas intelligent.Ils maniféstaient pour empécher l’effet meurtrier de la guerre.S’ils arborent des maniféstations de leur foi,ça n’a rien à voir avec la violence.(ma petite histoire:j’allais regarder les soldes en ville,acheter un stylo,en déboulant à l’angle de la rue pastorelli,je suis tombé en plein dans la manif,où c’était chaud)difficile de dire le valeur intéllectuelle de ce qui est lancé comme parole,dans les moments de tension.La preuve,au moment dans la minute où je suis arrivé j’ai demandé ce qu’il y avait ,quelqu’un m’a répondu »je sais pas ».

Il faudrait deux états,deux pays pacifiques,sans armes.

Ce qui devrait nous réunir est une quètte du jour où l’être humain ne subira pas.

« La violence policière a sévi »lors de la maniféstationdans le sujêt  de la poste,suit la prononciation de l’article 7 (les ordres arbitraires doivent être dénoncé,et les fautif appréhendés)

L’idôle.Non,la déesse,non!la princesse peut-être,qui est en celui ou celle qui l’a trouvé, qui ouvre un centre d’art, »s’autorise » à s’entourer d’un service d’ordre et à n’inviter que ce dont on peut  qualifier de personnes de l’institution fonctionnelle,ou les amis politiques,et non par avis à la population,ce que serait le principe premier de l’affiche,mais c’est leur entière liberté,déjà en tant qu’opération d’officialité,J’éspère que nous ne sommes pas trop stigmatisé dans une catégorie spéciale.Nous autres.pendant que d’autres rejettent le signifiant du bon pour être à tous ,sauf parfois au Moi,nous n’échangeons pas les signifiants au détriment du sens,auquel s’ajoute le langage des volonté diverses,séquéstrant un peu le vrai,une théorécie rendant la normalité au systême qui,comme le précise si je puis me permettre,tout à son honneur,Nicolas Bourriaud dans Beaux- Art Magazine de février,est à l’image de la formidable machine d’autodéstruction mise en place par la société marchande,dont l’implosion mène à ladiffusion mortel de l’ésprit de lucre,de cupidité,de rentabilité,de profit,de prédation,à propos de la gratuité qui n’aurait pas besoin de rentrer dans un rapport de manipulation pour réclamer les choses,pas besoin de traîner l’autre en justice pour aquérir le soin de l’être,dû au mérite et dans la sincérité,plus que dans l’insistance face au murdes rapports de forcesdivisants les sociétés,creusant l’écart des pauvres et des riches,puisqu’en face de tous les arguments se pâvane la mauvaise foi,la mauvaise volonté,le fascisme(la pensée unique),le vol de la vie,la politique de l’infériorisation.Dont l’objectif est d’adapter notre pays aux exigences des grands groupes.Tandis que nous,il y a une école des adultes,alors…

Alors,devant la sacralité de l’art,qui est une notion complexe allant de la pensée intélléctuelle à la consacration morale,plus ou moins séctaire,comme tout,et anti-sectaire,donc plutôt dans l’autisme de la constance,non dominé par la politique,malgrés le fait que tout est politique,et dû au fait d’éléction psychologique au départ,qui fait aspire,si l’être est un monde en soir à nos idées une voie démocratique.

Des prises de pouvoir qui ont bléssé Van-Gogh,exploité M.Jackson,fait s’exiler Otto Dix,qui de Hamlet au Cid,de Ruy Blas à Edmond Dantes,montre que la manipulation existe,dans des stratagêmes qui rendirent « drôle « la vie de Sati,les Nabis,les Poêtes Maudits,les Impréssionistes repoussé au Salon des Refusés,par ce qui tient plus de la nomenclature institutionnelle,et des marchés financiers ou même de l’économie que de l’Académie elle même artistique de l’époque qui est devenue l’institution,écoles d’art,Dracs,Fracs.

Un arbitraire policier qui m’a chassé du marché du cours Saléya,alors que j’avais mes papiers en rêgle,ainsi que mes numéros d’immatriculation au registre des entreprises et comme statut social de l’artiste au répertoire de cotisation à la Maison des Artistes qu’il m’a fallu tant d’années pour atteindre,et que j’avais fait des démarches nécéssaires auprés du service des marchés ,du Commissariat,de la Mairie,que j’étais connu des sérvices culturels,des services de la Caf,du Conseil général,de la préfecture.

Si vous voullez bien,je vais continuer à tenter de retrouver des points qui pourraient aiguiller une traçabilité de mon parcours.

C’est à l’encontre d’une unique vision pragmatique que je préfère parler de moi plutôt que de mes seules participations ,à un listening chronologique,

ainsi,mon oncle vivait à New-York.Sa femme était instructrice de théâtre à Holywood.

Je voyais surtout l’aspect de la maturité de Gabby,ma cousine.Elle était grande,belle,gentille,intélligente,douée.clever.elle avait de long cheuveux blond,elle savait déssiner,elle m’appelait sweethart,je me souvenais .pretty girl.

Ensuite,je pourrais décrire le monde imaginaire ou qui venait par images dans mon ésprit,elles étaient aussi lointaines et vivantes que le temps qui est en fuite.elles se présentaient comme des peintures aux mille personnages.C’était mouvementé,spacieux.elles m’accompagnaient,de loin en loin ,dans les miroirs d’eau dans les flaques,à la petite école quand j’étais revenu aprés avoir été malade.Par la fenêtre,dans le ciel,dans l’air ensoléillé,dans les couleurs des arbres,des écureuils imaginaires,avec des traînes d’avions pour queues.

34 Années plus tard une galerie Parisienne me propose d’exposer à Chealsea,New-York.

La aussi,il a dû y avoir un retrait d’un poste sur deux.

novembre 19, 2009

Imaginons qu’il faille s’éduquer un peu.Le mieux pour un artiste serait de visiter les lieus de l’art.La bonne parole est de rencontrer les artistes,ou encore,de les connaître.
La notion de temps n’existe pas vraiment.On cotoie en partie les artistes que l’on étudie,pour lesquels on se passionne,on s’imprègne d ‘une écriture,on tombe amoureux d’un auteur,ou bien on aime létat dans lequel ça nous plonge.Par exemple lorsque j’ai visité l’exposition de la fondation Maeght,j’ai reconnu beaucoup de moi,et même,en ce qui concernait la partie des oeuvre récentes,l’expo qui accompagnait la thématique,où l’on trouvait le sens pour moi.Des brins d’herbe avaient frôlé des morceaux de verre teintés de fumée noire poursembler déssiner par le souffle du vent les sources de la calligaphie,comme l’écriture du manuscrit sur le cinéma qui était tappé à la machine à écrire et retournée,on en voyait ce qui donnait l’aspect d’une sorte de négatif.Lorsque ces oeuvres ont été faites,j’élaborais moi-même tout un prolongement de la calligraphie par l’illustration de mon éssais,surtout emplis d’une typologie symbôlique,multisens,qui se traduisait dans la progréssion par la sortie de l’écriture intérieure,comme une plûme ou un brin d’herbe naturellement catharsisique( organisée par la pensée et le travail du cerveau etc)pour ouvrir le livre aprés l’abstraction,ou qui se cache à l’intérieur de tout être vivant etc,qui ouvrait à l’huile;j’eus donc de grandes affinités avec cette xpo,qui était aussi »le noir est une couleur ».Si j’avais à comprendre et à voir,j’irais déjà,à la fondation Maeght,pour cela je suis reconnaissant à la vie.Ensuite toutes les pensées que j’ai pû avoir en permanence dans le domaine m’appelent pour imaginer que si,par exemple,je devais organiser une exposition sur un thème,par exemple l’écriture,j’aurais un sacré boulot si je devais réunir des oeuvres de Braque,de Léger,de Picasso et de Matisse,surtout si je décidais de l’accointer avec des textes d’Apollinaire,si je décidais de faire un lien avec l’écriture des surréalistes par Breton,et si je me méttais en tête de rencontrer Amanda pour ajuster des oeuvres de Dali.Déjà,pour écrire ce texte,un certain temps m’est nécéssaire.Tout cela pour dire comme l’imprégnation dans un sujet par ce qui n’est pas superficiel,mais offre la qualité du temps à être ,ne serais ce que ça,où de trouver les liaisons des constructions de ce qui s’apparente à une oeuvre,est indispensable à l’entreprise de l’art,qui ne peut se contenter de faire du vide pour exprimer le vide,de faire du bruit pour stipuler le piège contemporain ou je ne sais pas quoi,par exemple de penser au magnas de l’affiche en délaissant la culture ouverture,alors que l’affiche c’est à la base le »venez tous nombreux,de l’avis à la population »,les choix selon le nombre de critère pour montrer ce qui se fait et en même temps ce qui est déjà dans le circuit,et ce qui circule selon l’air du temps ou du marché,et ce qui a la côte sacrée ou en vigueur,en plus de ce qui émerge,ou ce qui le mérite,selon la cohérence avec la thématique d’une expo par exemple,ou selon le sens de ce qu’on veut faire comme préférence de type philosophique,par éthique de priorité,en tentative d’équilibre avec les superpositions d’éléments plus ou moins obligés,en comptant les différentes formes d’art,les dynamiques,par exemple amenées par des figures,les évènements,les mouvements,dans l’art,dans celui des prêts de tableaux ou des spéctacles vivants ou différents types de représentations,les écritures(au sens larges)émergeantes,pas que les officielles ou gagnant du fric;plus de rendre un endroit vivable ou agréable,comme de faire son jardin.C’est pourquoi les efforts des artistes vis à vis des méssages qu’ils propagent,comme ceux ayant attrait à l’écologie,qui peut être représenté par la forme même du lieu de culture,comme l’ont consacré les impréssionistes,qu’on loue sans toujours se souvenir pourquoi,à part l’aspect vilégiature,ou le land-art,qui exprime bien un art paysagiste,métier de l’urbaniste,dont DubaÏ n’a pas semblé,malgrés les finances mirobolantes déployées,prendre conscience puisqu’on y a oublié les panneaux solaires,ce qui veut bien dire qu’on se fout du sens des choses,sur le pied d’éstale du poignon.Les pretextes sont forcément liés à des infériorisations:le niveau de connaissance,bouché à l’instar de la discrémination,qui est faux mais drôle à voir,pour les cloutonneux.Ou bien jusqu’à concéder que le marché est piégé par lui même ,en passant par différentes séquences.
Il arrive qu’à force de peindre le monde ou les idées,l’artiste en exprime quelques-une.Fait de l’art:il obtient une échelle à géométrie variable de ses équilibres entre deux propositions,l’une est son ppropre paradigme,l’autre qui est duel entre 1.ce qu’il montre sans le dire de fait,explicitement,2.ce qu’il prononce ouvertement.
En effet,le Mont- saint Michel respectait certains espaces aérés,contrairement à certains modèles d’archi;et,l’Egypte s’est construite autour de la mousson,comme en Inde,et les villes en prolongement des fleuves,ce qui draine une idée de la progréssion autour des principes du contours de ce qui est l’essence possible des différences en réstant dans le cadre de la logique,comme celle de dire que la même part d’humanité réunis les enfants de tous pays.Mais encore que chacun doit avoir à sa vue l’équilibre.Ou encore que chacun a droit à une vie qui lui soit propre,pour le bien de ses différences,qui doit être rattrapantes vis à vis des différences qui ne sont pas pour l’aider,dans le droit à la culture propre,à l’origine,à la provenance familiale,d’environnement,de personnalité,car dans le fond,il n’est que le zodiaque sous les planètes ou on est né,selon la date dans le cycle du temps,qui contient,avec des éléments parfaitement gémels,dans la forme du bien parfait,la constitution variable,et,pour les points positifs des différences,que le systême soit correct,au moins,que les sentiments qui amènent à se sentir déroutés,visés,concernés par des injustices finalement peu scrupuleuses de l’être normalement constitué,sensible,qui ne doit pas être entraîné à se sentir obligé d’obéir au conflit ,en tentant de se respecter en respectant les autres qui fairaient de même,comme la quéstion première du philosophe,qui suis-je,d’où viens-je,où vais-je?D’où venons-nous,où voullons nous aller,que voullons nous faire?

Il s’allumait dans un halo,comme si nous pouvions voir à travers les montagnes,qui n’étaient plus que des collines dont certains pics rocheux revendiquaient pourtant leur origine qui suivait peut-être le bassin Armorique,le V érsinnien qui formait jusqu’au massif central de hautes montagnes qui revenaient ainsi jusqu’au Jura.Les relans semblaient également Gaéliques,des confins des ambiances de ce qui parraissait être un irréductible village enchanté,construit dan la vallée autour de la rivière,et où l’homme s’était,comme il est valable pour beaucoup de lieu,abrité sur les hauteurs.Ainsi le village était en haut,et les collines qui l’enlaçaient étaient moins hautes à la vue,de plus,sur certains point culminants,on voyait à l’horizon,quand la mer était clair ou que le temps était sombre sur la côte.Tout à coup,la nuit,un le ciel feu rouge incandéscent au loin faisait voir son signal,c’était les coullées de la fonderie de la s.m.n,l’usine de métalurgie de Caen,qui s’illuminaient à intervales réguliers.A une telle distance,pourtant,nous la voyions!Ils faisaient couller le métal à intervales réguliers ,comme une pipe d’opium qu’on allume,sauf que là,ils ouvraient les trappes du four,comme un boulanger consciencieux.
Plus tard,j’exposais au « Musée des Fosses d’Enfer »,comme ils l’ont nommé,où là c’était le charbon qui était extrait des mines.Les murs des mines de charbon de la région de Caen ,où je suis né,dont les structures encore proches du temps de l’extrayage ,dans le prolongement des rives du fleuve dont je parlai ,montraient des ôcres,des bruns,des rouges,des formes de passerelles dans le ciel,des tours ,des echelles,dont les mousses avaient retouchées les tonalités,qui semblaient dans un même reflêt ,presque exotique,grâce aux plantes et aux arbres,venus des poussières de barraquements alignés,là aussi dans le creusot des montagnes.Mes copains syndicalistes ,ceux qui ont fait naître la justice du dossier de l’amiante,avec lesquels j’exposais,dont on admirait les sculptures,comme à l’expo du noir,à la retransription de ce qui s’apparente à des maquettes.A Saint- Rémy,nom qui s’envolle du même quai que le Saint Rémy de Provence de Van -Gogh,j’ ai gagné un premier prix de peinture ,que je dédie à la région,aux mineurs, »aux temps des vignes « .
Nous étions pourtant en Normandie,mais je pensais au nom évocateur pour la peinture.
Peut -être que j’ai Théo aussi,le déscendant cinéaste,en connaissance de cause,dans la mémoire du lieu où j’ai survécu.C’est comme cela que j’ai découvert Auvers sur Oise ,et donc le Musée Van-Gogh,au Chateau ,où les gens se marient,puisque,j’ai profité de la sortie de l’hopital proche aprés avoir été retrouvé dans un bois prés d’Auvers,entre la vie et la mort,alors que je venais à Paris pour exposer un tableau en galerie,pour découvrir ce musée,où il existe des reconstitutions de l’époque impréssioniste;on peut même s’assoir dans un cabarêt.C’est prés de Gyverny(les jardins de Monet),et de la Cathédrale des Rois de France,à Saint-Denis;Tremblay en France,le Palais du petit Empereur.Ces temps troublés que j’ai traversé fûrent entâchés de funestes scênes,pour des raisons sans bienséance ,ou sans raisons,j’ai peut être défendu les femmes,ou autre,le soir où je m’étais fait enlever…un peu de plus,je me retrouvais comme Théo…le bouc émissaire du systême,un peu comme Van-Gogh,dont on peut voir la reconstitution de la vie et du contexte incroyable,sur écran à Auvers sur Oise,qui n’a eu aucune faveur,pour réussir dans la vie,si vous connaissez l’histoire,alors que son oncle, était galiériste à Londres,qui ne lui a jamais vendu une toile,mais sa corréspondance montre comment son frère lui envoyait de quoi peindre.
Sur les hauteurs d’une colline,il existe une chapelle qui se nomme la chapelle bonne nouvelle.Elle a été appelée comme ça vis à vis du fait que c’est de cette hauteur que la nouvelle de la victoire de Guillaume le Conquérant à été annoncée,comme pour les annonces telles que certaines naissances,par les codes des feus allumés dans le lointain,depuis la mer à soixante bornes.
J’ai exposé dans une chapelle qui avait été réstaurée par la volonté des habitants,des élus,de la parroisse .
Des fêtes aux ânes,aux pommes,comme à jazz sous les pommiers à Coutances,avec une fanfare plus modèste,qu’organisaient les associations pour préserver le patrimoine,où nous nous retrouvions sur le site où étaient invités les gens à voir les colléctions,d’oiseaux,de papillons,de confitures,les produits du térroirs ,biens chaussée,comme nous,puisque les expositions,de la pensée partagée par khoffi hannan à l’invitation à la biénnale de Florence,que je retrouvais à l’Abbaye aux Hommes avec la Société des Artistes Indépendants ,était qu’il n’y avait pas de frontières à l’art,étaient un langage universel qui indiquait la diréction de la Paix entre les peuples,une paix à laquelle je croyais en faisant un service dans le civil dans une maison de jeune et de la culture,comme résponsable de l’atelier de sérigraphie artisanale.De temps à autre je fus diffuseur,comme lorsque j’ai fait les affiches du tour de Paris -Normandie,ou d’une soirée flamenco,ou des menus calligraphiés dans un restaurant.Ce n’est pas seulement la liste des réalisations ,de ce à quoi ils ont abouti,qui rend la typologie vivante,que des artistes arborent ,mais leurs rêves,leurs songes,leurs pensées,leur ressenti du vécu ,leur intéllect et leur inconscient,qui fait que la phrase du travail est comme le blanc qui est toutes les couleurs,s’osculte dans un somme.Autant dans la matière du concrêt que ce qui rend à la méditation sa valeur,qui est de l’immobilité sans regard du congrata du succés ,mais de l’intérieur de l’être par ses pensées qui s’expriment parfois plus tard,comme il les a emmené en diréction d’un autre temps qu’il ne connaît pas encore dont le signal pour le cerveau lui rappelle pourtant quelque chose dans une mémoire interne qui sera la forme pleine de l’idée complétée,que le geste du lecteur de soi réstitue avant de découvrir le mystère.Tous le monde a conscience de la merveille qu’est la vie,et que l’auteur soit une part des choses,qui en conçoit la connaissance dans ce vis à vis de soi-même,des autres et de la métaphysique,qui semble décallée devenant grâce d’une écriture ou d’une matière à penser,l’optimisme en tant que principe actif doit être lié à l’idée formelle qu’un état supplétif fait le postulat du non renoncement,du refus du déséspoir pour allié du découragement avéré,dans la pathétie.Le célluloîde voudrait se mouvoir vers un synaps souche,l’ésprit voudrait croire,je ne vois qu’une chose,à ce moment,la séparation des atomes,l’explosion,de la particule de lumière,
n’a jamais eus lieude ce point de vue,nous ne sommes pas vivant tel que nous l’entendons,nous croyons vivre.L’élémentaire particule st identifiable à une illusionune infiniment sensible équitée des éléments dans l’univers,qui sont multipliés et éloignés par des champs infinis qui répondent à d’autres substrats aussi invraissemblables que le fait du jeu de l’alignement des planètes,la chance d’avoir de l’oxygène juste à la mesure de notre validité spacio-temporelle,
(un peu comme si un mécène décidait de me débarrasser de mes soucis maintenant)
comme des domaines très éloignés qui portraient à conséquence l’un l’autre multipliés par le nombre d’intervenant dans les concordances(comme si je souriait à un arbre ou que l’abstraction était le signe de l’oubli lui même concepteur de la matière,qui fait qu’une feuille n’est pas un oiseau)au regard du temps ,qui éloignerait par la modulation des éléments selon l’évolution,la conscience de l’identique,et il n’est que le verbe qui puisse nous faire se remémorer la perpétuation et l’état mental indétèrminé dans la phase de concordance,où un être il y a trois mille ans avait la même séquence de pensée que vous,qui êtes en train de réfléchir avec lui!

Un peu aparrait l’image du temps du mur,que l’on célèbre cette année,la morale protéstante,qui relativise l’économie en la conditionnant en faisant passer l’être avant ,le bienfait,la famille,la communauté.Mais comme au temps du National socialisme ,en plein capitalisme,il ne faut pas se trouver du mauvais côté.Déjà Pégguy,en 1906,éssayait de faire comprendre,de suggérer la réunion des cultures et des religions.Ils craignaient pour ceux qui voullait,naturellement,se rassembler entre eux,à qui l’on refusait le droit de s’organiser,d’avoir un pays,et la liberté de la presse avait fait exister le débat d’idée,finalement la société était un peu comparable.Jacques Kayser en 1950 discute de l’information dans »Mort d’une liberté »,selon d’indémodables articulation,alors même que tout pourrait sembler avoir changé.Alors que par le travail,la progréssion,la possibilité de réussir était montrée comme un possible,en même temps que les dominateurs seraient prêts à prendre la vie des autres dans leur objéctif obscur,il existait un semblant d’éspoir, lentement j’abatais le mur qui m’éloignait de ma vie normale,qui n’était pas une vulgarité qui pousse au bling -bling de la luxure ,qui les oblige à courir aprés l’argent,dans une funeste logique »voilà comment on traite vos filles et vos fils,qui les regardent passer »,et à faire allégeance à ses entubeurs,pour se payer les études.Intégrisme,car si tu vois la vie autrement,en ne jouant pas leur jeu,sans scrupules,les chémas du déstin sont détournés,et tu ne peus pas synthétiser pour demander réclamation,sur un mécanisme difficile à théoriser.Ca fait à peu prés l’effet d’être un employé de France télécom,floué aux yeux et au su de tous.Le pouvoir de la géstion de l’orgasme humain s’ajoutant,la femme a disparru comme un objet qu’on déplace,et vous invisible comme un poisson dont on a bouffé jusqu’au nom,vous êtes l’âme cachée.
Il faudra faire un choix de société.
La non violence.
Le déssin c’est la vie c’est comme un théâtre,avec des points de fuites,des horizons,des horizons,des objéctifs,des visions.Peut -être que les marches de l’Opéra représentent aussi la réussite sociale.Pas de fites,d’objets,d’horribles.iL ne faut pas confondre son propre Soi et le soi des autres.Il faut se mettre à l’abris de leur psy,pour ne pas être une proie,ou croire qu’on est à l’abris et faire que l’autre soit une proie.L’autre,c’est la compagnie intérieure,prouvée par le fait qu’il est des êtres fait pour se rencontrer.Parfois la vie avec et pour laquelle vous avez vécu feint de ne pas vous reconnaître,comme une société qui,aprés qu’on eût tout statufié comme structure méthodologique préférencielle,diabolise la pédagogie à suivre,en tant que structure à articuler,C’est ce que j’ai toujours fait,j’ai toujours tout justifié.Intéllectuellement.Maintenant j’écris,mais ici vous ne pourrez voir que quelques idées résumées comme je peux sur cette ordinateur déjà rouillé avant que de me faire plaisir,à cause du double effet moderniste peut-être,ce qui n’est pas compris qui met tout en incertitude?Une histoire d’état d’ésprit.C’est déjà difficile de faire comprendre que la mentalité de la société est à porter dans la diréction ,ce qui est le sujet du droit des enfants,à amener dans le sens de la bonne psychologie,pour qu’elle soit dans la dynamique du monde qui réussira à empêcher la faim dans le monde,les abus sur l’économie ou l’écologie etc

{un peu de psychanalyse.Les mecs qui n’aiment pas les hommes et les femmes profitent de la jouissance et récupèrent l’usufruit pour avoir le pouvoir et la sensation de domination,dans une fausse parité ils font de l’homme leur énnemi en exhaltant ce qui est le plus basic chez la femme en faisant un match de l’usurpation,et en l’érrigeant en systême de déportation de la vie.C’est la même chose mais pas au même degrés,c’est comme si ils t’empéchaient de voir ta femme ou ta famille en profitant d’elle au maximum,dans un truc comparable au communisme,en te menaçant de la considérer toute ta vie comme un produit de consomation,où toi tu es l’otage,et la torture mène bien quelque part,puisqu’un jour tu la subie en vrai,et s’il t’arrache la peau à vif autour du cou,c’est sûrement pas un vrai croyant!!Le Président de l’Europe un homme discrêt,ce qui peut éviter la mytomanie.Spinoza ne devait pas l’être,il ne pouvait jouer avec ça,les théories sortaient de l’appropriation de la nature,de la découverte de la science,celle aussi de l’état qui mate et opprèsse la classe opprimée,réstés sur la préhistoire et la féodalité ;

J’ai vu…le Mont Blanc depuis le massif central;
j’ai vu les 7femmes d’Uta Maro,de Fusi Kunigawa

L’écho de la conversion de l’homme fût peut-être plus cahotique que celui du dauphin dont l’ancêtre terrestre ressemblait à un chien.A regarder le dauphin lorsqu’il bondit sur l’eau,il semble avoir un regard à l’expréssion de ceux qui sont à jamais partis,se débarrant de leurs pattes qui commence à sortir pendant la géstation puis se rétractent et disparaissent,et durant sa marche sur l’eau il semble dire qu’il a tenu sa promesse,un défis lointain à dieu,de quitter les rives inégales pour aller se mouvoir dans un air liquide.
Certains enfers terrestres ,et des cas d’animalité,des moments dans le temps,sont là pour pousser dans leurs plus profonds retranchements,le sentiment humain,pour éloigner des limites.Alors untel décide de demander aux chefs d’états de respecter leur peuple,de garder le sens de l’humain,sans quoi rien n’aurait de sens?La nature en elle même,le cycle bien fait du monde organique,où la prédation serait dans une chirurgie ,la bête ne serait pa dotée de la même conscience que ce qui a la raison pure.Il faudrait lire « Le discours sur la méthode « de Descarte,pour avoir une idée de ce que devait ressentir Léonard de Vinci lorsqu’il faisait se prolonger les lignes d’une robe,d’un cheuveux ,d’un corps,dans le paysage,l’infinitude,l’orage,comme pourrait s’entendre et se voir l’éclair de vishnou qui est comme une réclamation,une acclamation,une touche,le jour où un Président prend l’avion pour New-York demander la progréssion,des mots de l’autre bouche,quand tout reviens au Temps,matière de l’infini,qui n’accorde à l’invisible qu’un atome d’amour,que terrestre piégé ce coeur n’est rien pour l’autre,Gallilée ou deauphin.Que de solaire il devienne polaire est le jeu pietre de ce bas monde pour l’unisson qui se tient en place dans son élément où cherche à en retrouver les fondements loin de la barbarie,bia,pour retrouver la vie,bio.

octobre 31, 2009

StillCap0093StillCap0088StillCap0089ma bîcheStillCap0088

septembre 8, 2009

j’aurais dit plutôt:
Dans les époques où nous vivons nul n’est besoin d’en rajouter plus qu’à la nature qui nous donne assez d’occasions naturelles d’avoir les souffrances sans en plus en rajouter plus avec les réthoriques politiques qui en dehors des idéos qui doivent conduire {le train de}la société.Pas les clivage mais le sens d’une idéologie,pour donner un sens à la politique.
Comme je l’ai dit à la dédicace du forum du théâtre ,lieu où on garde une distance,on se tait et on regarde,où on écoute et on semble s’entendre soi-même,les époques ont assez vécues de troubles et d’obscur pour qu’en plus on se perde dans ce qui peut ne pas apporter le bonheur,soit par la causalité de la théorécie, de l’organisation politique au bien public,qu’on cite souvent sans vouloir vraiment l’honorer,par des concepts politiques qui se fichent du bien commun de la société,en n’éssayant pas d’inverser ce qui est la nature actuelle du capitalisme financier,qui doit être ramené bien à l’écart de la barbarie par le soin,la précaution pour le bien commun,du privé du fond de l’individu,de la famille,au bien commun et publique.

Pourquoi y a t-il autant d’exemples?Tous,ont protésté,toutes les catégories de la société.
Parceque le changement dans une entreprise est porteuse de créativité,normalement,c’est pourquoi les hommes qui représentaient ce qui est la droite aujourd’hui étaient apparu?
Pourquoi,parcequ’ils ont des techniques,ils sont en place ici depuis soixante ans;ils ont pris le fil ,et n’ont pas démordu,dans l’ésprit »positiviste »?une continuité.
Quelle place a le psychique?C’est presque le sujet de tout mon quéstionnement.Un ordre organisé,en voie vers une métaphysique,qui cherche l’être sensible dans la religion de l’humanité,qui est un grand corps avec lequel on doit renouer,aprés avoir quitté la phase naturelle,de l’enfance,ou du premier état dit théologique,au cours duquel l’homme se contente d’expliquer les phénomènes en faisant intervenir l’action arbitraite du surnaturel.Auguste comte ,fondateur de la sociologie .L’ésprit humain,reconnaissant l’imposibilité d’obtenir des notions absolues,renonce à rechercher l’origine et la déstination de l’univers et à connaître les causes intimes des phénomènes,pour s’attacher uniquement à découvrir,par l’usage bien combiné du raisonnement et de l’observation,leur loi effectives,c’est à dire leur loi invariable de succession et de similitude.On y vérrait pas la méchanceté gratuite,ça ne fairait pas souffrir de renflouer les banques,sortir de crise,une croissance,recommencer,une religion,une philosophie,un pragmatisme invisible à ceux qui sont agriculteurs,aides,personnel soignant,médicaux,petites,moyennes,grandes,universités étudiantes,chomeurs,fabriquants,usiniers,maîtres d’oeuvres,maîtres à penser,cérveaux,dirigeants,culturels,de télé,de théâtre,fonctionnaires,employés,les enseignants,les journeaux,les postes,frontières,les gardiens de prisons,les bureaucrates,les diplomates,les douaniers,les aspirants,aux ordres bienfaisants,les gens de citées,les coreaux de mer,les portions d’autoroutes et leurs éléments,les caissières,les poêtes,les rêveries du promeneur solitaires,les pingouins de banquise,les repas bios,qui attendent sans pésticides,les culottes divines en brôderie à la main,les couturières,les retoucheuses,les graveurs,sculpteurs de belles architectures,les acteurs,les paysagistes,les opérateurs à France.T,les secrétaires avec une corporation de bon bureaucrates,c’est la folie des hommes,les bariles de pétrôle dans le fond des mers,nos petits univers,on en a de la chance,et de la déroute,de l’angoisse,l’apprentissage du tri séléctif,les plages gardées,la déforéstation,les dégazages en mer,les énormes immenses moyens pour les plattes formes pétrolifères,et tant de problème pour faire des centres de dégazages,de décharges propres,saines de recyclage,des énérgies renouvellables,des matériaux ,les scientifiques,les délocalisateurs,les remaniements,les départs sans remplacement;

moi ce que j’aime c’est manger des pâtisseries.Celui qui fait des pâtisseries,son idée,sa seule idée,c’est de faire des pâtisseries et d’être dans son univers,le mieux possible,que rien ne vienne dans son univers ,ne dérange sa vision de l’univers le mieux possible.Il n’est pas agréable quand on a des fous du Nucléaire,des colonies,des non droits au pays du Bouddha,comme si en plus de Dieu la bas,il n’y aurait pas non plus l’existence de l’être.On a tellement vocation à aimer le monde,l’univers,qu’il est insuportable de le voir à nos yeux,s’échouer dans les impasses,comme un enregistrement répétitif décourageant.

La raison est de ne pas plier devant nos propres intérêts,nos propres vices.C’est de faire quelquechose parce que vous savez que c’est bien,même si ça ne vous rapporte rien ou que personne ne le saura jamais,ou de ne pas céder à son propre chantâge,à sa préssion,de décider le bien sans qu’on vous l’ait demandé.De récompenser par bonté pour Dieu,parcequ’au dessus de tout,il y a la raison,comme une vision,un but ultime,un métalangage,une visualisation de l’objéctif de raison,que rien ne doit empêcher,pas même soi-même,c’est ce qu’on fait Gandhi,Jésus,Buddhâ,Moïse,Noë,la raison,c’est la raison d’être,la vérité,comme ce qu’on peut voir en se plaçant au dessus de la planète,du champs du réél,pour la voir et la dire,comme en évidences,comme de Droit Divin.

Le capitalisme financier est une masse superpuissante qui fonctionne d’une cértain manière,peu enclin à s’occuper du bien commun,et des droits,par le peu de scrupules provoqué par le profit.
Les Nations doivent tout faire pour ne pas fonctionner de la même manière,plutôt agir, dans ce qui n’était au départ qu’une proportion mais qui s’est généralisé,créant la maladie,les troubles que l’on sait.Mais il y a une quantité de nuances;l’éthique,la théorécie d’Aristote.

Tous les spirituels et les plus grands penseurs ont accordé à la nature une importance capitale comme nous le précise Emerson.Pour lui Dieu est partout.Il emprunte à l’Orient la figure de Brahma,pour personnifier la divinité.
To Annie, adréssée à l’amante vivante par l’amant au tombeau,contient ce cri déchirant: »Ah!enfin est vaincue la fiève déchirante qu’est la vie! » Poe ,qui donne une note nouvelle,un fini parfait,en retouchant constament ses poêmes,par l’immatérialité de sa vision,le pathétique joint à la beauté ,la force d’évocation des symbôles et le charme caressant des rythmes et des sons.

Dans mon village,il y avait une Britanique,qui aimait beaucoup le rose.Un jour ,elle a peint la maison qu’elle avait achetée en rose.Le rose se détachait beaucoup,c’est vrai,du payage,ça avait fait une véritable polémique,un vrai chambard.Le style britannic Normand,de superbes demeures possédaient souvent des affinements qui ,des balustrades,des finesses,des dessous de goutières,des poinçons,des colombines,des tourrelles,des raffinements,contenaient des morceaux de faïence imaginaires ,ou de discrêtes inclusions de pièces de couleur qui donnaient un grand charme à l’ensemble,qui ne manquait pas d’éspèces d’arbres joviaux,dont les rouges des écorces ou la variété des tons se méllaient à celles des murs relevés d’oranges,de jaunes,d’ocres,de pourpres,de violets,de roses.Il en étaient même d’exotiques.
Moi,j’imaginais,ou plutôt je voyais des maisons vertes,bleues,oranges,jaunes,rouges,aux nuances qui par les contrastes des volets aux couleurs complémentaires,donnaient le charme;pastel,ou contrasté,de ce que recherchait peut être l’Anglaise qui s’appellait d’un prénom délicieux,Rose.