Archive for mars 2009

écriture libre

mars 25, 2009

photo-1cle-usb-063Dans un village que je connais,on a puisé l’eau de la rivière qui était déjà,par rapport à ce qu’elle était dans mon enfance,bien asséchée,comme…par mégarde; par méprise .Pour arroser un terrain de golf,de plusieurs hectares,comme par amusement,en plus des déversements d’industries que subit comme si c’était obligé,chaque être humain,dans un rite violent du monde moderne: démonstration:Dans un chemin de promenade,dans les bois à la faune et la flaure magnifique comme un trésor où se promènent des gens,où on fait des cueuillettes,de champignons,de fruits comme l’airelle,où baladent les chevaux de promenades,des chiens ,où coullent des sources,où courrent des enfants-qui aurait fait un terrain de saccage pour motos cross,toi où moi?
Qui aurait induit des ésprits à fabriquer des places de goudrons pour parking à la place des près mirifiques qui servaient de plage et de promenade à la digue,toi ou nous?
Qui aurait fait progresser l’économie selon un autre systême que celui mettant en place la disparition des petites usines et industries,oh,bien sûr,sans entrer dans les détails:le sens qu’on voyait pour le monde,sa progression,à différencier par des règles différentes sur ce qui prévenait que cela allait mener à l’englobement des multinationnales,par une non solidarité se préoccupant du fluement normal,même modeste mais vivant ,du tissus social ,un systême dont il semble impossible d’avoir le droit de penser qu’il eût pu raisonner dans un systême de concurence,équilibrant.De nouveaux bassins d’emplois et des friches industrielles visibles en zone,au détriment des commerces,des fabriquants des régions dans le territoire non défini en citées,D…les en préserve,(ils voullaient rester sur leurs pentes,et pensaient garder et améliorer en même temps)d’eurent avoir du évoluer,dont,évidement,pendant la guerre notement on avait eu du mal,face aux fonctionnalités de nouveaux sites et réseaux de distributions,à garder les circuits transports,actionnaires,les usines délocalisées ,regroupées,comme la presse etc.Mais il y a trente ans ou nimporte quelle date!Qui aurait eu cherché à opter pour une autre philosophie,sans faire cependant d’antiaméricanisme de base,et se détacher quelque peu,qui ne sont pas forcément ceux qui voient maintenant l’Europe comme si elle était une entité tout à coup plus libre,alors qu’à l’époque on semblait vouloir dire que nous ne pouvions faire autrement-et c’est bien par le regard qui me revient ou j’avais envie de clâmer ,oiseau,écureuil,à des gens qui se proclamaient de la démocratie mais qui n’ont pas montré la participation démocrative en s’en appropriant et l’invention progressiste et le savoir évolutif alors que les yeux du social ont pu assister à l’élimination , du soleil,de leur méthodes,du champs léxical qui aurait pu conduire leurs idées débattu au sens de la disposition ,dont on a réussi à leur faire dire qu’elles étaient peu de choses.En même temps que la négociation,l’idée de ne pas être obligatoirement opposé à ce à quoi la similitude a de possibilités de nuances élabore l’entente cordiale,qui peut présuposer une complétude des rôles,selon les dispositions de chacun à propos des systêmes (…)et sans inverser les rôles,ce qui vient à dire que dans un énoncé,il serai mieux de présenter en même temps les points qui équilibrent le fait que nous ne prendrions pas une hypothèse unilatérale,sans voir ce qui empèche la topique de conduire à une exessivité inconstructive,surtout en période où les ésprits ont besoin de discernement-merci-afin de trouver la meilleure entente pour le bien collectif,et celui de l’audit.Déjà dans l’état d’ésprit-pourquoi en est-on toujours au même point d’archaîsme par exemple lorsqu’une femme tente d’ouvrir un centre d’hébergement pour les femmes en difficulté ou battues,qu’elle rencontre autant de barrières,de réticences,de refus,parcequ’est montré que l’érrudition des ésprits n’a pas été faite depuis ces trentes ans bien qu’il y a des évolutions qui deviennent séculaires et que tout prend du temps ,ayant inversé les priorités sous pretexte que « l’affaire tourne » dans le présent,que ce n’est pas une cause nationale comme le reste,jusqu’au jour où on nous annonce une crise sociale?!que ceci que cela,car,en fait,au lieu de s’occuper à ceci à cela, »surtout pour faire mumuse »,en édifiant l’héroîsme perturbateur non comme un poête comme Van-gogh,finalement qui nous apprend ce qu’on peut définir à chacun comme ce qui est le plus important à ses yeux en dépit de la conscience générale,mais en tant que tentative de gouverner à tout la troupe des vânités_chercher »mohandas »des façons d’attaquer l’humain et la construction du lexique formulé dans la psychologie,le sens moral,non pas les « malfaisants nauséabonds qui offensent ramâ chrishna, »métaphore du cas où ce qu’ils ont retenu des autres cultures dont leur priorité,a échapper au sens,comme ce qui devrait être de bien parler de l’évolution ,comme de bien parler aux autres et aux filles,de bienveiller aux peuples,plutôt,et c’est lâ que le mécanisme de répétition du syndrôme devrait ne pas tourner en boucle au détriment abjecte de l’histoire,par le geste ou l’acte barbare!
La pratique qui reste au ras des pâquerettes,qui aurait été redéfinie dans le temps ,pas à l’emporte pièce de se montrer tout à coup comme évéillant une préoccupation de premièr ordre confirmée par ceux qui l’avaient opéré dans le temps comme ils avaient une vocation réspéctée,évidement en réspectant la vie privée comme l’on doit respecter la V,qui est par exemple que nous aurions érité .Car qui est dans la contradiction,dans l’obstruction,dans la casse de l’autre,tandis que la société,a besoin ,comme d’air sain,de discernement.

Ecriture libre et chuchotante,murmure qui,depuis la prime poêsie,en mêne sur le sentier de la Paix ,où la voie est plus douce

Ce n’est pas réussir, à faire l’exclusion des sentiments,
qui fait gagner contre la haine,contre la shoah,s’il est possible de l’évoquer,c’est soigner l’ésprit,faire une thérapeutie,quotidienne,qui se rapporte à la préconisation dans la société,où les cultures et les religions sont nées de leur formes intelligentes,et sont toutes interessantes dans leur forme de Paix leur recherche de Bien-fondé humaniste pour le sein familial ou les structures culturelles,sociales qui créent une communion et une entente universelle,qui lie l’origine de l’homme à la même planète
Le développement intéllectuel conduit à la formation des êtres pouvant ainsi,dans la bonne foi,vivre ensemble.
Ne pas confondre les époques pourrait même concevoir une planète guérrie de ses meaux,de ses mécanisme fatalitaires
il en serait ainsi par la quètte d’un commun précept,où la marche de la Paix serait,dans le sens du désarmement,de la régulation ou de l’équité,en dépit des apparences
Il vaudrait mieux précisément au moment où les gens en ont besoin,où le monde est dans un risque pour la société,stabiliser les discours dans leur juste valeur,resituer des logiques ou des évidences,
par exemple il aurait fallu rassurer les gens tout en édifiant leur connaissance de la crise,en disant qu’il ne faut pas tout mélanger,que ce n’est en aucun cas une raison pour s’en prendre aux autres,dans des sournoiseries apparues comme si quelque chose le permettait,il ne faut pas reinventer des mécanismes limites pour la supportabilité de l’être en tant que positionnement dans le doute de ce que l’on receuille comme information au cerveau:c’est toujours ce qui est violent ou choquant qui draîne son cortège d’echelle des degrès,et qui fait se rappeller des crimes commis,des fracas traumatiques,si l’autorité,entre autre,n’est pas compréhensible,qu’on ai lu Machiavel,Pascal,Montesquieux,Alain,heidegger,arendt,…si le gouvernement à besoin de se rendre puissant,la force et l’exercice doivent,comme la réthorique et la linguistique,se discerner. une idée prime:le sens du Bien,qui peut conduire au meilleur pour chacun,sans état de doute/angoisse/menace/ect:
La prise de conscience de l’importance de l’écologie dans le débat d’idée qui a été mis à jour,vis à vis des nécéssités pour l’humain et la planète,ce qui a ouvert aux nouvelles énèrgies,au sujet du climat,à des ésprits raisonnés,antiracisme au développement durable(vivre le présent sans nuire à l’avenir),à l’éthique en débat dans l’économie régulée,et le sens philsophique préconisable pour la société.Nous pouvions dire que la crise de 29 ne peut être comparée d’un point de vue moral,et il était très simple,vu la connaissance que nous en avons,de remettre les choses à leur place d’un point de vue moral-rien n’a à la lier à des rapprochements que nous avons dépassé,dont nous avons jugé,dont nous avons tiré les conclusions,
que l’on se sente victime de stigmates ou de ce que l’on vous assigne,

Où le jour où ceux qui font des bénéfices fairont des souscriptions volontaires,par l’organisation,mettant en cohérence les entreprises,disons les mouvements de fonds,dans un maillage syntaxé

Voila ce qui se passe,c’est qu’aux Etats-Unis aussi ils avaient opté une autorégulation,dont avant 1984,les dérégulations avaient outrepassées les mesures de l’après 33:des règles ont été constituées dans le systême banquaire mais l’ouverture des marchés a créé des particularités qui ont des conséquences.Ce n’était pas pour déréguler les marchés mais pour augmenter le pouvoir des banques,ce qui était dû à l’ouverture des marchés.Certains produits étaient fait pour échapper à la régulation des marchés etc,des signaux avaient été donné à différents moments,en 84,en89,en99,en 2007…le travail du personnel qui se concentrait sur les risques n’a pas été soutenu,les crédits pour les fonds ont été retirés,au lieu de cela,au comité banquaire,ils avaient opté pour une autorégulation des marchés,en suivant leur fausse croyance que les banques étaient plus à même de protéger leurs actionnaires,comme cela avait été dans une certaine mesure,mais le fond du problême de l’exes s’est généralisé,ils disaient que les rêgles étaient plus proche de la limite de leur autorité,comme si les règles avaient été établies,
ça faisait 40ans qu’ils fonctionnaient ainsi,en ce qui concernait les législations,c’était par moment le langage de la rue »si ça casse,ne réparez pas »,alors que les gens veulent avoir des gens qui s’occupent d’eux,ce n’est qu’après les éléctions qu’ils ont envoyé une demande auprès d’une situation économique que la crise avait mis au visible ,dont la cause était liée à la demande des hypothèques dont les organismes de fonds d’entreprises financières n’avaient aucune certitude de pouvoir rembourser, les crédits engagés,qui se multipliaient et dont les écarts de fiabilité augmentaient avec tous ceux qui s’y engageaient sans même le savoir,ils n’avaient aucune validité de ce qu’ils vendaient:des actifs toxiques.Les domages ont débordés,en2003,le doute a été jeté le prix de ces titres qui avaient quoi que ce soit à faire avec les subprimes,dont on avait réclamé l’éfficacité des titres qu’ils distribuaient faisaient croire qu’ils pouvaient en retenir une stabilité,alors que ce n’était que des échanges sans réglementations,qui faisait que des pratiques de prêts honnêtes ne se produisaient pas,lorsqu’ils avaient demandé des divulgations plus fortes dans les titres municipeaux,ce qui n’a pas fonctionné,avec le flux des capitaux,les risques sur les liquidités ont augmenté,les programes qui auraient permis que chaque responsables auraient voullu prévoir ont été refusées,la vue du cds dans la loi sur les titrisations et les régulations par une fragmentation de l’organisation juridictionnelle,les fraudes dans diverses institutions,les délits d’initiés de certains acteurs comme les traders et les quantités d’acteurs de la finance où l’on entendait dire qu’il n’y avait pas besoin d’une politique ,pendant qu’à valéo,des ouvriers dont la famille étaient décimée par la strombose car on leur disaient qu’on ne savait pas la dangerosité de l’amiante ni qu’on avait les moyens de la retirer des bâtiments,aux chefs d’entreprise qui se préparaient leurs stock-option,comme les autres qui pensaient acheter une maison dont les crédits étaient irremboursables,dont allait un jour réussir à absorber les pertes par le renflouement aux banques au minimum de la valeur des stabilités des entreprises ,ils aparraissaient comme vol aux investisseurs minimes,et l’on mettait des prix énormes sur des valeurs incertaines puisque leur validité n’avait pas été faite,l’immobilier.Comment éviter les pertes des foyers et des ménages,à cause des pertes des fonds de pension qui créait la précarité des emplois.Le gouvernement devait faire face dans des mesures sans précédent,et comment,à moyen et à long therme?
Il suffirait de se dire que la réalité quotidienne n’est pas un concept abstrait,des réductions des taux de croissance qui deviennent négatifs,aux fonds qui seront perdus,,les risques systémiques-en 2000 on prévient des difficultés des gros problèmes de crédits,ils n’écoutent pas,les meilleurs avocats,consultants,experts reposent la quéstion,ils essaient de la filtrer dans une sous commission,mais l’idéologie n’était pas à la régulation des pratiques responsables poussant à des réstrictions,au contraire ils passaient leur gouverne à ,au coeur des risques à acheter des taux très faibles pour les revendre à l’extérieur,et le porte folio est allé trop loin dans les recherches de profits
et on voudrait nous faire croire,peser que cette catégorie serait celle qui prédominerait,en prétextant qu’on ne pourrait pas changer les hommes,comme si la globalité des hommes étaient comme cela ou même que ceux ci domineraient ,que c’est la condition humaine ;Il faudrait plutot dire que ce signifiant ne doit pas ressortir comme élément inexorable,que l’homme est fait avec la capacité de sortir de l’obscurantisme,dans ce puzzle jugé trop complexe
Qui a voullu se préocuper de la quéstion des améliorations sur le plan de l’utilité des technologies utilisées,qui n’était prévu sur une base volontaire,pas prévue par la Loi ,
des compensation de milliard créaient la réduction de capital en résèrve,des prises sans avances de cautions ,ce qui a fait que ceux qui croyaient faire de l’argent comme wall ,ont suivi les produits dérivés en montants supérieurs à d’autres montants ont générés le chao,les vrais coupables,les organismes qui truquaient les chiffres sur des remboursements qu’ils ne pouvaient pas conduire,et l’effondrement d’un modèle qui croyait avoir inventé un appareil matheux,informatique,de communication
qui devrait se situer à créer une législation au Parlement,au congrès non incongru jeu de mot fed medef

Il ne faut pas tout mettre,cependant dans le même panier entre les sentiments qui sont mis l’épreuve entre les revendications ,la crise financière,et ne pas faire preuve de péssimisme en rendant la société encore plus angoissée
on fairait mieux de s’interresser à ce qui conduit à la guérrison
et se dire que toutes les religions sont issues du même Dieu et qu’il ne faut pas s’approcher des éxtrèmes,
mais plutôt croire en une conversion philosophique humaniste universelle
Les banques seraient ouvertes à des nouvelles négociations et mêmes à de nouveaux états d’ésprit,on peut se souvenir que le capitalisme était et aussi l’actionnariat était fondé sur un principe de bien fondé.
Ce sont donc les dérives,les éxés du comportement qui gaspillent la capacité de projéction dans le bonheur.
C’est en s’interressant à la théorécie,sans oublier l’ousia et la sophia,les substances,les causes ,et l’intérieur du débat politique,par ses composantes,contenu et non pas recherche des honneurs et du pouvoir,que l’être est créatif,ce qui lui apporte la notion que ce qui est à modifier se trouve dans l’éxés des composants ,des comportements et de la recherche éxéssive de la posséssion de l’argent.
>un audit est ouvert comme nous le montrent les médiateurs pour favoriser le travail d’entreprise comme A zéo,qui favorisent les négociations pour les empreints des entreprises auprès des banques,et ceux,et ceux qui demandent des prêts.
>il ne faut pas confondre les spéculateurs boursers dont la connaissance des agissements prouve une modification devant forcément aboutir à un fonctionnement régulant le capitalisme,améliorant le systême,dont les signifiants ont été développé
il ne faut pas confondre les spéculateurs boursiers,dont les agissements ont été développé,ni les grands financiers, avec les entreprises,et encore moins avec les petites entreprises ou les entreprises de moins de 250salariés,ni avec les patrons,qui souvent doivent payer le double du salaire d’un employé pour le salarier,le président a commencé à légiférer,la logique du développement de l’argent des groupes va être mise en quéstion en ce qui concerne la multiplication des gains par le rendement éxagérant les écarts,en plus de la normalisation des productions qui vont à sérvir les groupes globalisants,et c’est pourquoi la quéstion des délocalisations serait dans le fil conducteur de la pensée commune. les gens sont au régime du mal être
il ne faudrait pas omettre ces notions sans quoi on commet un déséquilibre,

Ne faites pas la guerre avec les finances qui doivent servir a la marche de la Paix ,qui ne peut être que légitime .

Publicités

mars 22, 2009

neige à Birk/dsc00283dsc00327

déroulement d’un » parapsyc »

mars 22, 2009

_1_L’agitation de la ville
Le stress permanent des impulsions nerveuses du mouvement des autos
qui créent des réactions cognitives incéssantes
des multiplications désordonnées de Sons,aux intensités irrégulières et provenant de tous les sens,sans compter,la brusquerie de sons innatendus,stridents parfois.
En dehors d’une sphère humaine préconisant le soin du corps par l’épicentre tension mentale
sont créés des trous de mémoire,des pics
Les odeurs(la pollution pour la planète-les fumées-le manque-la disparition du petrôle)
Le détraquement par le visuel
Le champs coupé de la vue=dans une pièce il faut avoir une vue qui porte au moins à trois mètres.autrement interruption de profondeur-comme les onomatopées,des chocs nerveux qui empêchent le débat d’idée de continuer dans sa fluidité,cas d’urbanité
le problème sonore-mettez-vous à une terrasse pour lire.
Tandis que le tramway,c’est sopht-feutré-comme un lac gelé où passent quelques traîneaux
Une impression d’espace,de fluidité et d’organisation des choses à leur place.
Il n’y a pas une dénivellation des niveaux-diminution des rues,désorganisation plus on s’éloigne du centre,de plus en plus sérré,ce qui corréspondrait aux niveaux sociaux-reliage communautaire,égalitaire<? 2_dans quel type de droit considère t-on la qualité de vie?tout juste des zones présèrvées dans les écoles où là il y a « l’existence du jardin qui devrait être partout,depuis le parcours des mamans poussant leur landeau près du square Boyer à Césole sur un parcours qui ne fait que continuer un vacarme,le type de la chaussée étroites et pourtant elles semblent dans leur vie,modestes dans leur attitude,elles ne semblaient pas vouloir devenir très différentes,comme quelqu’un qui aurait de l’ambition ou l’envie de posséder,leur vie quotidienne ,peut-être pensait elle à un autre bien-être,peut être certains craignent -ils que la vie soit plus agréable,je dis ils comme s’il éxistait des résponsables à des améliorations possibles,comme si l’étroitesse qui juxtapose les logements,la proximité,leur accumulation,la proximité des trotoirs avec la route,les véhicules:le bruit,la pollution,l’agitation contre nature,le manque de travail,mais les attentes des structures de garderies,d’écoles comme il faudrait. » »quand même au quartier St Michel,j’ai pu admirer la configuration du paysage,de belles montagnes avec des maisons comme des bijoux qui les décorent.Il existe des symétries étudiées qui rendent l’enssemble cohérent;on a,sur le centre du carrefour où il ya le tram,le marché,la salle de sportune vision d’un éspace asez aéré,où il y a des vues.en entrant dans les quartiers;ça se resserre.la prairie,a ses réstrictions du champs libre qu’il n’y avait pas autrefois,la sinuosité et la vitesse du tramway lui donne un nouveau désign. »
En plus des places de parking,des murs et de l’horizon,au lieu d’entendre un autre langage,
Elargir les trottoirs était une logique,à cause de la terre battue où on salissait ses bas de pantalons,mais,de fil en aiguille,on en est arrivé non pas à l’urbanisation mais ils ont dû comprendre par cohésion » tout coullé dans le même goudron, »à une manière de fabriquer l’organisme urbain,selon les sécteurs,qui restreint les couleurs de la vie en tant qu’être humain en connaissance intérieure de lui-même,qui vient de quelque part,qui a différentes entités comme la famille,la culture,la personnalité,qui ,mais pas forcément étant son devoir dans la nécéssité de colléctivité,aquiesse certains choix pour lui même,certaines préférances,ses goûts, ce que le pretexte du pragmatisme a tirraillé dans une vision du mécanisme où l’on entend que les gens n’ont pas de projets,de vision,d’idée pour l’Europe? dans une logistique de sens qui leur donnerait un moyen réèl dont ils n’auraient pas les programes et les pouvoirs ou les raisonnements,le cartésianisme,l’apprentissage,qu’il faudrait quelques cours pour les plus doués pour qu’ils ne se sous éstime plus devant la performativité,plus ou moins associés à une critique du socialisme qui eût pu un peu mieux réspécter les lieus de l’humain et de la planète qu’on veut nous le laisser croire,tout en choyant une économie où on aurait vu ‘peut être il ya trente ans,comme cela ressort aux Etats-Unis,une autre doctrine ,ici,par rapport aux concurences qui conduisent à la désértification par la globalisation des groupes dominateurs qui décident même parfois du paysage des autres,puisque sa sémioculture est une possibilité de critique de sens plus qu’une critique jouxtant la logique de profit par l’élimination de l’autre,selon une notion d’héstétique des sens,et d’essence intellectuelle et selon un ordonancement ordonné où ils n’auraient peut être pas usé du pretexte de l’euphorie ou d’un narcissisme prenant le pas sur l’ego où la psychose du 20e dont on reconnait les symptômes et quand les choses devaient être mise à leur place elles ne l’ont pas été dans la répartition des choses dans un lexique formulé clairement,mais soit dans des érructations ou dans des beuglements,ou dans des stigmatisations et mettant en danger l’éspèce toute entière par le totalitarisme moderne,qui laisse la porte ouverte à la corruption des marchés ,à l’agencement du logo non pas inécoutable parceque venant d’en bas et non pas faisant comme s’il venait d’en bas,mais permettant aux autres de se formuler,et que ne suffit-il que de savoir les autres heureux,d’une part,et de concevoir la justice malgrès les differences,si tout le monde est dans le niveau dans sa progression qui lui convient.Un urbanisme différent,pour en revenir au sujet,le développement d’un modèle de société,
parce qu’autrement c’est une supperposition d’autos.Déjà que l’espace entre les immeubles s’est ressérré-dans l’ancien temps=chemin de promenade,tramway,arbres,coures,jardin,plattes bandes,ce n’était pas un cloître de macadam entre une magnifique maison et l’autre côté de la rue où à présent parfois on ne peut même plus les apprécier,et c’est bien par respect et amour de la ville que je dis cela.La modernisation qui,au lieu de perfectionner ce qui est déjà avéré pour être un bien,et améliorer ce qui en a besoin,et c’est là tout le problème des politiques ,celles des différents groupes ,pas ceux forcément politiques,qui conduisent à ce que l’on sait,c’est qu’ils créent le retour au cycle qui revient toujours aux mêmes meaux en transformant à mauvais escient ce qui fonctionne,comme s’il fallait faire un changement alors que c’est déjà correct dans le sens épysthémologique,dont il n’est pas utile de jouer avec,en se trompant de priorité,la paisibilité,l’entente,l’intention de bien,alors qu’ils ne se souviennent pas qu’à un moment de l’histoire psychanalytique il faut arréter « l’enregistrement » de la représentation du monstre,la chutte dans le néant,la condéscendance,en se donnant des limites,comme par le fait de relativiser en trouvant des positivités,une chose,un site,était vu comme ce qu’il y avait de plus parfait,réunissant tous les corrélats du bonheur,ce qui correspond aux découvertes du débat d’idée conduisant à la disposition de l’analyse par l’opérationnalité des méthodes.Ce qui deviendrait un monde stable tout en édifiant que par nature les choses sont en mouvement qui ne sont pas à différencier de la stabilité,à cause d’une inconstance du monde.Au lieu de modifier tout le temps ces choses pour utiliser la modernité,comme en médecine la modernité doit servir à ce qui peut s’opposer à la précarité,et préserver ce que l’on a de plus cher.Platon nous a enseigné à revenir aux bases,si pour lui Dieu était extérieur à l’homme,pour Aristote l’être avait Dieu en lui,et nous pouvons très bien rentrer dans le questionnement spirituel,ainsi si une poêsie est bien faite pourquoi la séparer de l’écologie,de la peinture de source,lui surrajouter une exploitation , ce qui est la cause du mal être ,elle qui vient de l’idée,de la pastorale et de l’organisation des pensées dégagées de l’obscurantisme et des superstitions aux seul droit coûtumier et de structure fèrmée, pour s’élever jusqu’à l’opéra,à la romantique de Dante qui aurait pu être un courrant si on ne l’avait ramené aux Grecs et aux latins.

Dans le contexte où l’on construirai un « tram sur la prom « on aurait modifié la modification ,donc ,assujétis à ce qu’avait opéré l’auto,à l’époque où il fallait posséder le monde par son type obligé ,les rois du pétrôle ayant changé de masque,au lieu de garder le modèle qui n’était pas humain objet,obsène ,mais sensualité ,plus sensitive encore par sa force artistique que par son inconscient,sa pensée souffrante,l’expulsion du trauma,à la mémoire ,au lieu ,de référence à la construction qui donnerait une vision de charme distingué ,où ce qui était à entendre étaient d’autres mesures,comme si le mauvais rêve pouvait encore prendre pied dans l’époque actuelle ,qui font aujourd’huis que l’on a été bien au bout de l’intérêt du profit,les études sur les nouvelles énergies,et une planification,pas encore toujours observable,c’est à dire une cohérence avec l’héstétique qui a porté les valeurs qui favorisent le bien être,l’équilibre,le juste régulant les fonctionnalités,dans les limites de la guerre par exemple,ce qui a une certaine sensibilité dans la notion de l’intemporalité qui est exprimable par la suggéstion du rapport que l’être peut lui donner dans la potentialité du signifié du temps,comme dans l’attestation de non récupération de ce qui parfois gouverne en nous à la place du plan réfléchi.Prenons l’exemple d’un sujet/des villas ont disparrues aussi,ceux qui prônent qu’il n’y a pas de « révolutions » sans violence ne sont pas dignes,on est plus intelligent que l’instinct de déstruction,c’est la pulsion de vie qui est bonne,et même peu de chose peuvent lui convenir .Le monde éphémère ne nous laisse plus le choix,est sans retour,comme la privatisation ou les réformes qui ne présèrvent pas tout de l’intégrité mais qui sont emplies d’intentions non pas dans la conversion philosophique qui laisserait la possibilité de faire machine arrière,ce qui a été dans le passé des redéfinition qui était comparable à ce qui était parfait,aussi,on peut imaginer ce que pouvait être le château sur la colline qui amène à penser à la redécouverte de citées qui étaient merveilleuses,dont nous rêverions qu’elles soient toujours intactes,les villes retrouvées, désengorgées,avant le positivisme de la modernité pour la modernité mais par la paisibilité du charme et des délicatesses du site,et on peut se sentir ahuri de voir que ces maisons ,avec cette allée où on pouvait marcher ,promener son landeau,ou les espaces étaient preservés pour l’apparition des automobiles qui étaient la grande découverte de l’époque,et la qualité de vie auprés des allées d’arbres,la pensée parrait évidence pour la musicalité de la perception de l’humain,ce n’est pas une question psychologique mais éxistentelle,ou le conditions des marchés ont empeché d’entendre les vrais débats pour la civilisation et les danger qu’elle encourre dans le lieu commun du mental qui après se traduit dans le social par le machisme,la brutalité,l’intérêt personnel,le mépris,alors que dans le cas où dieu est dans l’homme,il est avec la nature et la premiere métaphysique est l’avenir et non pas d’une réduction de ce qu’on voudrait faire croire comme une gentillesse contre nature,alors qu’on aimerai bien voir jaillir sa lumière,alors que c’est le sens de l’éducation,de l’érrudition,de la qualité humaine, comme ce qui ne serait pas dans une confusion du sens de l’harmonie de l’homme avec la nature et des cohésions des cultures mais du discernement ,mais,sachant que l’homme n’est pas fait que de bien,il peut en être à la recherche toute sa vie,au lieu de ça il recherche non plus la théorécie mais la pseudo-gloire,pendant que l’essence de l’être ne devrait pas consentir à cet archaîsme qui met la parole du romantisme à l’écart et le ramène à l’empèchement de la participation des femmes au débat,ou des employés ou des faibles,par rapport à ce qu’ est la Joie de passer à autre chose que des siècles qui ont conduit à l’esclavage,à la cupidité,en prenant les problèmes à l’envers ,au lieu de positionner avec précaution les éléments du contenu en sémiologue

Comment apprendre aux gens à faire des segments à pied,pour les commerces,l’explication de sens dans une démocratie intelligible
l’utilité.La voiture en déplacements inutiles,à quoi corréspond par exemple le fait d’avoir à longer la mer,ce qu’on ne fairait pas comme parcours en tramway.la voiture en déplacement utiles,donc la double voie unique,une partie villégiature à l’intérieur de la ville
ça sent bon
pas d’agressivité
espace=paisibilité
pas de portières qui s’ouvrent=éspace ordonné
pour organiser des places un peu.le principe des tiges corréspond bien à la structure même du tramway.si les gens le repèrent mal,on peut en installer des la tête garnie d’un fanion pour indiquer le cotage du tram,mais en général on se rend compte tout de même que l’on marche sur la voie de chemin de fer,pour ce qui est du psychologique
pas de change billet/monnaie,on peut utiliser la carte

présépi

mars 17, 2009

dsc002812

le présépi

mars 16, 2009

Défense des Femmes,ma vision de la psychanalyse

mars 15, 2009

dsc00091dsc00097p7280099photo-1cle-usb-062L’être ne se sent délivré que quand il a porté ses noeuds,ses fracas  psychanalytiques à la paix ,la sensibilité du mécanisme qui peut osciller sur différents plans ou micros- organisations,ce qui représente l’équilibre de la fonction sexuelle , où l’on voit que l’être est précieux .mais pas seulement,évidement,il s’agit de la psychologie,du mental,et de la sensation de la vie,qui se rapporte en général à l’environnement proche,ou les opérateurs du surmoi éloignent du moi dans des proportions variables,de l’apprentissage aux diverses influences,jusqu’aux complications et même au trauma.En tout cas j’accorde une grande importance à l’effet que procure le monde,ce qu’il reflete comme confiance,comme portant le Bien,la volonté et le soin porté à une conduite réspéctueuse,où s’il est le miroir de sa discorde,de la proportion qui l’entraîne à être dans la diréction d’une négativité mal perçue,et mal gérée,où il deviendrait négativiste plus que paisible,ne sachant plus ni se dégager de ses obcurations ni admettre une innofensivité,ni considérer que sa négativité peut être placée dans une dénomination la rendant inopéranta dans la déstruction,sinon à quoi servirait le dialogue,la réfléxion,la parlementation.La criminalité,par exemple,ne devrait être qu’un cas d’erreur,rare,dont tout un chacun devrait être informé que cela peut exister mais la proportion de méfaits dans le détail,et d’angoisse en générale en tant que terme existantialiste fait plutôt penser à une absurdité,comme ce qui conduit à l’extrémisation des pensées,à cause des équilibres qui ne sont pas réspéctés,et qui font la beauté des communautés comme de la communauté.La mémoire est personnelle et son concept intemporel est comparable à ce qui inscrit sa mémoire génétique ,ou ce que l’on peut retrouver d’ un corps comme trace de son vécu ,ce qu’il a consomé,de quoi était faite sa vie,alors même qu’il est sorti d’un sarcophage par des savants…Il a un patrimoine génétique et le corps a des réseaux que la raison ignore,en même temps que son ésprit a une vie.Parfois il ne sait pas qu’il sait des choses,parfois il croit qu’il sait mais il se trompe,mais le développement du débat d’idée devrait avoir amené à une compréhension de l’analyse,devenue connaissance de l’analyse,devenu méthode,au lieu d’un cycle qui conduirait au même ressassement,pour faire en sorte que le mécanisme ne soit pas un ressassement,comme Il est accompli lorsque la fonction sexuelle n’est pas un tirraillement , comme celui de la crainte ou du fantasme ,ou du mensonge ou de l’intention cachée,en politique du syntagme sémantique,où l’on trouve le sens des mots,des phrases,et des énoncés; mais que l’ésprit a trouvé la jonction avec l’univers et le corps .  Le flou dans lequel est pourtant visible une porte de la conscience   est fermée par le temps et aussi par l’interdit du conscient qui a ses propres distances , des défenses immunitaires du psychique ,des cloîsonnements au besoins du vivant,où se truche l’interrogation entre le quéstionnement de la possibilité du bien dans la nécéssité,du devoir dans le bon sens,dans la continuation de l’idée dans une stabilité améliorant et perféctionnant ce qui s’est avéré bon dans la construction,plutôt que de mettre en opposition les générations et la modernité,qui ne doit pas déssèrvir ce qu’on peut considérer comme la tradition mais ,comme le travail,être au service de l’homme .L’apparition du sentiment de La crainte , proviens peut être de ce que l’on parviens à connaître intérieurement le point de rencontre de l’être avec lui même,dans ce que son corps lui indique comme fragments intemporels,dont des choses qu’il n’a pas envie de revivre,qui se rangent à peine à t- il quelque ressenti de ce que peut conduire la vie comme sens,dans une sensasion d’une intuition,en même temps que la connaissance du danger,dont il tente d’éviter les domages par répression de la suppréssion des sentiments ,qui introduit ce qui est subit,négatifs,à l’encontre d’une méthode faisant passer le négatif dans une diminution de la gravité fatalitariste autoritariste et non pas à l’autorité juste-ce qui fait autorité,qui est approuvé-qui sont en fait souvent apparentés à la répression des autres,ou ce qu’est la régréssion,ce qui empêche l’évolution fluide du mental à son niveau de penser,la réppréssion des sentiments,des équités,des droits humains,des précaunisations qui protègent la fibre psychologique comme le tissus social,remis en quéstion par les »notaires »ce qui a retiré la satisfaction aux axiomes du mécanisme ,conditionnés à leur réduction vaniteuses,discerné de la volonté « si la volonté ne peut être que bonne si l’homme ne veut que ce qui est bon pour lui, »discernable de lui-même théoriquement ,justement de l’égo s’il a des résponsabilités où l’on discerne la réthorique qui est assimilée à la manière quà le mensonge de s’appuyer sur quelques vérité pendant que le juste s’appuie sur la vérité qui peut contenir quelques fautes.Synthétisant,ce qui édifiait la Joie de …retrouver un pays,d’édifier la république chez les grecs après réduits dans la voix démocratique par l’aryanisme,(monarchie des familles ),qu’ils fûrent leur contrôle non pas du temps passé,pour ce qui est de l’énigme de la propédeutique psychanalytique qu’ensuite on tente d’oublier comme le trauma,comme  »étant  »d’insatisfaction,celle de ne pas voir la floraison des potentiels à cause d’une rupture entre les êtres,au premier abord,après l’hypothèse que ce fut un fait naturel,ce qui est démenti par l’eden visible,et par la positivité,l’idée de la conscience de la chance de vivre.Une lutte pour la vie est dans ce refus d’imaginer l’angoisse,puisque,en dépit de présumables manipulations de forces adverses qui ne sont que dues à l’imperfection dans la complexité ou l’instinct de l’homme qui le replonge dans ces sombritudes ,sa bad volonté,son obscurantisme,son impuissance,où ce qui use d’imposture,de boîcote de la progression des pensées par l’empêchement des mots comme de la dimensionnalité de la précaution dans le machisme ou les soud traîtements des être dans les classes sociales érrigées de la même manière que les rapports de force édificateurs des forts,des faibles,des pauvres,des riches,au lieu d’une relativité de ce qui peut leur être dû selon les cas,comme les impôts ou les projets évolutifs de vie.Aussi , le désir premier est celui du verbe : le Logos , signe que l’être est en   vie , le premier verbe : voix de l’enfant qui sort du ventre   de la mère pour se joindre au monde. Le langage,le désir de rencontrer la compréhension de l’autre est ce qui interfère à l’idée que l’on assiste à un univers d’opinion qui montre une agravation de l’obstruction , comme si l’on ne pouvait plus se comprendre ou se mettre à peu près en concept équitable , le désir est donc un voeux, universel  que l’on cherche à protéger,comme intime et légitime au privé.Que deviendrait-on si par ailleurs nous réduisions le désir au sexe?Nous ne sauverions plus la Princesse,chevaleresques, mais nous n’écririons plus,ni ne fairions du théatre ou du jardinage ,ou des intelligence de soins portés ,qui montrent aux enfants,comme les rased,qu’on leur voeux du bien  , ou de la poêsie , car en fait l’être à besoin de se comprendre lui même , et de définir , de se remémorer de ce qu’il est , diverses séquences  de son temps,depuis la poêsie à l’épopée, celles des pensées organisées qui ont besoin de précautions pour rester dans la sphêre intelligible.La constitution de la protection de l’individu par sa solidité psychologique,discerne le langage pensé,le plan émotionnel où une doxa intervient avec ses impulsions qui doit être interrompu par le plan de la réfléxion,vers laquelle appelle la maturité,plus réspirable que la réaction directe,dont on ne sert pas pour communiquer avec les autres.Parturition et réciprocité plus que consomation,la parole,l’écriture,la reflexion,qui fait que l’on prend conscience,de l’application des constitutions,comme le skieur qui a bon temps dêtre inspiré de s’arréter dans la pente pour admirer le paysage miraculeux qui donne un sens à l’éspoir pour l’humain,vu dans la métaphysique ,compassion,miséricorde,dévotion,déposséssion,foi dans la possibilité d’un monde véritablement libéré de ses meaux,dans un ressenti qui doit être comparable à ce que peut être l’importance de l’abolition de l’esclavage,du droit de vote donné aux femmes,de l’écoute du thême de l’écologie.L’écriture,De nos jour,elle revêt la caractéristique d’être souvent portée sur la situation,l’évênement:Sur l’Affiche de la Foire de Nice,nous pouvons dénoter que les yeux,synonyme de conscience,de sincérité,de franchise et d’amour,sont voilés,comme par effet d’idôlatrie inverse de ceux des éxés du contrôle  de la moindre pensée,pas dans la vue de l’ésprit de réflexion mais dans le téléguidage de la machine désirante et sésistante qui est tout ce que l’humain est pour son souffle de vie,ce qu’il  est,ce qu’il fait,ce qu’il se refuse à consentir,et c’est d’un regard de compassion que je ne voudrai faire de peine et ne pourrait faire de mal à une créature qui représente si bien les doutes de notre époque,du reportage sur les crises ou les manifs,à la récupération des êtres par les boîcotes des ésprits de puissances qui tournent sans trop savoir dans quelle diréction,mais rarement pour se poser sur une fleur avec la délicatesse d’une éphémère ou d’un pistil,avec la suspension des désirs qui n’est pas le propre du systême de consomation, qui n’est pas,bien régulé,plus ennuyeux qu’un culte de l’égo où autrui est un ennemi qu’il faut éliminer pour prendre sa place,ou du corps sans autre dimension que le présent,matérialiste,convoitisant,médisant,qui mettrait de côté un modèle de société où les sens réunis,formeraient une sensualité structurante ,sans chocs,pour un univers entier,sensible pour les enfants, sensitif pour les ados,sensé pour tous,sentimentale du pépé  au nourisson, semblable pour une société sensationnelle  où la représentation du corps de la femme serait dans le sens d’une beauté naturelle à ,dans l’anti libèrté comme dans l’erreur de croire que la dépravation soit une quètte de la personne,un libre épanouissement,un pas vers le bonheur ,ou une réaction courageuse face aux contraintes sociales,surtout quand elle est inspirée par ceux qui n’ont pas pour base de société leRespect;l’éros de l’écriture contraire aux pulsions de mort,à ce qui conduit à la vulgarité et à la brutalité par les archaîsmes qui se réinstallent du machisme à la phalloctatie ,de l’exploitation à l’imixion dans la raison forcée par ce qui nous déroute sous une forme de stratagême,plus que d’intelligence,à laquelle nous nous laissons berner tant elle est psytacyte,sophiste,dans le gouffre de l’inconscient,comme la violence,du reste,symbôle de ce qui n’a pas de scrupule,dans une certaine éthimologie de la définition d’une certaine  onomatopée insultante pour la femme,qui sert à les rabaisser en remettan,t à des conditions qui en fairait un langage commun le féminin de salaud,au lieu d’employer des compliments et de la Douceur!La vie est assez difficile comme cela sans qu’en plus l’ouvrage du saccage du mental,premier lien social,soit sur un pied d’éstal,au détriment de la recherche du Bien,et de l’innocence,dont on a dit,comme de la guérison, qu ‘elle n’habitait pas les lettres;mais qu’est la société qu’une ,un vivier pour la fluidité de ses axiomes,la syntaxe par son éducation,ses mesures,par l’information,la formation,rappellant la grâce universelle des cultures,de l’organisation  qui est accompli par la politique,la communauté dans sa quètte du Bien,dans les applications des signifiants,qui vont en diréction du bonheur de la sophia à l’ousia,à l’éthique…                                                                                                                                                                                                Au Consomation qui ne prend pas plus soin des  gensque le monde comme il va pour Zadig de Voltaire,auquel la bonne intention ne voudrait pas le changer mais où la mauvaise serait péssimiste au point de faire la femme objet,l’homme paganiste croyant vivre ensemble sans vouloir le bien de l’autre ni les droits,ou trouvant à la mode de séparer le sexe et l’amour,dupe-culture de la luxure au lieu de la luxuriante humanité ,ce qu’il vaut mieux à apprendre  »Pendant mes études,étant enfant,je pensai à la place de la femme dans la société.L’avenir serait-il plus proche du monde que je pouvais imaginer éspérance dans un univers où je voyai Nice  et sa vie intérieure dont la vieille ville était tel un jardin qui s’interiorisait,devenant dans mon nid à moi,une maison de poupée,teintée de colorations roses,oranges,aux verts tendres et aux bleus déclinés,dont les fleurs et les saveurs,réèles,étaient les bourgeons pigmentés et parfumés qui faisaient ressortir la pensée en rêve »sens philosophique de ce que le jardin qu’est la vie offre de droit à celui ou celle qui en est doté.La beauté,un cadeau dont on ne peut plus théorécique de toute chose,non la gloire ou le pouvoir,se départir qand elle a pris l’essence,la cause ,et pourtant la représentation de la femme marchandise dans la marque de l’exploitation sociale,de l’aculturation parce que le culte de l’égo est confondu par celui de la beauté ou du corps dans un idéal de société qui n’a que la matière du présent à l’ésprit,qui ne s’autoanalyse plus par l’idée qu’une entité parfaite pourrait le relativiser mais qui se voit par ce qu’il peut accomplir à l’inverse des autres,ou bien il se rend docile à ce qu’on lui a appris.La femme,habituée à devoir supporter l’ég des autres qui l’acaparent dans ce qui est souvent ressemblant à la fatalité du non sens qui devient l’apologie de l’impossibilité du sentiment,ou la répréssion de la foi en l’Amour,qui laisse le champs libre aux langages qui font monter les degrès d’indélicatesses,depuis l’etat des pensées,bien qu’est à discerner la pensée,l’émotionnel,les plans de communication,comme le neutre qui est dans le métalangage ou dans l’écoute de la mémoire particulière,l’écrit ou la parole,ici,ce serait dramatiser,car nous sommes conscient de ce que le systême de consomation a réussi a vendre par la séduction,si ce n’est par l’invalidation de la réflexion et même du choix,très bien représentable par l’omnubilation,qui est en fait en réalité le sujet Platonitien de la posséssion de l’autre, de la raison de l’autre,de,ce qui est le sujet de la psytacite,mais pour se faire comprendre de l’autre s’il a une opinion impossible à changer,Socrate nous a appris par une démonstration la maieutique,comme,en tant qu’humain,nous pouvons même convaincre les plus irréductibles,par nature universelle,pas par violence ou usurpation mais en considérant que nous ne sommes pas étranger à une quette commune,mais le refoullement est réduit par l’utilitarisme ou la sensualité devrait repousser le surrajout des autres sur la topique de la constructivité saine qui pourrait être ce qui amènerait au bonheur,but de la politique de l’être par la certitude que le Bien est une recherche que l’on doit suivre toute sa vie.l’epoque actuelle ayant ouvert le débat du Capitalisme au grand jour,l’omnubilation du produit financier est ici cause du sourire,même du rire,en même temps que le sérieux du sujet,en effet en tant de crise c’est un pied de nez au moyen mis en place pour booster une consomation qui présente du 100%100 naturel irrésisible,en même temps que toujours avec un pied dans l’étiquette utilisée au sérieux-?une répréssion des sentiments par l’absence d’un modèle de société,ramené à l’utilitarisme matérialiste ,montré par le bandeau sur les yeux,la marchandisation au lieu de la sincérité,un représentable par le manque  faire confiance  et se retrouver seul ou mal traiteé.Il n’y a que l’innocence du sommeil des enfants ou de ce qu’étaient les êtres avant d’avoir été détourné de cette notion naturelleméthiquement ,innocence de l’image recommandable qui devrait symboliser l’harmonie visualisable dans l’ésprit du rêve,de l’idée,sous une forme réstée claire,à laquelle la réflexion doit se rapporter,sinon elle contredit l’idée de la lucidité c’est à dire des droits,à la place de l’esclavage .Une compréssion du romantisme et d’une fluidité constructive qui a conduit  le modèle Dantesque à être ramené par la rigueur Gréco-romaine ou le culte du corps remettait,aphorismé avec le matérialisme,le sens d’une société plus fluide et le sens de la parole démocratique à laquelle les femmes n’étaient pas conviées,alors même qu’en la citée dhammourabi il y a 4300 ,Le Code donnait des droits aux femmes dans l’équité,et l’Amour du couple comparé à l’amour que Dieu porte à l’humain, sensible ,aux sens développés par l’enseignement ,la culturel,les potentiels d’expression,pouvant structurer le mental et de l’individu à la société,structurer le social,qui serait scéllé par l’équilibre et construit sur la base du respect où la structure morale serait constituée par des limites naturelles,et comme le disait Rousseau l’homme peut être libre quand il a assimilé une conscience,où il se comprend dans l’universel en même temps que dans l’infinitude,relativisé par une résponsabilité sur l’égo.On n’y connaîtrait pas les mauvais langages,dont l’ésprit de puissance,de rapport de méchanceté,de force,retrouvant un sens du monde aussi important que l’astronomie,ou la règle sans calcul qui est à la fin du texte,au lieu d’abus du côté de l’exés,du conflit,de l’erreur.La dialéctique conçoit un individu heureux dans une société adaptée,conception de l’harmonie dont la justice,la vertu conçoit la Paix,le dévelloppement d’une société honnète capable d’optimiser ce qui est le concept de la vie,lorsque l’industrie ne formatait pas par la récupération des Groupes la qualité du produit et l’intention de la production,quand on s’attachait à l’entreprise par l’état d’ésprit,comme une considération du bienfait,pour l’environnement,pour ce qu’on apportait à l’économie du Pays,un état général à considérer comme la santé,l’équilibre des paramêtres où l’individu s’est construit,qui doivent rendre meilleurs,libre et responsables une fois qu’il a le sens de la logique de la moralité  qui va dans l’idéal,qui est la possibilité de transcendance,donc de penser : le propre de l’homme et de la femme.C’est le mal être,l’agressivité qui est mauvaise,c’est le regard de l’autre qui fait des complications,l’Amour est de vouloir le Bien de l’autre,charité,chasteté,mariage avec ses complexités,ou d’autres situations,donc le soin porté,le refus de la souffrance ou de l’amour de la haine,la luxure,ou l’on se repais de l’erreur comme lorsqu’est associé le sexe à la violence,et même le langage,l’intention de nuire,ou la distraction que c’est parfois,qu’il y ai une cupidité ou un réflexe,une récupération des efforts qui sont avérés ,délocalisateurs,de speculateurs,de contremaîtres,de joueurs,de déspotes, une catégorie d’individus,de groupes,d’actionnaires,depatrons,de faux sociaux,d’externalisants

,et malgrès les doutes,le pire est l’extremisation des pensées.C’est vrai que des fois,un décolleté vaut largement une fixation comparative ,dans laquelle on ne peut même plus savoir dans quelle mesure l’homme réspecte la féminité dans ce criptage de zadig dans le monde comme il va,le verbe éxister/être à sa place.Dans la contrainte Becketienne,le double jeu de Mister hide,le portrait de Dorian Gray,la solution la seule,antifatalité,viendrait de la Parité pour que les choses soient sur une base de la normalité…comme ça à l’écriture se serait ajoutée la peinture.

mars 12, 2009

Bien souvent , au lieu d’avoir à entendre quoi que ce soit d’autre ,où tout le monde se plaint pour lui même , nous  pourrions souvent nous demander ,premierement,si les gens autour de nous vont bien,au lieu de s’omnubiler sur leur personne pour certain,de savoir si les filles n’ont pas quelque chose à dire,et si elles ne sont pas ennuyées par un monde parfois de machos qui ne s’interrêssent qu’à leur propre égo,alors que ces filles en quéstion ont peut être quelque chose de plus interressant à dire ou une langue aussi passionante que celle de ces types qui réclament pour eux-mêmes,ce qui pourrait faire que la société soit plus fluide , plutôt que d’en faire l’époché des sentiments , de la douceur , du sens et de la sensibilité , signifiés par la culture,l’enseignement,et le soin porté à l’ensemble du contenu,au lieu d’être sur un principe égotiste fondé sur l’élimination de l’autre,ou le contre sens de la force dans la subjectivité de la joie,la trivialité,ou l’exaltation de la force,de la guerre ou de l’effet de groupe,alors que l’on devrait se remémorer un signe linguistique qui prononcerait que chaque être a une vie qui lui est propre sans que ce soit au détriment ou contre l’autre;nous en revenons au langage,sans complaisance avec le manque de douceur,de sensibilité,il ne faut pas tenter de nous faire croire que le non violent serait un faible,le doux un mou,mais que c’est la bonne thérapie.Pour une progression de la Construction Européenne nous devrions reconsidérer la société dans cet état d’ésprit syntaxique,pour qu’elle soit façonnée à la manière d’une belle oeuvre.C’est peut être le sens d’une union nationale que de trouver les solutions d’un monde qui doit changer en trouvant les équilibres par le socialisme plutôt que de se jouer des principes de ceux qui cherchent à développer un systême différent,et aller dans une amélioration du Capitalisme.En effet,il est la construction de la civilisation plus qu’un systême arrété à ses dérives,qui sont de plus, le plus dans l’immédiateté du champs d’opération de l’homme qui est la culture,l’intelligence,dont la réalité ne peut être prise pour ce substitut qui les cachent et voudrait les confondrent,comme si l’intelligence avait ces leurs pour élément principal idiorythmiques ,que réclame le moindre réspect pour ceux qui ont passé leur vie à y oeuvrer,la rechercher ,des caravelles plus proches de nous mais aussi des traversées Celtes -Nordiques ,Noé le patri arche,l’Age d’or Indo-européen,manu le maître de justice,pendant la mythologie Greque,ce qui remet les choses en place,il suffit de lire les trentes sept premier versets de la premiere sourate du Coran pour penser à une bonne conduite,ou les rêgles de communauté,le manuel de discipline,la Torah.Quand on sait les présences de tous les peuples,lorsqu’on prend conscience de l’histoire profonde,des tribus et des sectes variées,de l’ancien Testament qui se prolongeQoumrân,ésséniens,saducéens,pharisiens,hasmonéens,)pré-histoire du Christianisme,édifiant l’élaboration de la pensée,de la progression des principes et de la compréhension des paramètres de l’humain- , textes des roulleaux de la mer morte ,les manuscrits de Qoumran,les écrits de Damas ,sur les terres de canaan,le Royaume Indo-européen ,de Mitani,source d’harmonie des mondes,la Mésaupotamie(hébreus,hittites,hicsos,étrusques,galates,ceux qui descendent des hauts plateaux d’Asie mineure,certains moines ,des libres penseurs,des perses,des mazdéens,sabéens,des Bysantins de la montagne syro-libanaise;des Nordiques;Moshé,fils de pharaon ,lesquels,peuplant la planète,dont une grande complexité de l’épopée a rejoint ses fondements sur les rives de l’Euphrate,la Mésaupotamie,les bords de la Mer Morte,l’Egypte,ce qui relie les peuples de l’Indus,de la Perse,les Mâges Celtes ,la rencontre Judéo-Chrétienne,au temps d’avant moîse,l’édification des droits dans les citées civilisées,comme Hammourabi,et aussi certaines apparitions de tyrrans,comme Assournazirpal,ceux qui pratiquent essentiellement la cruauté de punition,la tyrranie,l’asservissement sur leur propre peuple ou les autres,pendant que d’autres s’efforcent d’être bons,de rester dans les références loyales,du monothéisme aux Humanismes,des grandes découvertes aux répèrtoriations,des sciences ,du développement,par différentes phases,de la mécanisation,du travail pour le bien de l’homme et pour alléger la souffrances,aux cataclismes planétaires comme la pollution,la colonisation et l’esclavage,les désastres,la shoah,les pôgromes,souffrances qui subordonnent l’homme à l’histoire et causent la constatation de le savoir,atristante réalité pour l’ésprit innocent des enfants qui découvrent les choses en s’habituant notament à différentes visions et associations d’idées,qui déjà peut éspérer d’autres cohérences pour la vie,la pire traduction de la négativité étant la déstruction,que peut seul justifier la légitime défense,ou l’oppération que fait l’oeuvre naturelle pour l’empêcher tout en faisant passer la négativité autrement,par des degrès la métamorphosant en un mouvement inoffensif,comme celui du jour et de la nuit.

mars 12, 2009

photo-1cle-usb-008J’édifiai la continuation d’un long livre lorsque je suis arrivé au sujet de l’hopital.

L’écriture ne peut être bien comprise dans son style si on en extrait un texte sans avoir suivi l’état d’ésprit qui traverse la pôesie de nos pensées et ce que permet comme concepts l’alitération.Pourtant j’aimerai que vous pûssiez en lire un extrait.

C’était sur un chapître sur le psychique et sur ce qui peut influencer les rapports de notre société.Il est des idées qui peuvent se mettre à prendre de l’importance soit qu’elles aient un intérêret particulier,soit qu’elles fûssent issues de l’angoisse,de la pulsion de mort,du trauma.Il peut tres bien y avoir une prépondérance d’idées déstructrices,mis à la place d’une intelligence naturelle,qui se démontre que par exemple pour le droit des femmes,nous ne sommes parfois même pas dans la normalité élémentaire.Les axiomes de la société sont des composants représentables par des signifiants;le langage.Il y a autant de langue qu’il y a d’êtres,et la défense des lettres est comme le ralliement à la pensée universelle,dans la mesure ou elle solicite nos facultés dans un monde édifié pour nous,que nous sommes à même de reconnaître ,à condition qu’il ne soit pas un langage séparé de la compréhension des autres cultures,et qu’il ne soit pas issus d’un niveau primaire oû le droit côutumier aurait le dessus sur les rêgles de la raison.
Les compossants,représentables par des signifiants des compompositions,des axiômes,ou des portes quand il s’agit d’un diplôme,d’un passage important mais aussi dans les principes pragmatiques.
De l’école après la crêche,au collège,aux orientations et facultés,aux options,à l’Université,qui considèrent le soin porté à l’édification du travail,du métier comme ce qui est le travail de tout un projet de vie qui devrait garantir une stabilité que l’on est en droit d’éspérer aprés un engagement dans ce qu’on essaie de rendre le meilleur.Comme pour le plan pour l’égalité des chances,les éléments qui concerne les progréssions en banlieues,et dans toutes les couches de
la société.
Pourquoi une telle prépondérance à une contraction aussi forte,repérable dans la forme obstructive,entre les visions des sens?
Créer un équilibre des richesses.
qu’est ce qu’une richesse apparente pour un déficit à long therme?
Je ne suis pas de eux qui prôneraient le remplacement du systême capitaliste ou une sorte de déstruction,sans avoir inventé ou remarqué qu’à part dans la synthêse de bien fondés qui peuvent conduire à l’amélioration du capitalisme,ce serait un manque de respect ne serait ce que pour l’histoire,puisque nous avons créé une syntaxe avec une multitude d’élément dans le temps,dans la progréssion de la vie des êtres,par faculté,compétences,ce qui est dans l’organisation depuis la société primitive,l’art,la culture,la technique,les sciences. »personne « ne voudrait balayer tout ce que la vie des gens a fait pour progrésser .Justement être totalement en accord,honnête vis à vis d’une éspèce humaine qui a choisi son systême en même temps qu’il a pris conscience du monde;
je n’ai jamais aimé les tirraillement,les turpitudes de l’erreur.Chaque être peut s’intérrésser aux sciences humaines,à la psychologie,aux spiritualités,qui donnent un sens aux choses,dont on connaît le prix ,les « Approches de la vie intérieure », »les signes et les symbôles « , »les mythtologies »l’aventure sémiologique »la défense de la langue »les situations »les écrits »le discours de la méthode »,dont on connaît le bon sens,la morale.
Souvent,c’est sur les femmes que retombent les charges qui pèsent de difficultés créées par le chômage,la suppréssion de ce qui les aide à vivre,
Ce qui sort le débat de l’hôpital d’une quéstion uniquement sur les modalités internes et d’économie,puisque le deuxiême ressort de l’hôpital est de favoriser une concéption sociétale,un état d’ésprit
en effet comment admettre un systême qui prônerait tacitement la débrouillardise qui obligerait les femmes ,comme le décrit bien le systême des crêches qui sont indissociables d’une vision de ce qui leur est apporté comme qualité de vie,aide à fonctionner parmi les vieillards,les enfants,des jeunes qui restent plus longtemps sous le toit de leurs parents,dans une conciliation d’une vie au travail plus difficile et longue alors que la rentabilité fait que les actionnaires ne font pas la cohérence avec le colléctif,séparant la vie de l’individu et celle du salarié qu’il est dont les quéstions de transport,de cartes scolaires ou de santé,met aussi en raisonnement l’urbain,la pollution,comme le chemin de l’école,l’aménagement des horaires,les facilités de tout type de ce qui leur est apporté comme qualité de vie,aide à fonctionner autour,est donc la santé,la thérapeutie sociale et la philosophie de la morale de l’économie,par le développement durable et le cycle vertueux faisant remettre l’argent par la base de la société à considérer autant,avant -on ne peut pas laisser les banques en faillite-le remboursement des banques associales .Les Groupes en arrivent toujours à fonctionner pour leurs propres intérêts,est-ce qe les laboratoires font des investissements pédagogiques?Qu’ils permettent la construction de l’outil pédagogique,plutôt que de gonfler des bénéfices qui vont dans tout autres domaines,comme dans des complexes hôteliers implantés dans des îles où,comme à Tahiti,santé n’est possible dans les bidonvilles.Ils devraient,ces groupes,participer à l’élaboration des écoles,des formations,des qualifications.Si la Poste était privatisée,les villages qui ne fourniraient pas les critères suffisants,il faudrait réinventer des postes communaux,ce qui en reviendrait au même
ils devraient,ces groupes,participer à l’élaboration des écoles,des formations,des déscriptifs analytiques,des recherches répertoriées par les méthodes,des compétences,des livres,des professorats
plutôt quêtre sous la main mise de la concurence,de la compétitivité,ils devraient construire avec le bâtiment,la maçonnerie,l’architecture,des pédiatries,des hôpitaux tranquilisant leur rythmes,et non pas comme en psychiatrie,les patients et le personnel dans des conditions misérables,ou mauvaises,(les pauvres autistes ,si on retire les rased,ne peuvent pas se défendrecomme tous les pauvres et les faibles qui parfois subissent des malheurs que d’immondes personnages ne subissent pas au dixième)dont la réduction oblige à dépasser le seuil duTemps qui réspecte l’énérgie,où on travail dans de bonnes conditions,en donnant le meilleur (troqué)pour l’endurance,sans le partage du travail.
On passe moins de temps à l’hôpital,il y a donc moins de lits,de remboursements,de solidarité,mais plus de professionalisme,de machinisme
Au lieu de les gouverner,ils fairaient mieux de créer des équipes de professionnels,sorte de fonctionnariat où les gens retrouveraient leur vie,et la société une profession,
une précaunisation l’améliorant ,une politique qui réunirait toutes les nations,
leurs actions ne doivent plus partir en bourse dans des actions qui ne concernent plus le domaine ,de l’argent qui part dans des hypothèques,de l’immobilierdu bâtiment,mais pas pour le sécteur où ils s’étaient investi dans un domaine de prédiléction,mais,par exemple,dans des nîches fiscales,des ségrégations au lieu de construire la société
au lieu de former des chercheurs,des humbles pour construire les pays plus tard,autant vous écrire que de précher,face aux axiomes changeant l’humanité en armements,car le signifié des priorités est toujours ailleurs pour les gouvernements autoritaires qui parfois ne rendent même pas l’eau potable
Il faut instruire la société à avoir de bons principes,plutôt que de l’enraîner à penser de la même manière que dans un monde paranoîac où l’ésprit de puissance,développement du milieu du chacun pour soi,où la rentabilité ou les menaces qui pèsent sur la pertinence des projets,le paiement à l’acte avant la qualité des soins ,si l’on réduit l’expréssion de la fédération des hôpitaux,en désharmonisant ses acteurs,,si l’on ne fait pas un forfait de prise en charge des pathologies chroniques de la même manière que l’on défavorise le financement et que l’on tire sur les remboursements au lieu de faire une éthique de régulation(mais ils-l’etat,les banques- encore plus vont aider le public et laisser se débrouiller le privé avec leurs propres fonds),donnant le principal sens à la couverture et à l’égalité des soins mais l’implantation n’est-il pas sous condition dans le développement durable que les privés participent à la dette où à la sécurité sociale que la caisse d’assurance maladie de la sécurité sociale à eu en déficit alors que les actionnaires découllant des actions de l’hôpital ,dans le btp qui en plus louait des locaux ,en plus construisait à l’étranger où on vit en éloignant les classes sociales plus faible du bénéfice des produits financiers ou de l’emploi ou en faisant des médicaments le soin principal,et fabriqués où la main d’oeuvre est moins cher par non équité des pays ,je crois
on ne favorise pas la pulsion de vie de la société,et non pas la justification de mensonges,d’extrémisations.
Le non violent sait le prix des choses,l’égard le soin porté la société
Sans défense.Tel que celui des mots sensés mettre à distance un intru,la Démocratie,tel que le reproche au danger qu’il fait encourir aux édifications:pour le déviant
moral,la structure psychologique qui peut être issus d’une délinquance perversive de pensées amenées à l’acte:éffractiondu psychique et de la protéction de la personne.Des éléments de chocs que l’on retrouve dans la phrase des mots en quantité saturante dans le commun d’un cértain etat d’ésprit de la société quand elle ne donne d’importance à rien,paganiste,sans mesurer l’importance de ne pas réster sur le plan émotionnel où se situent les pièges:le criptage de la langue humaniste,la crainte dont on ne peut se débarrasser,la distraction,l’imagination qui éxagère et amène à être détourné de la vérité du réspect

mars 12, 2009

photo-1cle-usb-0111

mars 11, 2009

L’analogie entre le planning famillial et l’ambiance de la societe.La preservation des plannings familliaux institue une classe d’idée se réferant a la sécurite de l’individu par la protection de la solidité du psychique.Le centre essentiel de la personne ne peut être atteint étant donne que la societe doit etre fondée sur la base du respect.

On peut toujours constater les baisses des aides financieres ,tout en observant les paroles du President,attestant qu’aucun planning famillial ne serait fermé.Il s’est avéré que cette nouvelle suvenait deux jours après que je lui ai écris à ce sujet,comme sur celui du coeur de l’Abbé Pierre,pour lequel il a été décidé de donner des aides simultanément, aux centres d’hébèrgements;tout cela pour démontrer que la vie de l’artiste est souvent marquée dans le contenu par ses propres signifiants,en effet de nombreuses signatures demandaient la mêmechose,et pourtant le timing de l’histoire favorisait le sens de mon désir d’être entendu sur une société ou les conditions des êtres dépendraient de la mentalité qu’on admettrait,dans un sens d’ethique.J’identifiai très rapidement que les archaismes,la dureté du monde actuel ne devait pas aller dans un sens ou l’on prendrait des pretextes pour ne pas voir tous les aspects des débats d’idées,ce qui amènerai à une psytacite,un détournement du sens de la vérité,par la posséssion de la raison qui serait entrainée à des érreurs de discernements ,ou le plan dit émotionnel,permettant à la solidarité pour la Paix de défiler sous ses banières,aurait du être ramené au plan de l’intelligence,de la vraie information témoignant de l’empechement de confusions et d’utilisation,ou même du silence des conditionnalités réelles du sens,ou à aucun moment nous n’avons entendu parler de culture,du sens des êtres qui étaient engagés par les intentions des autres,à répétition,dans des danger sur leur intégrité,sur leur véritables concéptions,un peu comme si l’on voullait feindre d’ignorer le sens du chalom,ou si l’on conditionnait Ghandi à être sans défense,comme nous conditionnerions les êtres à de mauvaises conditions ,ou les femmes au chantage de l’inéquité,ou au racisme pour tout le monde