Archive for juillet 2009

de la réstauration d’objet à la réstauration de fabriques

juillet 28, 2009

J’avais demandé,étudié un poste en archéologie,mais il a été retiré.
Hier,on a révélé qu’un site extraordinaire avait été découvert.Une basilique Gallo-Romaine sur la colline du château de Nice.
Ce n’est pas demain que je vais devenir l’Egyptologue.Et pourtant je l’étais hier,gravissant pour une fois la barre du dix-huit ,avec un exposé au collège.Je serais au mileu des pyramides ,au beau milieu des manuscrits de Damas,en train de réstaurer une momie ,ou de déchifrer des hyéroglyphes,comme tout le monde.
Elle,l’époque,c’est Indiana johns,parfois la qualité de l’anthropologue,tombe un peu aux oubliettes,il est pôtier,ou relieur,ahah!
Quand j’étais petit j’étais sculpteur.
Dans le jardin de mon père il doit y avoir la coque de bateau que j’avais sculpté dans du bois d’orme,le bois le plus dur que je connaisse.Orme dérive du latin ulmus,lui même proche du gaulois lemos,par les formes du vieux français olme et oume;le nom revit dans sa consonnance première en divers noms de lieu’Ulmet,l’Homme,Homps,Limeux,Limours,et sous sa forme actuelle en de nombreux lieu de communes.Les ormes ont eû une maladie.Mon père a tout fait pour sauver son Orme,il lui fit des traîtements,des tuyaux d’injéctions aux cataplasmes,il a tout éssayé.Son ormes a disparru,peut être qu’un jour,comme par miracle,il réaparraitra,d’une graine au fond du sol?
Le morceau de bois sculpté,qui a disparru un jour,garde il me semble un lourd secrêt.Je crois que c’est mon père qui l’a entérré le jour où notre petite chienne Blanchette est morte.Depuis,c’est un véstige archéologique d’une civilisation de paix et d’amour.Ils croieront qu’il y avait des sculpteur d’ormes!
Je voyais des tamaris dans mon ésprit…C’est à Nice qu’il y a des tamaris…et pourtant je les appercevais.

Parmis les conifères(ou résineux),le pin est le plus répandu et le mieux connu;son nom;qui vient du latin pinus(grec pitus),se lit déjà dans la chanson de Rolland du XIIe siècle{desous un pin,delez un eglantier}.Le pin sylvestre est le plus commun des pins dans nos plaines et nos montagnes;dans les Landes,le pin maritime(ou pinastre) exsude sa résine de laquelle s’extrait,par distillation,l’essence de thérébenthine.Le pin pignon(pignon est dérivé du latin pinéa »pomme de pin »)ou pin parasol est la parure de nos rivages méditérranéens;le pin d’alep diffuse ses senteurs aromatiques dans nos garrigues languedociennes et provençales./les graines commestibles du pin pignon.Alpes/Sibérie -pinus sembra,pays des Cimbres,ancien peuple de l’Allemagne/ou plus récent arole.Dans les bois des montagnes de l’Europe méridionnale(Cévennes,Pyrrénée,Corse),s’obsèrve le Laricio,même origine que larix ,du mélèze.

Le lin(linum usitatisimum),qui produit une fibre très apprciée en raison de ses qualité de résistance et d’usage.Jadis spécialité de la vallée de la lys,dans le nord de la France et en Belgique,la culture du lin est aujourd’hui l’apanage de la Russie.Pourtant,le meilleur lin Occidental se récolte dans une bande de 200 km de long,s’étendant de la Basse Normandie à la Hollande.

Sur le bord de la rivière,il y a les véstiges sublimissimes du genre de fabriques qui servaient au processus industriel.
La durée de végétation dure à peu prés cent jours,entre la semaille et la fin mars et la récolte de la mi-juillet.La récolte se fait par arrachage,mécanique pour ne rien perdre de la fibre,qui commence dans la racine.En séchant,le lin vire du vert au jaune,et du jaune au vert.Il livre ses meilleures fibres dans la phase jaune.
lE PROCESSUS INDUSTRIEL
Une fois égrené,le lin va au roissage,opération de décomposition bactériennes des péctines qui lient le fibres entre elles.Cela consiste à plonger les bottes pendant trois à six semaines dans l’eau courante d’une rivière ou dans une cuve de ciment à 37°.On peut aussi exposer les tiges de lin au soleil et à la rosée sur le sol.Cette dernière opération dure de trois à six semaines.Après un séchage en bottes,intervient le teillage,action purement mécanique d’une machine pourvue de rouleaux broyeur qui,par des chocs violents donnés sur les tiges de lin,séparent les faisceaux fibreux des autres parties végétales avant de les envoyer vers les lames d’un batteur à turbine.On obtient ainsi le lin teillé,qui comporte deux sortes de fibres:les longues(de 60 à 90 cm)et les courtes(quelques six cm).Une peigneuse se charge de calibrer les fibres avant que le lin teillé,libéré des filament cassés qui constituent les étoupes,soit envoyé en filature où il sera mis en bobines.

Il y a aussi les véstige de se qu’on appelle l’usine à papier.Le papier,qui est la fibre de cellulose ,tirée d’une grande variété de sources végétales.Réduites à l’état de pulpe et débarrassées de certaines substances potentiellement nuisibles,les fibres végétales sont agglutinées et tirée en feuilles.La diversité des caractéristiques des fibres végétales se reflète dans l’apparence du papier obtenuà usage artistique du monde occidental se fabrique à partir de chiffons de lin(drilles).La fibre du lin a la réputation d’être plus forte que celle du coton ou que celle de toute autre plante.Mais le vrai papier de lin,avec sa couleur naturelle,est devenue très rare.La plupart des fabriquants se rabattent sur le coton.Il y a peu,on pouvait utiliser des déchets de textile,mais avec l’apparition des fibres synthétiques incorporées à l’intérieur des vètements utilisés,le papier est infaisable par ce procédé,les seules fibres de coton qui soient ,duvets végétaux laissés sur les graines du cotonier,après qu’on en ait retiré les fibres longues de deux à six centimètres.Les meilleures bourres proviennent des Etats-Unis et d’Egypte.
L’eau joue un rôle primordiale dans la fabrication du papier,c’est pour cette raison que les papeteries sont généralement situées à côté d’une source.
L’eau de rivière qui déscend des collines calcaires,est si pure qu’elle ne requiert qu’un simple filtrage avant l’emploi.
Le processus de fabrication continue ainsi,du coton ou de la pulpe de bois,dans la défibreuse hydrolique,malaxée pendant dix minutes,le temps qu’il se transforme en pâte mécanique.Cette dernière est pompée vers des citernes de stockage avant d’être triturée dans le tritureur conique;s’ensuit des étapes avec l’apprêt à l’alcalin à PH neutre…

lE marché sans corps ni visage,qui est incapable,au lieu de trouver quelque chose pour ramener l’action de 15cts ou de faire 50/50, tout en gardant un site ouvert ,qui était le tissus social de toute une région pendant des générations,de préserver,puisque ça coûte moins cher ailleurs,pour trente centimes de différence par action,va préférer tout détruire de ce qui était ,pour partir ailleurs?mettre des usines dans des grands bassins d’industrie,aux grands entrepos sans vie ,sans village,des cases ,qui ne seront plus diluées dans un paysage à l’huile,mais dans des tâches d’huiles de mazout,aux grandes surfaces sans cohésion,comme ça s’est passé pour l’industrie depuis le début,où les groupes les plus importants amoindrissaient les aubes des routes montagneuses ou des campagnes paradisiaques,comme pour Malaucène!!
C’es comme voler une production,un rendement,un creuset,un bénéfice ,en plus pour faire quel monde artificiel,dans une poduction de libéralisme?!!
Pour vaincre dans la compétition de la performance de la concurence ,on va se transformer en bête féroces,en extras térrestres?
Il m’appellait toto des fois,par gentillesse,mais moi je n’aimais pas trop,lui ,ne connaissait pas pas trop les histoires de toto,mon père.Moi non plus,ceci dit.
Voilà pour cette histoire d’orme,parasité par la maladie.
Un univers où les hommes ne se laisseraient même pas un fond d’humanité entre eux .

L’histoire de ma vie continue donc.Là,c’est quand j’avais sept huit ans,j’avais été premier du concours de déguisment.
Je m’étais déguisé en clochard.Ce n’étais pas un costume trop factice:je portais les vêtements de jardin de mon père,totalement réalistes,tout abimés,tout pourraves…Les godillots étaient trois fois trop grands,tout térreux,le journal qui me permettait de tenir dedans dépassait bien sous les ourlets roullés et reroullés du bas de pantalon.Quand le présentateur m’avait demandé,comme aux autres,ce que j’étais,comme personnage,j’avais répondu »justement,je sais pas trop,pas grand chose »,en plus d’avoir trébuché avec mes souliers ,dans une entrée fracassante,j’avais fait rire tout le monde.J’avais ajouté »je suis le copain à l’Abbé Pierre »,hyper ému,notament parceque mon grand père était l’ami de l’Abbé Pierre en vrai,il était même son serétaire et son confident(ça remonte à loin,il y a cinquante ans,grand père avait disparru depuis longtemps,je ne l’ai pas connu).
Alors,dans ce rôle réalise,j’avais gagné le concours.Ca se passait au village où j’habitai.
Ensuite,l’histoire n’est pas finie,j’ai trouvé que la partie était vraiment belle,parceque Coluche a fait ses Réstos du Coeur,c’est là que ça m’a donné l’impréssion d’avoir vraiment vécu quelque chose ,comme si j’avais,de tout mon coeur,voullu qu’on guérisse,comme un appel qui est entendu.Enfin,d’être en train de vivre quelque chose de peu banal.Le dernier est premier,et le premier est le dernier.
Aucune pièce n’est oubliée,dans ce dossier scabreux(entreprise délicate à traiter) du monde ,la pyramide doit être une boulle.Une boulle où on sait où vont les actions,à quoi elles servent,dans quelles conditions!

Le parasite c’est l’inhumanité!

Publicités

philosophie multiculturelle

juillet 28, 2009

le faubourg est donc dans la nécéssité de retrouver,par les installations,et le paysage,le décors,une réhumanisation et une re-valeur copmarable à celle du bord de mer,aprés la villePhoto 1clé usb 014<img <img P7280128src= »https://arnaudsavaryart.files.wordpress.com/2009/07/p72801291.jpg &raquo; alt= »P7280129″ title= »P7280129″ width= »360″ height= »480″ class= »alignnone size-full wp-image-443″ />src= »https://arnaudsavaryart.files.wordpress.com/2009/07/p7280119.jpg &raquo; alt= »P7280119″ title= »P7280119″ width= »450″ height= »337″ class= »alignnone size-full wp-image-441″ />Un institut des mondes,
Une promenade la plus belle avec un reliage sur un univers botanique,et du monde marin,qui pourrait se représenter comme un jardin japonais,méttant en avant le grand retour,la nécéssité liée à la nature,à la culture,à la science naturelle dont justement,le grand raffinement à voullu qu’aujourd’hui même où je caractérisait mon idée,avant d’aller passer la journée à l’observatoire pour une longue marche ,ont été mise à jour la découverte et l’annonce de traces archéologiques d’une basilique sur la colline du chateau.
je demanderai à d’autre pays comme l’Allemagne ;quelle idée d’opinion serait vue par le jardin de la promenade tel que l’idée de départ peut la projeter,qui me fait penser à des Pays du Nord,des Pays Bas à la Suède,par le naturalisme des paysages,des matériaux,de l’introduction des énèrgies naturelles,pas dans la convoitise ,mais pour l’énèrgie de l’idée positive,dont la vision des parcs romantiques qui ont donné naissance à des salons de conversation ,à des fêtes galantes,à des discutions de philosophie,à des concerts de musiques,n’avaient pas de contradiction à la vue du simple,avec la vision des jardins méditérranéens ,dont montrent les véstiges des ruines arcadées,une facette Gallo-Romaines.
J’avais noté que justement,le petit train,c’est super ,reposant,intélligent.Une petite navette encore,une voie feutrée,dans l’étude de la socialité,on discute,on prend les repas,on va au centre d’étude,sous des arbres,des palmiers,d’autos en une voie dans chaque sens/sur les bords de l’eau tellement précieux,une vue tranquille sur la mer,et l’autre sur les maisons,sans triturer ce qui est bien ou ce qui était parfait dont un peintre aurait dit « on ne touche plus à rien »,qui demande maintenant un peu de retour en arrière,maîtrise de la pollution,la lenteur,l’antistress,le secrêt à retrouver,où l’on ne force pas,où on décide de ramener nos pratiques pour faire l’air sain,et où la technologie ,au lieu de toucher à ce qui était parfait avant l’auto,allait trouver son utilité la plus motivante pour l’activité,en ville,comme pour le sens du nouvel ésprit,paysagiste,dont le métier est alors inventé,comme donnant l’intérêt du niveau de vie dans le concept des villes dont les faubourgs et les raisonnements d’utilitarisme des hommes et des femmes se grisent plus souvent assignés à des villes industrielles au bord de l’ennui des êtres déchus que de la valeur de ces êtres qui se perd dans les profits,dans le semblant peps dans la consomation et le manque de trace du plaisir de vivre,de l’art de vivre,comme quittant le décors3.des arbres en fleurs ,entre les maisons et la mer,comme à Pondichéry et la délicatesse du jardin « japonais »,où tout est mesuré,pour ne pas empêcher le réseau d’attraction,tout en ne faisant pas un parc d’attraction,mais un jardin de plaisance,et de culture,la station telle qu’elle était vue et visitée par…UN CENTRE D EXPLORATION DES CHOSES BELLES.

Il nous faut trouver une Civilisation composite qui nous convienne,la résolution de trouver le temps de s’y consacrer,la volonté de lui faire une petite place dans la vie de chaque jours.la méditation,ou la condition yogique,qu’on peut retrouver dans toutes les religions.
LE YOGA,une fois débarrassé de ses formes hindoues,de ses légendes,se trouve parfaitement à sa place dans le cadre de l’Art de vivre de l’Humain de tous temps.

Le seul moyen pour faire face à la délocalisation de la technologie,si en plus de la baisse des emplois non qualifiés,il y la baisse des emplois qualifiés,c’est de faire un produit meilleur.L’idée directe de la promenade ne semble pas mettre en scêne un rapport avec les technologies récupérées par les pays émèrgeants,décris comme concurençant la téléphonie mobile,par les pack 3 fonctions télé/téléphone/internet,

On ne peut utiliser le point de l’argumentaire selon lequeL nous devrions suivre ce que l’époque aurait défini comme étant le mouvement contre l’enfermement,le spéctaculaire contre un état d’ésprit dont ils voudraient se séparer en appliquant sa doctrine en ce qui concerne ce qui représenterait une société enfermée à cause de ses instituutions dont ils fairaient du musée le symbôle comme n’étant pas vivant,en sous entendant que nous devrions tourner nos préférences vers des typologies vivantes,comme »l’artiste est dans le stade »,dont les recherches internes seraient opposées en tant que travaillant en monde fermé,par les classements,les archivages,les recherches,dont le reproche semblerait refuser le rapport avec les Universités,la relation de découverte pour les chercheurs et les écoles,et même la corélation avec le monde de l’art,comme mémorial ou comme fruit de l’inspiration,qui serait surtout une ouverture à une société de culture,d’enseignement avec la libérté d’un musée attrayant,ou d’un « rapporteur »des opérations des recherches,comme un répertoire des lieus et des actions menées,comme un point de chutte des informations ,en quelque sorte,inspiratrice de la technologie où l’homme se retrouve,puisque ce serait un centre des mondes,dont l’argmentaire utilisant comme un point de rupture discernant une société d’atraction privilégiant un autre spéctaculaire,opposé à ce qui serait jugé d’intellectuel,retirerait des cohésions.

Nous avons un exemple de ce que cela représente par la visibilité du centre de recherche à Annot en haute -Provence qui montre la capacité vis à vis d l’éducation d’uncôté,le suivi de la recherche,du fichiérisme au centre de l’outil,et l’ouverure des groupes de chercheurs,d’étudiants,d’artistes,à des recherches sur le site ou par l’ intérêt de l’exploration directe avec la nature,des séminaires venu de l’étranger,d’écoles,de la répertoriation des éspèces,la protéction de la flore ,la constitution de colléctions,qui sont à soutenirs par le mécénat .
Un point semble faire chutter où se discerneraient,pour que cesse cette crainte,qu’une fois que les pouvoirs sont donnés,un ésprit de posséssion fèrmé à l’intérieur de l’organisme(ce qui viendrait refaire un argument opposé)par une reposséssion de la diréction ou de protagonistes ,ne devant pas conduire à un haro du groupe se dôgmatisant dans un blocus séparant les consciences,dans des vétos mais vers l’action de bien commun.

Je serais pour une politique duale ou le fond patrimoniale et de culture de l’éducation est en covalence avec le mouvement de l’époque à l’écologie et à la clarté des symbôles liés à l’humain et dans un retour de l’équilibre par l’attentivité portée à la cultivation de ses connaisances et de son fond ,de morale humaniste,scientifique,en liant la société au contact avec le savoir et l’étude,dans la bienfaisance du champs éducatif et par le non détriment de cultures plus attrayantes,ou liés au développement de profit liés au spéctaculaire,qui ne doit pas réstreindre la vision universitaire des intitutions à une conjugaison sans le conditionnel d’une représentation érronée de la fermeture/ouverture,puisque la philosophie scientifique serait rien par rapport à une philosophie de paix entre les « mondes ».

Une grêve générale avec l’occupation d’usine doit se terminer par la conquête de réformes de structures anti hégémonie déspotique ,qu’on appelle,sous cette forme,aussi,anticapitalisme,découllant sur une autre forme de démocratie,d’un rapport différent entre les masses et le pouvoir
Par la réalisation de revendications transitoires(indémnité,dédomagement,retraites,entrée dans le capital,fond imputréscible,reconversions)
c’est à dire par la création d’une dualité de pouvoir,d’un pouvoir de fait des masses statufiées (droit du travail,droit d’ensemble réstitué/éducation dans un paysage,une structure des élments agréable{-par exemple,en Afrique,il n’y a plus d’éducation à la paysanerie comme avant,alors qu’elle en a besoin},information sur le régime,les mouvements de l’argent(capitaux,actions,production)droit d’opinion(les agissements liées aux productions,dans quel sens l’ouvrier se trouve lui même consomateur,sous quelles conditions ,opposé au pouvoir du capital,légal mais inégal,ou improportionnel;

Aussi longtemps que la production est,pour l’essentiel,une production pour le profit,elle ne visera pas avant tout à satisfaire les besoins des hommes,mais s’orientera vers les sécteurs qui rapportent le plus de profit(y compris en manipulant la demande.)

Il n’y a qu’en donnant des limites de la normalité,loyauté,équité ou partage intelligent de constructivité pas seulement d’engagements pécuniers,à l’intérieur du concept philosophique d’ensemble,dans l’entreprise et au sein de l’évolution des procédés ,comme pour la volonté pour les pays du tiers monde.

aussi longtemps qu’à l’entreprise ,le capitalisme et son dirécteur conservent le droit de commander aux hommes et aux machines ,le travailleur réstera aliéné dans le pocessus de production.

Par les caractéristiques additionnées,du régime capitaliste,on obtient l’image d’une société dans laquelle les traits fondamentaux de la condition de non dirigeant,d’assujétissement aux modalités d’usages remanieur de personnel ,subsiste.

Le Capitalisme se change,s’améliore,par la conscience de tous,qui veulent le mieux,la justice,par des décisions stratégiques au niveau des banques,des trusts,des monopoles,de l’état.
un programme de transition doit surgir de la réalité quotidienne vécue par les travailleurs,les étudiants,des ménagères aux intellectuels.
C’est ce qu’on voit par la formation,le recyclage,(pour rappeller l’écologie)la reconversion,
la tentative de garder quelques creusets d’usines sur le térritoire parmi les sites,pendant le remaniement des entreprises,ou de replacer dans des créations d’emplois les ouvriers sinistrés par des extérnalisations ou des délocalisations ou des implantations.
Le patronat cherche t-il à récupérer les pertes causées par la crise,le libéralisme qui conduit à la réforme,en accélérant les cadences,en remaniant,cherche t-il à rétablir son profit en récupérant les plus values relatives aux taux.Ce ne sont quand même pas les travailleurs,ni le parti de gauche,qui ont transféré les capitaux dans des paradis fiscaux qui couvrent des fonds spéculatifs.C’est à partir de telles questions et de questions analogues que,suscitées par la réalité quotidienne,que l’agitation pour le controle d’une politique équitable dans le sens des intentions mesurables sur les actionnaires,les banques,le patronnat,les bouclier fiscal,les salaires et la syntaxe de l’organisation de la société et des priorités,donc des mouvements de capitaux aux statuts,à la condition et au droit du travail,les groupes monopolisateurs et la privatisation.
C’est par ces quéstions que peut s’amplifier,actualiser,perféctionner le cadre du capitalisme du régime politique.
Le but n’est pas de créer de nouvelles institutions dans le cadre du régime capitaliste,le but est d’élever les consciences et la capacité des masses à répondre au tac au tac à chaque mesure réactive du patronnat et du gouvernement.A contéster le fonctionnement du régime capitaliste ,en créant un ordre supérieur:une philosophie logique,normale,qui ne soit pas un parti politique ,mais une quête universelle,un concept,comme liberté,fraternité,humanisme,romantisme,sans jamais se radicaliser dans les extrèmes,l’absurde;

une forme nouvelle s’installe qui est provoquée par :
1.Le sentiment d’injustice concernant les rémunérations des salariés et celles des actionnaires et des hauts dirigeants
2.Sentiment que la fermeture du site ou le plan de licenciement est d’abord motivé par des considérations boursières
3.La peur du chômage
4.Les conditions de départ et de licenciement jugées insuffisantes
5.L’insuffisance ou la mauvaise qualité du dialogue social dans les entreprises
6.La présence d’incitateurs ,qui sont souvent non accordés à un parti,mais dans le type violents potentiels
7.Le rappel de la logique de l’extrême gauche

Le fait est que le hiatus se fait à cause de la confusion de ce qui est juste,constructif,ou de ce qui émane de personnages déstructurés qui n’ont pas plus de logique que ceux qu’ils accusent
beaucoup de Français peuvent comprendre les menaces des ouvriers,
mais il est innaccéptable que des individus fonctionnent dans la violence en prétextant l’état de fait qui pousse les employés ,pour justifier de leurs exactions dans la société,qu’ils saccagent par la violence,l’oppréssion et l’accusation de leurs propres fautes à des innocents sur lesquelles ils passent leurs nerfs,en faisant mal voir la gauche et le socialisme,amalgamés,des êtres,qui eux peuvent comprendre des dirigeants comme des employés,qu’ils soient ou pas d’extrème gauche,d’ailleurs.

dont d’aprés moi le fondement de bien commun du service publique ,incitera aux états-unis un meilleur ordre dans la pensée sociale ,et par extention dans le concept moral du capitalisme,par le biais de la mise en place,déjà à l’ordre chez nous,de la couverture santé,qui empêchera que se perpétue le chacun pour soi et l’incitation à gagner par le moyen de la force ,où pourtant existe dans l’ésprit des gens des fonctions barbares aux finalité immondes,inverse de monde,comme on peut le lire chez Vercors dans le Silence de la mer,très facile à lire et peu long à lire ,ce n’est pas le plus fort qui gagne en éliminant l’autre,ou c’est le chacun sa peau,et tout ce qui va avec la cupidité,qui n’est pourtant pas généralisée dans la faute des autres quand ils les détruisent.Ce qui arrive comme situation à très peu de personnes,et pourtant dans une mentalité générale de concurence victimisante .
Un besoin de coatching qui mèllerait les approches psychanalytiques,et les enjeus stratégiques institutionnels,au lieu de séparer la thérapie du projet de vie,avenir,projet personnels et professionnels{prise en compte de l’inconscient,lié au passé personnel,réparation de la personne,des émotions,de la dimension somatique,finalité de libération des blocages inconscients et l’accés aux motivations profondes,en évitant les faux pas dans les comportements et les décisions},la dérégulation
les approches de la psychologie humaniste,dont les champs spécifiques sont l’intégration du corps,des émotions,des champs cognitifs et comportementaux{la gestalst thérapie,construction de l’individu dans la société humaine,avec sa culture,ses modes de communication,ses codes relationnels,par des courants de pensée inspirés par des recherches en économie,sociologie,psychosociologie,psychologie,travail sur soi,dans l’entreprise économique ,/des théories classiques de l’organisation scientifique du travail,à l’autonomie laissée aux acteurs replaçant la personne humaine au coeur de l’analyse ,à la structure ouverte ,l’interaction avec l’environnement{les actionnaires,les clients,le marché,les syndicats,le gouvernement},l’analyse transactionnelle,la programation neurolinguistiques,la communication non violente,le process comunication model,etc,la bioénérgie

Une anthropologie managériale dans laquelle les capacités colléctives s’expriment sous forme de stratégie évolutives,co-construites par des personnes qui deviennent co-créatrices de leur environnement.

Le coatching n’est ni un outil pour donner corps aux fantasme fusionnel de la personne dans l’entreprise,ni pour aligner de force des acteurs sur les besoins de production.Mais l’élaboration d’une vision partagée,d’une finalité commune.

Pour la Cgt et les syndicats,c’est dans la solidarité aux enseignants et aux étudiants,qui luttent pour la défense,l’amlioration de la démocratisation.
Pour les Cgtistes,la lutte dans les universités ne se conçoit que comme une défense et une améliration de l’enseignement,de l’explication de la logique par le colloque,la communication dans laquelle toutes les classes sont réunies puisque ouvriers,étudiants ,fonctionnaires,salariés,professeurs,infirmières,employés divers,peuvent ressentir une insécurité d’existence,une aliénation « du producteur »dans la vénalité,comme étant ce qui empêche d’être heureux dans un systême qui construit une société qui n’est pas comme on la vérrait,en faisant par exemple des séléctions sur le critère d’avoir une complaisance ou pas avec le groupe de domination ,ou en ne composant pas des installations,dans l’éducation par exemple,qui coïnciderait avec la joie de vivre d’une organisation plus juste,où la quête commune serait le liant de l’éfficacité,où on suppose que l’état et les partis sont devenu l’instrument,le satellite soit de l’organisation,soit de la métropole impérialiste qui lui offre les moyens de constituer un moderne appareil de répréssion et de corruption,leur décomposition en systême de clientèle,pour la seule géstion et dominée par les élites politiques qui approuveraient le monde tel qu’il est dans l’ampleur de la crise dont les conséquences qui en découllent sont la précarité ,l’instabilité du pouvoir,l’inefficacité,dans un renforcement de l’exécutif dans son aspect extrême:le pouvoir personnel ,ou l’accompagnement de toute chose ,de son concept d’équité,ou la véritable volonté ,celle de sauver l’industrie,par exemple,l’état des choses en général,par la confiance sans illusion ,qui donne dans ce cas la bienséance de ce type d’idée:toute ville a un grand stade ,conditionnel du fait d’une non monopolisation de la culture par l’atomisation de la société.La délégation des pouvoirs à un chef charismatique devient la seule modalité possible entre le simulacre de la souveraineté populaire et la réalité du pouvoir bureaucratique.Le caractère représentatif de la contitution politique dépasse la forme parlementaire et,assumant son propre caractère,dévoile tout son contenu oligarchique.
En outre,les institutions démocratiques sont toujours fortement ébranlées par la manipulation simultanée des consciences individuelles et de groupes.Les masses-médias sont le reflet de ces phénomênes plus importants et plus essentiels:la parcellisation du travail,la désagrégation de la personnalité,la standardisation et le contrôle de la consomation,donc des habitudes et des modèles de comportements;le déclin de la puissance synthétique et de la production culurelle:la décomposition du tissus social et l’atomisation de la société.
L’emprise que la classe dominante exerce sur la volonté populaire l’atteint non seulement au niveau des possibilités de son expréssion,mais au niveau de la formation même.Ce qui est susceptible d’apparaître comme une réduction de la violence n’est en réalité,qu’un modelage du consensus,et une nouvelle forme de violence.
Ce serait de négliger d’entendre ou de laisser s’exprimer en cohérence les revendication « du milieu »,
coincés entre d’un côté la violence de nouveaux radicalismes ,comme à Strasbourg,de l’autre la répréssion,au lieu d’un débat central entre cytoyens divers,dont politiques,syndicaux,gens de tous ordre,comme les retraités,qui se sentent malheureux.Du ballet des limousines au besoin du ballet de l’Opéra,il y a comme une stigmatisation dans la radicalité à cause d’un ballet de requin,c’est pas juste!

La conscience trompée ,chlorophormée…
IL FAUT LIRE A PRESENT LES TAPPISSERIES DE CHARLES PEGUY
Ce qui dure une soirée qui va droit à l’âme,
et est un acte vrai,une lécture aussi vivante que l’exactitude de Dieu…pendant l’Heure noire du temps présent,dite comme par la bouche même de Jésus.

Le 6 AOUT
Le lendemain matin,puis le midi,

LA FRANCE de Charles Péguy:
Introduction,la Loire,les VIGNERONS,
On comprend 1.l’ésprit à suivre pour trouver l’Amour de la France »le plus beau pays du monde » ou l’ésprit à mener -les LABOUREURS 2.L’explication des subventions ,pour se débarrasser de ce qui fait l’image quand les paysans n’ont rien »ils n’ont pas de pouvoir »etc
2.Qui justifierait la culture villageoise et l’empêchement que le profit de l’activité ne puisse servir à un niveau de culture,par une condition où la communauté assumerait un bon ordre,au départ par l’alphabétisation,tout dépend à quoi sert sa condition propre,les études,notament agronome,ouverts au peuple,dont la reconnaissance « LE FAUBOURG BOURGOGNE »,de la vision élevée du peuple,dans la comparaison avec celui de 1980,et le parallèlle avec JEAN JAURES,dans la meilleure lecture des choses qui soit

Et le rappel d’un fait capital:l’évènement au Parlement ,la prise du droit de Parler,à cause du projet de loi organique,sur la Réforme du Travail Législatif,
Une référence à Annah Arendt, »la différence entre l’Autorité et l’Autoritarisme »;
et la Motion de Censure contre la Politique du Gouvernement »vous préferez faire taire tous les contres pouvoir ,il y a la nomination des présidents à la tête des chaînes de télé,et ce qui ramène le pouvoir législatif dans le droit juridique »,

la tention évoquée par une quéstion qui en reviendrait à dire qu’un futurisme fairait que l’on serait presque ésclave de la déduction informatique ,dont nous devrions corriger les résultats,au lieu que ce soit la machine qui aide l’homme,
par la lecture de Jaures et Peguy,on se rend compte du sens de l’être qui croit de bonne foi,qui conçoit Dieu,sans être dévot de fausse croyances,mais dans la pure beauté,la pleine authenticité,la vision claire des éléments,du contenu,comme dans mon acte d’être plus que de jouer,à la lecture des Tapisseries

Puis lecture de l’introduction de SADANGA,d’Abranindanath TAGORE,peintre de l’Inde,Poête des » 6 Canons de la peinture Hindoue »,

avec un intermède d’un poême de Lanza del Vasto, »Luminaire « et « le vitrail »,écris en 1939.

Puis SOUPRAMANIA BARADI,un poême de cet Homme vénéré à Pondichéry,poête de langue Tamoule,qui réalise une brillante synthèse des valeurs fondamentales d pays et des aspiration du monde moderne,qui a pourchassé inlassablement toute forme d’asservissement de l’homme, qui ne cesse de chanter son Amour,pour la justice,la Paix,la bonté humaine,et tous les êtres vivants. »Invocation à Vynayagar  »

{l’entreprise de Molex,sous le risque,lors que largement fonctionnelle,d’être délocalisée aux U.S.A_

et Florange,reprise de l’activité d’Arcelor Mital,l’acier,l’automobile}

Mais pour que ce programe soit tout à fait parfait,il faut Lire DANTE, »Béatrice en extase,Le triomphe du Christ,et Apothéose de la Vièrge ».

le faubourg est donc dans la nécéssité de retrouver,par les installations,et le paysage,le décors,une réhumanisation et une re-valeur copmarable à celle du bord de mer,aprés la ville
src= »https://arnaudsavaryart.files.wordpress.com/2009/07/le-faubourg-est-donc-dans-la-necessite-de-retrouverpar-les-installationset-le-paysagele-decorsune-rehumanisation-et-une-re-valeur-copmarable-a-celle-du-bord-de-merapres-la-vi.jpg &raquo; alt= »le faubourg est donc dans la nécéssité de retrouver,par les installations,et le paysage,le décors,une réhumanisation et une re-valeur copmarable à celle du bord de mer,aprés la ville » title= »le faubourg est donc dans la nécéssité de retrouver,par les installations,et le paysage,le décors,une réhumanisation et une re-valeur comparable à celle du bord de mer,aprés la ville » width= »450″ height= »600″ class= »alignnone size-full wp-image-476″ />
la ville,en hiver et dans l'activitésur le bord de merà la rigueur,une solution intermédiaire,une navette toutes les demi-heures,des horaires variables en hiver,en été,fabriqué à partir des énèrgies nouvelles,dont le style se débat,de la berline noire àune transparence bleuté,mauve,ou pour garder à la vue son éspace,ce qu’on appelle le toit en auvents,et la bonification de la communication des données du centre de recherche sur les cultures et la biodiversité par des planches de botaniques comme par des écrans numériques,et la prom en jardin et en plaisance,et le visuel des autres villes autour du monde,où les gens se meuvent dans des éspaces ressemblant,par une sorte de répertoire internet organisé de différentes façons,déclinant par ex d’autres résultats de recherches,transmises avec les universités,
ce qui en empêche de séquestrer par le fait de faire du musée le symbôle de ce que l’état d’ésprit de l’époque voudrait dépasser,en privilégiant le type prenant à lui les typologies vivantes qui seraient vues contraires au sujet des recherches internes,en voyant le musée ou le centre de recherche comme ayant un type fermé sur lui même,par les classements,les archivages,dont le repproche pourrait ne pas vouloir discerner le rapport avec le support de la recherche et de la relation avec l’université,les écoles,la possibilité de découverte,de visites,d’ouverture à une société de culture par l’installation d’un musée « attrayant »,dont l’argumentaire s’il devait utiliser ce point de rupture,opposant le spéctaculaire à l’intellectuel,retire des cohésions,

Nous avons une visibilité par le centre de recherche à Annot,qui montre la capacité vis à vis de l’éducation(qui rend nos villes plus sûres) ,avec un plan d’avenir complêt d’un côté,le suivit de la recherche et du fichérisme au centre de l’outil,et l’ouverture à des groupes de chercheurs,à des recherches sur le site ou par l’intérêt porté à l’exploration directe avec la nature,et de la répertoriation des éspèces,dans un soucis permanent de l’amour pour le respect pour la nature,ce qui rejoint l’éducation et le tri séléctif composé par les écoles,dans un concept regroupant le champs léxical de la manière d’occuper le temps de l’enseignement par des aprés-midi sportives,art plastique,jardinage,l’apprentissage de la qualité de vie ce qui remet en jeu la nature de notre société qui a abusée jusqu’à la limite des produits chimiques,et dont la logique nouvelle est parfaitement expliquée dans un film que nous devrions être invité à voir, »nos enfants nous accuseront »;la protéction de la flore,la constitution de la colléction.
Je serai pour une politique duale où le fond patrimonial et de culture de l’éducation et de la recherche est en covalence avec le mouvement de l’époque envers l’écologie et la clarté des symbôles liés à l’humain et dans un retour à l’équilibre par l’attentivité porté à la cultivation de ses connaissances et de son fond solide de morale humaniste,respect du scientifique en liant le savoir et l’étude ,par la familiarisation dans la bienfaisance du champs éducatif et par le non détriment de cultures plus attrayantes,ou liées au développement de profits liés au spéctaculaire(ou pas),qui ne doit pas réstreindre la vision universitaire des institutions à une conjugaison du sens de l’ouverture /fermeture ,par le sensationnel,ce qui est bien montré par la » microde écosystême « .
ainsi il serait nécéssaire de discerner,une fois les pouvoirs donnés,qu’un ésprit de posséssion fermé à l’intérieur de l’organisme,comme pour le principe des intérêts personnels,ne conduise pas à un embargo séparant les consciences dans un véto au blocus de l’action de bien commun,si la crainte se tenait entre l’oppréssion de la rechutte,le pathos de l’ennui ,du doute du sens de la vie si si le manque de cohérence de la société n’a pas permis le réel éssort,où se tient l’apparition de l’idée de causes qui peuvent être remises dans des situations,des hypothèses,desquelles le cerveau est à la recherche de découvrir où se tient la vérité,ou des fait,qui s’avèrent et démontrent avec plus de clarté,qui néamoins avancent(ce qui motive la continuation de la recherche,)des réalités d’enchaînement des choses qui conduisent à l’injustice par des causes inaccéptables ,d’une dramatique machination,ou d’un cas particulier déclinant par paliers son point d’essence ou de déscente reliant les divisions dans l’objéctif,l’ergonomie mentale,que l’homme,pour ses décisions importantes,doit être capable de dépasser,que de réster dans un pathos ne projetant pas le bien commun;
,pour certains « dans l’idée que le musée et la recherche sont trop en lieu fermé pour être vu comme assez ouvert pour qu’on y prête attention dans un monde où l’on voit la culture par le sous éstimé spéctaculaire,l’artifice ».

En effet,trop enfermé dans des principes égotistes,il ne faudrait surtout pas « que l’on rende à César ce qui appartient à César »,qu’à la limite du concrêt et du surnaturel l’évidence puisse être démontrée,lors de ce qui s’appellerait un déplacement d’objet dans la lutte entre l’entropie naturelle des objets et la volonté de dominer les volumes,les contenus,en faisant des masquages d’ouverture à des champs lexicaux qui mettraient en syntaxe la société humaine,c’est bien trop précieux,ça dérangerait le bonheur,on le pille sur les autres en inversant le concrêt parcequ’ on fait semblant de ne pas se rendre compte de la traîtrise,du danger des choses,dans une sorte de complicité ,pour composer des lésions irrémédiables pour lesquelles je demande des domages et intérêts ,pendant que les stocks-options ,les tensions du monde sont des rapports de force qu’ils ne subissent jamais,eux,pourquoi?Le poid est transmissible,celui de la faute remis sur l’innocence ou l’innofensif,comme dans les »tapisseries,parfois Satan emploie les mêmes armes que Jésus »La violence ,ils la font subir aux autres,en faisant qu’ils se soient rendus plus ou moins subissant parce qu’ayant attaqué ,ou nimporte quel point de niaiserie qui peut dominer,alors que l’anécdote montre le dépassement des limites de la manière de faire surgir dans le concrêt des évênement dans le psychosociologique,comme utilisant des suppôts,tout à coup la provocation se met à apparaitre ,comme étant presque incités par le monde tel qu’il est,qui sont les notaires du traumas chez Deleuze,des êtres voués à la vengeance,aux marques du mépris qui imprime la volonté de dominer cognitivement l’environnement personnel des autres pour les prendre à revers,les faire tomber dans le panneau ,ce qui rappelle qu’en étant pas prédateur soi-même on peut géner la prédation,ce qui n’est pas inscrit sur le front,mais ce qui vit pourtant dans le suppracognitif,ce qui pourrait expliquer la distance des gens avec la politique ou les idées,déjà parce que la réticence promulgue une abstinence,ce qui entraine même le désengagement et la lâcheté du sens,comme un ajout pour forcer les consciences,dont le germe devrait être revu par la neutralité de la sobriété,de la conscience de devoir chercher la guérison,l’amélioration voullue par le sincère ,de la situation,qui ne peut se produire que par l’explication,la parole{retour à l’évidence du maître de justice,descendant et logos}qu’un substitut,d’un gardien pacifique à un gardien pour une carrosserie en carton,dont le prétexte est à peine caché d’être,en ce qui concerne le mur de visibilité,une prétendue partition d’algorythmie,de fluement qui n’aurait d’égal qu’un ballet d’opéra,de justification par des influx tels que la thérapie (comme celle du travailleur passant une fois au moins devant le bord de mer)mais que l’opération de ce qui préfère prendre pour opportunité le mouvement d’une partie de l’époque,(d’excuser celui qui préfère l’affalement,le match ,inversant la préconisation du bien,même s’il fait son poid dans la sphêre du produit,de l’être ,omnubilé par de fausses visions ,se reportant sur le comportement,qui ne doit pas confondre entre ne pas interdire ou interdire et exploiter l’idée de l’élément principal,résponsable dans l’atomisation,la généralisation,la banalisation,et c’est bien là le problême,et même le danger,de faire complaisance par partialité,ce qui conduit à ne rien modifier en bien de ce qui est insoutenable!Désaccordé à l’accompagnement d’une mesure par son équité,le volume des contenant devant être égal à celui de la somme des contenus,comme dans une symétrie,ce qui prèche qu’au lieu de nourir des intentions de changement véritable,il serait compréhensible pour démontrer le désengagement de la logique qui voudrait qu’il faille bien à un moment que l’on s’apperçoive de la tenue des choses,que c’est en fonction des conditions,d’un long processus de réduction des êtres dit populaires,dont le nuancier est infini,mais qu’on laisserait dans un foulli,représentable en fracas,ou en cubes,dont la mesure est au pire dans cértains quartiers qui n’ont pas été rattrappé,dans le sens de retrouver l’entité,la valeur du côté « grâce »de l’autre côté de la ville pleine,ou chez des êtres qui n’ont pas l’usage de la faculté de rendre meilleur leur environnement propre,qui les éloignent de plus en plus de la ville de façade,dont le type héstétique doit être re-visible au delà de la ville centale,ce qui est valable pour tout le monde commun,les surfaces des choses,sinon elles sont de sortes de débarras,qu’on laisse agir sans les propriétés de la surface normale,qui donneraient à leur dépend l’alibi d’un ajout de ce qui est en mouvement dans l’algorythme de la luxure ,ou de l’abandon d’un projêt de quête ,et les méthodes d’incitation à un monde commun dirigé,généralisé dans des manières non recomandables,du piège de ce que Dérrida appellerait la plantation d’un drapeau en guise de signature?repéré cognitivement par la carte postalePhoto 1clé usb 015

Anne et Joachim,en santé sans le péché

juillet 18, 2009

StillCap0049Mon Père me dit un jour,
Mieux vaut enseigner à des enfants qui sont l’éspoir,l’avenir,
que de chercher à convaincre des convaincus de leur sens.

Pour ne haïr personne,il vaut mieux haïr les choses.

Des jeunes gens soucieux de l’injustice,et du malheur des autres,de l’oppréssion des autres,tout cela est très noble.

Les paysans ont très bien compris,tous Nous sommes paysans,la conversion qui commence par soi-même.

Marie enfanta sans le péché.

tentative d’explication

juillet 15, 2009

>StillCapportrait0025StillCap0036J’ai pensé qu’il vallait mieux avoir une idée différente de la formule stoppée aux syntaxes de l’économie actuelle,en essayant de défendre une constructivité.

Puisque l’expérience a reconnu qu’on ne peut qu’accompagner les grandes manoeuvres par une hauteur d’ésprit en voie de réaliser ce qui nous permet de voir qu’une typologie nécssitaire viv à vis de l’humain,de l’écologie,de l’économie,ne pouvant confondre le sincère laboratoire d’idée que se veut être l’Europe,avec des prononciation du passé déjà avérées mises en scêne dans l’effet d’annonce,venue se comporter dans la consomation de masse comme anéantissant la sémantique civilisationnelle.

L’idée du discernement des secteurs,qui implique une redescription des différents sécteurs du travail,chercherait à mon goût à gagner la possibilité de donner la mesure à chaque catégorie,afin que l’on ne tombe pas plus dans l’ésprit systématique de « service publique »,que de généralisation du travail à trente cinq heure pour tout le monde,ni de fonctionnalité qui concernent les entreprises qui sont en compétition dans la concurence,qui ne peuvent concerner les métiers à revaloriser et dont il faut soulager l’épreuve des salariés,des métiers qui méritent -de 35heures pour le fait de la difficulté ou ceux qui sont attenants à l’usure ,ceux qui sont des conditions par vocation,qui demandent une forme d’attentivité dans la résponsabilité particulière,comme l’éducation,qui n’ont pas besoin de « compétition »,ceux qui demandent des résultats dans les cas particuliers,individuels des carrières ou de l’entreprise personnelle,à liberté contractuelles,les entreprises à rendement régulier,ou à condition de payer les salariés si plus d’éfforts leur est demandé,qui demandent de la présence,n’implique pas la même passion,parfois,mais des droits du travail,de l’honnèteté du patron,des roullements,par le partage du travail.En faisant que l’entreprise dûsse garder les mêmes normes d’éthique que la déontologie l’instruirait ,pour empêcher les délocalisations dans des filiales aux rêgles différentes,ou en trouvant à garder en « nationalisation ».
En même temps qu’on porrait avoir un certain art de vivre qui conduirait au réspect du contenu.

« L’ouverture au commerce international avec les pays à bas salaires serait à l’origine de l’accroissement des inégalités sur le marché du travail.
Cette thèse peut ête appréhendée dans le cadre de la théorie HOS,en prenant comme facteur de production le travail qualifié et le travail non qualifié.Supposons qu’un pays développé,abondament doté en main d’oeuvre qualifiée,s’ouvre à l’échange avec un pays en voie de développement,abondament qualifié en travail non qualifié.Pour le pays développé,l’ouverture se traduit par une hausse du prix relatif du bien employant intensivement du tavail qualifié(par ex.les avions).D’après le théorème d’Heckcher-Ohlin,cela se traduit par une spécialisation dans la production de ce bien.Le corollaire en est une diminution de la production et du prix relatif du bien intensif en travail non qualifié(par ex.le textile,qui est enpartie importé.Ces évolutions des niveaux de production entraînent logiquement un exés d’offre de travail non qualifié dans le pays développé.Si l’on veut que le plein emploi soit maintenu,l’ajustement doit se faire par la diminution du salaire relatif du travail non qualifié:on retrouve là le théorème de Stolper Samuelson.Il s’ensuit une substitution au profit du facteur de production devenu relativement moins cher:le ratio travail non qualifié/travail qualifié doit augmenter dans la production des deux biens.On voit donc que la théorie Hos prédit que l’ouverture au commerce international avec les pays à bas salaires a deux conséquences:un accroissement des inégalités salariales dans les pays riches,suite à la baisse du salaire relatif des non qualifiés;une hausse,dans les deux secteurs,de la part relative des travailleurs non qualifiés(en réponse à la baisse de leur salaire relatif).
une seconde thèse attribue la baisse de la demande de travail non qualifié au progrés technique.
3.thèse du »Biais technologique ».
et introduction dans le pays du nord de nouvelles technologies en partie dictée par la concurence internationale des pays du sud.

Un type de politique économique,d’inspiration Malthusienne,tente de réduire la population active et de partager la travail;quand aux politiques de fléxibilité,elles tendent à supprimer les rigidités qui affectent le marché du travail.

les politiques d’indemnisation visent à garantir un minimum de ressource aux chômeurs.Doit elle relever d’une logique d’assurance ou d’une logique d’assistance?1.cotisations assises sur des salaires,2besoinde l’individu,voie fiscale.

Il est possible de classer les pays développés en trois groupes/Japon ,Canada:régime unique d’indémnisation fondé sur l’assurance
Australie/Nouvelle zéland:fondé sur l’assistance
Pays bas,Royaume-Unis,Allemagne,France,Etats-Unis{}:systême dual,combinaison d’un régime d’assurance et d’un régime d’assurance complémentaire.

On ne se range pas du côté des plus forts,ça semble basique,mais si ils n’ont pas de raison d’être de ne pas le faire…il faudrait qu’ils aient une humanité gigantesque,qu’ils se fichent de la compétition directe,comme si il pouvait y avoir une autre qualité de vie dans un rythme ils serisquent à la cause première,où on retrouve la théorécie,l’organisation pour l’éthique et le bonheur.
Alors que c’est juste une mémoire de sang préhistorique…Il faut avoir une autre raison d’être,pour refuser la prédation soi disant obligée,
l’argent doit servir à nous lier,
à la fraternité.
Ne traîtons pas la République à la légère. »Si ça vous amuse « de prononcer toujours les mêmes articulations qui font le postulat de la domination qui conduit à la misère,
car la prédation,l’exploitation contre laquelle il faudrait juste écouter l’ésprit de justice rendant grâce à la Dignité,et ne pas trouver normal que certains n’en soient pas convaincu
en partant du fait qu’on remarque toujours les mêmes caractéristiques d’état d’ésprit,au lieu de considérer un grand plan où les corps de la société(république)seraient constitués autour de corps employés à partir d’une autre utilité que ce qui lie l’état du monde au consumérisme qui montre,de la base,une dévisibilité du sens d’un changement de société par une politique prenant soin de toutes les articulations,qui peut être un retrait de poste lié à l’écologie,alorsqu’il faudrait amener à être dans la prévention,l’éducation,la protéction,la surveillance,la bienveillance ,à un autre niveau: des dégazeages en mer,à hauteur de huit sur dix,qu’il est (l’argent dans le cosumérisme)comme la violence qui appelle à la violence,la consomation qui appelle aux besoin,de l’abstraction de ce grand projet qui ne serait pas de la poudre aux yeux,vu le nombre de contradictions(…),au droit à la parole,au débat de réfléxion,une négociation comme la moindre politesse aux employés ouvriers que certains petits contremaîtres ,d’ailleurs ce qui ramène à des états d’ésprits ennuyeux dans un monde évolué,qui se pensent plus dans le droit chemin s’ils se prend pour le côté des patrons concernés par le terrain actuel,pour certains,ils semblent qu’ils sont sous cultivés par des mentalités barbares,remettent à la phrasétique de les traîter de térroristes,tant leur logique s’est transformée,détraquée dans les signes (sans m’étendre sur la sémantique)de ce qu’ils croient être la différence des êtres qui les auraient conduit à être dans cette tranche de petits patrons,où le type de la personne la catégoriserait par son caractère,sa logique,dans cette proportion,plus que d’autres d’après eux,à être capable ,dont je remarque parfois la subjéctivité,pour ne pas dire la gourme prétentieuse à se ranger du côté des plus forts,où ils voudraient nous faire croire qu’ils sont dans le bon sens ,en plus.
StillCap0053
C’est trop facile de faire comme si les réactionnistes étaient toujours à gauche,des socialos ou des en marges,car les déviants sont dans ce qui laisse que la normalité nous échappe
Ce qui était considéré comme étant le prolétariat,le patronnat,les banquiers,la bourgeoisie,
dont on a tant discérté des rapports (de force),doivent faire parti de la même classe:celle des gens ayant la raison.
D’après ce que je pense,les patrons qui veulent extérnaliser ,pour trouver de la main d ‘oeuvre à moins cher,veulent s’aligner avec un systême de non droit au lieu de se battre contre la concurence en cherchant à la faire changer elle de comportement.
On peut se rendre compte que des employés avaient la capacité,étaient capables de constituer leur tissus,leur famille,leur environnement,autour de la place qu’ils avaient pour leur entreprise.C’est ce qu’on peut entendre par savoir faire des techniciens,ingénieurs,employés,ouvriers…
Il n’y avait pas de meilleur main d’oeuvre,de plus grand bienfait;de compétence,de volonté pour le sécteur de la technologie;quelle mesure donner à ce qu’on entend par des salaires à moindre coûts,dans d’autres pays?
Un jour,pour eux,les filiales ne seront que valeur d’utilitarisme,tout ce qu’engageait le rapport de fond avec les ouvriers Français est disparru.
D’une part on retirer une valeur de qualité de vie des régions ,qui voudraient se glorifier d’un attrait pour le tourisme dû à la richesse et la noblesse d’une région.Admire les beautés sous entend que les régions soient pleines d’un bon ésprit,bienveillant,heureux,riche d’un creuset le rendant logique,stable,vai.
J’ai l’impréssion que la qualité que vous croyez ,pour vos affaires,va s’aligner avec ce que vous croyez quitter ici.Résultat,l’artificialisation du matérialisme qui s’installe sera identique,la seule différence,c’est que les usines seront là bas,si vous vous délocalisez,et si vous vous extérnalisez,appartiendront à d’autres,pour se mettre à la hauteur de la concurence,vous n’aurez plus que des dividendes,plus d’entreprise,et vous laissez le marché à d’autres.En fait,l’entreprise d’alcatel est déjà la propriété d’un groupe internationnal Américain ,qui fonctionne avec les rêgles,mais qui pour procéder à un remaniement qui indique que les difficultés peuvent se résorber en donnant la fonction de certains sécteurs par l’alliance avec HP ,un géant des télécomunications,qui prévoit des milliard de gains pour les annes à venir,à condition de faire ce remaniement qui passe par une sorte de recommencement,où les deux entreprises jointes répondraient à une demande « des solutions informatiques pour les opérateurs et les entreprises,un nouveau service,et leur manière de faire ce programe commercial,qu’ils ont déjà mondialisé en ayant un tas de partenaires dans des pays dis »émergeant »,les nouveaux sous traitants,dont ils ne leur resterait plus qu’à gonfler les éfféctifs,en supprimant des emplois,ou en prétextant des embaûches de jeunes, »recherchant « des talents »,ici,
des transferts de postes aux states,mais en faisant des aggravations des conditions de travail,heures,probl.retraites,et se passant de la charte là bas?
Il doit y avoir une manière de ramener les frais génaux pour rejoindre la concurence.déjà au départ ils avaient la concrence des opérateurs indépendants,et des téléphonies mobiles,ils ont eu ecours au triple play:tèlttélé/internet.Déjà,pour garder l’entreprise,l’etat semble s’être plié en quatre pour faire bénéficier,de crédits,d’aides dans des pôles de compétitivité,(alice?qui m’avais préparé cent euros (sans compter le reste)parceque je n’avais pas renvoyé une alice box déféctueuse,dans la dérégulation du cerveau aprés moultes turpitudes?)de participation de fonds publics déstinés à la recherche et au développement.
Finalement,le profit,la modernisation,la consomation,appelle à la consomation,nous deviendrons peut être la main d’oeuvre à moins cher.Ils s’occidentalisent,si nous parlons de l’Inde,mais ils n’ont pas fait de révolution qui conduirait à l’écriture de certaines constitutions,il y a toujours en Chine des exécutions sommaires,des exactions qui ont été mises à jour pendant les J.O de Pékin-bien que l’on sache qualifier autrement leur culture,leur modèrnité,leur intélligence.Si le remaniement a rapport avec le coût de l’emploi,donc les coûts salariaux,n’est ce pas pour une bonne part parcequ’il n’y a pas le respéct qu’on doit à chaque être,qu’on fait souvent passer pour le »mode de vie »,comme si c’était plus naturel ,le déni de la souffrance,des droits des êtres,des rêgles du travail,comme si l’exploitation ailleurs,les licenciements ici étaient obligés,une constituante obligatoire du marché libre.Mais,le marché libre ou un autre,doit avoir un sens.Les pays qui se mondialisent ,vont faire dépenser en rouant dans le systême de consomation,mais ça ne va pas améliorer leur niveau de vie ,leur condition,notament parcequ’il n’y a pas pour certains pays une philosophie empêchant le travail des enfants,le soin des femmes,y est ignoblement ignoré!On comprend mieux le sens de ce qui empêche l’éducation!
Il faudrait mieux se battre contre la concurence:au lieu de se ramener à leur niveau,les ramener à un mieux élevé,ce serait lutter contre la concurence,de vérifier,de la part de alcatl HP,la bienséance des autres entreprises,de les obliger à être dans la charte,ce qui ,eux qui parlâssent d’écosystême de leur nouvelle entreprise,serait le niveau de qualité de vie ,mais ce serait ,si une énorme entreprise le faisait une fois,comme inventer un concept d’antiautoritarisme productiviste qui fairait le tour de la planète,en donnant le bien-être de chacun,au lieu de tout ressérer,qui étendrait et diluerait un art de vivre et de se pacifier,
Au lieu de lutter contre la concurence,si ils décident de « se reprendre » à eux,il aurait fallu,je ne sais pas,acheter une partie intouchable,rendre un contrat assurant qui édifierait que le statut en étant positionné deviendrait un fondement obligatoire comme statut de l’entreprise qui ne pourrait pas changer ses pratiques,en allant voir ailleurs,comme n’étant pas définis par cette norme de conditions,de conditionnement de fonctionnement acquis,qui amènerait des garanties ,que le principe,au moins de l’entreprise,ne puisse renier sa déontologie,dont on disait le jour où ils arriverons avec leur compétence et leurs coûts bons marchés,on ne peut pas prendre le prétexte de se rapprocher,en ramenant les 30% (de la cause coût du travail notement)que la concurence a d’avance,si on appartient à cette concurence!?

Ce systême est comme si on devait ressembler aux voyoux au lieu que ce soit eux qui doivent amener leur assurance.

à propos,bien sûr que les premiers clients touristiques agréables sont les Japonais;et les Français,les moins,ils ne voient pas assez ce qu’il y de bon dans les autres cultures et par contre font des ressemblances avec ce qu’il y a de mauvais en refusant de le voir,comme pour notre exemple où ils faudrait s’éduquer,s’aligner à l’inverse ,au lieu de souhaiter que eux s’élèvent,ou retrouvent une vision Gandienne ou de philosophie du Yoga.On y trouve la progréssion,la lenteur,que le monde a complètement dénigré dans son stress et sa mauvaise volonté!!
Quand il y a un racisme antifemmes,antisocial,c’est mal barré.

alors que l’homme doit comprendre ,et se débarrasser de beaucoup de choses inutiles,nuisibles,à cause de la spirale infernale de la religion du profit,
En étant confortable tout en respéctant l’être.

le touriste qui va visiter un endroit,qui a un certain enrichissement,est touché par la vue des plaques d’hydrocarbure,les sacs poubelles

Le systême qui met en rapport les volontés avec l’organisation,qui est assumé normalement par tous ceux qui ont un « rôle »,dans le fonctionnariat,l’administration(qui ont tendance à être ou avoir été mis au rabais,comme nous le voyons par l’épuration ou l’éclusage de l’université)
En même temps,rien n’existe vraiment,la pensée devient aussi la parole des autres,donc on vit.
La parole :disons les idées,au moins l’image de ce qu’ils aimeraient ,les voeux du bon fonctionnement,de l’individu dans la société devrait être prononcée par les politiques,ceux qui ont une place dans le fonctionnement
comme chaque organisme qui a une fonction ,dont le but est de faire une écologie saine,un être humain vertueux,d’empêcher la pauvreté,les troubles variés et nombreux,pas qu’une fiction.

Dans un monde où les pouvoirs se délitent dans les entreprises personnelles,qui provoquent les dangers des risques qui s’adjoignnt de toutes les divisions que cela comporte,il y a besoin d’un fond commun qui rappelle à l’unité dont a besoin la société.C’est le sens d’une couverture santé,comme d’une mîtrise de la non séparation des droits dans les universités.Il faut un fond de régularité,de sécurité,de communauté,d’égalité.S’il n’y a pas un fond commun d’organisation,les intérêts personnels reprennent leur gouvèrne,comme on le voit aujourd(hui dans l’affire de corruption de 44 personnes arrétées dans le New -Jersey.Tout comme on peut s’intérroger sur la valeur des déplacements d’usines dans des pays en mutation.
Au Ghana,ce qui permet que le gouvernement soit admissible,démocratique,est la présence des femmes qui occupent les sièges ,qui se conduisent autrement que d’autres,qui eux,même si tu leur expliquait en long,en large et en travers,ne comprendraient que les rapports de domination…
en accusant ,mais nous ,on est toujours dans l’écoute des autres,c’est dans nos principes,c’est la concordance des temps,les asociations,mais pas d’idées machinales,on doit savoir arréter sa pensée,ne pas penser à ne mauvaise mécanique de la fabrication de la pensée imaginantla construction conceptuelle de l’exploitation,les mentalité sont amené à montrer leur fragilité en ce qui concerne leur capacité à surmonter leurs instincts
la démonstration est gagnante par le triste exemple de ce qui rapporte à l’illusion de l’Olympisme,retrouvant par une fausse liberté,la moralisation décadente,crééepar une surraugmentation de la profusion du délire fantasmatique illusioniste,donc substitutif,,au sens du juste de l’éthique,par l’exacèrbation du fantasme dû au profit,dans le déni,l’ignorance,la déstruction de la liberté.En Chine ,le spéctaculaire a pris des proportions tellement érronantes,que l’on aurait du mal à contrarier certains enthousiasmes,qualifiable par défaut de dépis »faute de mieux »,créant des concéssions que celui ui n’a pas vu les rues vides de Pékin pendant la disparition de ses habitants pendant les évênements du communisme,accepteraient pour argent comptant,en faisant l’érreur d l’imagination ,qu’on retrouve dans tous les types abusifs,qui peuvent faie croire que le peuple serait occupé par l’activité,autour de ses élans féstifs,ce qui n’est pas faux,en même temps que le comportement zen indique souuvent une absence de Joie comme de Peine.
ils restent cloisonné dans leur primitivité,au lieu d’avoir l’intelligence du sens,qui sont dans le réflèxe de l’antisens des autres,au lieu de prôner un férroutage,un échange cordial,mais pas de décharge ou d’insinérateur d’ordure,tout en s’en prévalant,d’un centre de recherche scientifique,de nouvelles énergies;
Résultat,nous leur renvoyons ces tensions
Il font semblant,ils ne laissent pas parler ceux ,souvent celles ,qui ont un sens réaliste ,qui serait des types d’exemples qui iraient dans le sens du monde

Après avoir discerné
que nous voullions changer
le systême au point de n’être
pas dans la contrainte du rapport
de force désunifiant d’une révolution qui leur fait peur
étant donné que ça devrait être
une évidence pour tout le monde,
où toutes les classes se reconnaîtraient
dans une nouvelle logique,
où nous serions assez intelligent
pour dépasser les arriérismes du
déspotisme de l’exploitation.

C’est dans le therme d’un changement à tous les niveaux,
du contrôle qu’on fait sur la diplômatie(terme général),en tant que tolérance ou moyens d’empêchement,dans sa propre entité de possibilité de faire suivre les rêgles qu’on auraient admises dans les sujets qui nous intérréssent,qui conduit à l’utilité de la défense,en tant qu’entité ,(dans la haute diplômatie)
devraient servir à ce qui ramènerait à l’ordre des rêgles à suivre ,non pas l’utilisation de la force systématique,mais tous les moyens pour faire intervenir dans tous les sujets,le postulat,l’axiome du bon fonctionnement,comme en ce qui concerne cette situation incompréhensible des travailleurs qui n’ont pas de logements,alors que,comme pour le dégazeage en mer,comme en ce qui concerne l’utilité et le travail de ce qui suppléerait la police actuelle,dont certains sont en vélo maintenant,ou ce qu’on empoie comme mentalité pour prévenir,remettre dans le bon sens,ordonner,et le travail sur la méthode,
en ce qui concerne la sécu,l’éducation,l’appel à la raison,du tri séléctif qu’on apprend à l’école,aux grenelles,au rappel de la cytoyenneté en général,,par l’écriture et la propagation des textes
Le retirement d’un garde plage ne va pas dans le sens de l’utilité des corps suppléants la société,dans son investigation de sens,son éffort,sa volonté ,vis à vis de la protéction du milieu que cela représente.Quel comportement est adopté avec les entreprises /ex:pétrolières ,de ce qu’elles ont à admettre comme priorité,point de vue.

Ce qui lie les gens à leur pouvoir d’expréssion,est le politique,l’employé,qui parle pour le sens des opérations.
Le manque de parole instructive conduit l’état de la société à la catastrophe.

personnellement,
La première chose que j’aurais souhaité,étant au monde,c’est que ma(je penserai à l’autre pour son bien,en conscience de la vie des êtres,avant la présence) femme soit à une fonction qui lui plaise,comme actrice,( son caractère pourrait aimer à mettre entre autre sa beauté en valeur),et qu’elle eut été admirée pour sa beauté,vu que j’aurais eu des choses à faire moi ,je ne me serait pas mis en valeur principalement:cela montre,fort heureusement,que nos société ne sont pas que truffées d’intérêts personnels,puis qu’elle retrouve ses idées profondes dans le sens de son intelligence,ce qui conduit à la parité ,la présence non factice des femmes ,vu qu’une société ne se dirige pas par des atitudes enfoncées dans le comportement humain ,d’usurpation séculaire .
Ce que l’on peut écouter comme idée dans la société,ce peut être que l’on peut avoir un peu,ou un peu plus,ou différement,mais que nous avons appris que chaque être a des nécéssités:les hommes et les femmes ne sont pas séparés les uns des autres = nous devrions refuser ceux qui font tout pour faire comme si les âmes inspirées étaient des prosaïque de formes de révolutions auxquelles nous ne devrions pas être obligé de penser.
A différents niveaux,à des stades de l’évolution,nous pensons avoir le droit de souhaiter que l’homme soit assez évolué pour mener à bien des projets en toute bonne foi.

Le P.S éssuie bien des reproches,comme celui de n’avoir pas de projet .Mais il a pleins d’idées ,encore améliorer ce qui est bien,comme les Rased,qui sont des secours qu’on casse sans trouver mieux à expliquer ,ou comme projet .

La tonitruance de la trituration de l’ésprit n’est rien par rapport à la dialéctique
il vaut mieux savoir arréter de penser que de trouver à penser qu’ ils ne vont pas rapporter à l’économie,donc autant les oublier,des trucs débiles comme ça.

Les jeunes professeurs,en ce qui concerne les classes surchargées à cause du fait qu’a été choisi le non remplacement d’un départ sur deux à la retraite,pouvaient avoir des classes du nombre d’élèves en trop,ce qui faisait à peu près une classe de plus si on avait le surplus de trois classes ,puisque de vingt six en classe normale à trente six en classes anormales,ça fairait qu’il faut ,pour retirer dix de trop par classe ,une nouvelle classe pour trois,donc un prof,si on veut,pour la classe,qui fairait cette classe de plus ,de trente ,en ramenant à vingt sept,vingt huit ou vingt neuf,par classe,pour qu’il n’y en ait pas 3 fois dix= trente pour cette nouvelle classe,26 pour les autres,enfin bon…autremnt ,les 4 de trop partagés par classes,puisqu’il y a quatre classes,ça fait vingt sept,auxquel viennent s’ajouter six,ça fait 1,2,ou3,bref…le mieux,c’est vingt 4.

Le fait est que la société,les preuves,avaient fait qu’un jour on s’était rendu compte que les classes surchargées étaient moins bien?que le monde profusait d’images,d’informations inutiles,déroutantes,c’est pour cela qu’avait été dit,et fait,que l’on allait moins surcharger les classes,et puis c’était indigne de la République,que ne soit pas tenue ,sans trop de magistralité,la laïcité qui partait dans des sens multiples,dans une société surénervée,
même vis à vis de l’image qu’on avait de la mémoire de l’école communale ,comme dans les bons films noirs et blancs,où dans l’ésprit le temps allait doucement,et instructif,le but intelligent,pour bien travailler ensuite,savoir vivre…
.en plus cela donnait du travail aux profésseurs,
.une bonne ambiance(dans le sens global)
en ce temps là l’instituteur aurait travaillé rien que pour la santé,avec vocation.Le bord des chemins comptait beaucoup pour « le film » ,avec ça,on pouvait être Jean de Florette ,la société voullait ne pas être ariérée,mais on n’était pas dans une fausse machine.
Maintenant ?on se dit que les université éclusent les postulant de la classe moins installée,par le moyen de fausses contributions ,des frais illégaux,ou qui sait quels moyens,pour récupérer entre eux de meilleurs places,entre intoxiqués depuis que c’est beaucoup moins sympa que si c’était mélangé entre gens qui se réspectent,qui ont des qualités…Nous avons même entendu parler de faux diplômes vendu à des étrangers.C’était sûrement pour « leur faire croire qu’ils étaient intelligents » le jour où ils nous tomberaient dessus avec la concurence.Toutefois,l’excuse du fait que l’état ne leur a pas donné les moyens,qu’ils récupèrent sur les étudiants,et font que d’autres en finissent avant même d’être entré dans ce mic mac ,sans même être prolétaires,est pûrement dégoutant,il faudrait que je comprenne pourquoi ils s’en prennent au Président des Français.A ranger avec les étudiants.Des milliards de postes,de suppréssion des postes d’enseignants ,rien que pour passer le temps à lire Blaise Pascal le dimanche;C’est de la bagatelle,eux ,à côté?Le lbéralisme qui se criminalise?Nous irons aux sports d’hiver au Pôle .Les effets de tout cela sont au delà du temps présent,mais malgrès tout ,ne pas psychoter.Si ils avaient une bonne mentalité équilibrée,ils n’utiliseraient pas ces moyens qui discréditent le travail de la gauche réspectable,qui expose des idées,en faisant croire qu’ils sont mal ordonnés ,ou meilleurs,plus du côté des justes représentations d’Héraclès ,soit qui tue un oiseau,soit qui envoie un message,une flèche dans les nuages du passé.Ou alors il faut accepter son déstin,la vie est une chiennerie,ce n’est pas une polémique louable,vu les éfforts,donc,les idées se contrôlent,comme la folie,de penser que les rased sont la représentation de la faille que le faible est condamné à avoir:c’est d’être en proie à ne pas pouvoir croire au Paradis sur terre,par ce que les autres n’y participeraient pas!

La Culture est un état d’ésprit de résistance à ce qui désunis l’humain,fait soufrir le coeur ,dans des époques les plus difficiles où l’être perd pied dans sa connaissance humaniste donc dans l’oubli de l’harmonie des cultures.

Un paliatif à la culture qui n’arrive pas à passer au dessus de la prononciation d’un systême qui se bloque toujours à une clé de voute d’un autre monde qu’il ne croit pas possible.

Personne n’a la cèrtitude,la prétention ,ou l’unique sens du reproche…mais si la pérénité des postes est remplacée par des stagiaires payés moins cher,il n’y a aucun éspoir qu’il y ait une revalorisation des métiers ou des places dont il est insuportable de penser qu’ils se servent des gens au lieu d’inventer un partage du travail ,où les gens auraient sensiblement le même salaire ,en souffrant moins,donc ce qui équivaudrait à une hausse des salaires,qui fairaient voir des tiers temps pour soulager les conditions en particulier,ce qui signifierait un partage du travail .
Est ce que c’est la culture qui veut qu’on ne croirait pas que le monde puisse être autrement.
Est-ce que c’est un manque de culture de ne pas consacrer les après midi à l’école à la pratique des sports,de l’art plastique,du jardinage etc ,qui conduirait à ce que les options soient respéctées ensuite comme une compréhensivité des particularités dans une école égalitaire au départ,et réspéctueuse des cas,qui rendrait un mode de vie souhaitable?
Pourquoi est ce que ce qui serait valable dans le professorat comme emplacement d’un partage remplacement des départs à la retraite,on a qu’à inventer une sorte de retraite progréssive,où les jeunes remplaceraient progréssivement les vétérans,d’ailleurs par le systême de garde d’étude ou d’aide à la permanence des pions ,et non en exposant des jeunes ou des gens expérimentés mais pas dans des caractères de ligne franche à ne pas être dans leur élément ou un élément qu’ils peuvent maîtriser en leur donnant des missions impossibles,les gens dans les quartiers étant formés pour cela,ou issus de ce quartiers où ils peuvent vivre,tout en faisant que ces quartiers soient modifiés,transformés en villes à part entière,où des gens formés ,éssentiellement qui seraient issus de leur quartier,pourraient être aux hautes fonction pour la République,comme pour ce qui serait de la formation démocratique des Pays en voie de démocratisation,comme en Afrique ,pour faire les quartiers sensiblement en prolongement des autre villages ou des villes ,des villes globales ou redéfinies,mais dans des règles empêchent la récupération à autre chose que l’organisation d’un arsenal non coupable,pour que la cité soit le lieu de vie naturelle nécéssaire le serait aussi dans d’autres sécteurs,pourquoi confondre le sécteur de l’entreprise privée avec ce qui rend humaine la société?
L’homme ne saurait être comparé à d’autres animeaux trouvant leur unité dans un état grégaire,c’est pour ça que ça ne va pas du tout de supporter les mauvais langages qui s’insinuent dans une psychose des groupes.Cette fois dans un langage à double tranchant coupable d’être dans l’arsenal du mécanisme conduisant à la violation.Résultat les autres sont sanctionnés parcequ’il n’y a pas d’accompagnement des projets ,avec un contrat social,comme pour l’installation d’une voie de tramway,par le rappel de la constitution,le peuple est mélangé ,stigmatisé dans un sens qui en fait la démission de l’intérêt des puissants,alors que l’Abbé Pierre se demanderait peut être quelle dynamique exprime la morale du refus de ce que je pense être la dialéctique qui veut faire que la polémique fait parles d’un sujet qui aurait pu être l’opinion dans l’autre sens,car nous ne voullons plus de ce qui a été pris pour une fausse dialéctique discernant que le danger de ne pas voir la gravité de ne pas prendre la position de défendre dans l’autre sens la polémique ,est le même que celui qui fait admettre amhadinédjad comme le sens de l’Islam ,alors qu’il n’est pas la totalité ,comme vis à vis de la burqà,qui peut être modéré , à la place du vrai !Tout comme les écarts de société des classes construit la population avec une populace,une masse qui ne serait pas résponsable,vu par des immatures ,les mêmes qui reprennent les rails de la Culture,pour créer la mise à distance des artistes vivants,dans les grands centres d’arts,au détriment de ceux là,pour donner la part belle toujours aux même grosses têtes ,comme pour le monde de la musique où le rap est largement représenté mais en faveurs des éléments puissants qui « tiennent le pavé »,chopent la grosse tête,n’ont pas l’humilité de la non-violence,mais qui sont supportés dans l’idéologie réactionnaire qui a mis Dieudonné en place?Celle qui créait l’interrogation sur le sens bien fondé du doute,peut être,pour bertrand Canta,pour remiser ou minimiser des archaïsmes ,banaliser les langages des écarts de classes,alors que l’on sait très bien le danger de la dialéctique inversée,c’est ça la mort de la gauche,qu’on fait passer pour la mort du parti socialiste,qui lui tente de parler des choses importantes,quand il n’est pas dans la mentalité qu’on repproche à tous et à tout,machisme,phallocratie,injustice,issus aussi de faux semblants,de compromis ,qu’on ne trouve pas d’ailleurs particulièrement dans le discours de Martine Aubry,comme moi je n’ai pas pris Frédéric Mittérand pour un présentateur télé,ou fèrmé à son dictionnaire ,mais,en quel honneur est ce qu’on fairait fi de ce qui fait parti des choses bonnes dans Platon,la vertu et la vérité,qui devrait,avec Jack Lang,plutot penser au désarroi de l’époque,à la constructivité,ils n’ont pas dit un mot en cherchant le sens intérressant ,en défendant la femme,en évoquant des quéstions musicales ,dans cette ôde à la liberté musicale qqui n’est certainement pas un ressèrement de la morale par l’interdiction d’une prononciation,mais qui évite la décadence d’une société cherchant sa médiocrité, »d’une éspèce pauvre,à demi ou totalement raté »de philosophie,d’art de vivre,au moment précis de le faire,pour pas continuer pareil que durant les sourdes saisons qui mènent à l’amalgame,l’agrégat dont je ne vais pas me mettre à faire la liste ,donc à soutenir Ségolène,sur le dossier de face à ce qui mettraient la société en péril,dans cet appareil,ce qui serait le prétéxte inavoué pour se désintérrésser des classes sociales dont on creuse les différences,comme des persones en nombre dont on n’aimerait pas le comportement,en acceptant le fossé des différences sociales,un rejet,un mépris,un déni,une démission de la culture qui refuse de donner les limites,du langage que la société emploie dans ces groupuscules _Pourquoi c’est si difficile de faire des centres d’hébérgements pour les femmes qui sont en fuite ,de mettre en place un systême pour les travailleurs pauvres,la société ne rattrappant pas bien les gens par des constructions variées selon les cas.Il faudrait Croire que l’on puisse rattapper les gens ,l’éducation,les quartiers,l’afganistan,comme on voudrait croire qu’un systême,un projet,fairait que l’on pourrait persuader les grands patrons,remettre l’économie dans la vertu,du retour des actions par l’organisation,dans l’idée intransigeante avec l’extrémisme du libre échange,des rêgles,des notions de principes fondamentaux pour la vie humaine/pa exemple je remarque que la région à le droit de demander un remboursement à la Sncf,si elle n’est pas satisfaite de ses services,/La beauté du monde humain,idem pour les banques,rattrapable,par degrés ,selon les cas,par un projet de société les éloignant de la déculturation,l’encadrement sain qu’ils avaient pendant l’école-Donc en faisant des Universités d’adultes/pour éviter la psychose du parti socialiste aujourd’hui pour exemple,dans la déroute où il sert surtout de masse répréhensible,où on s’en prend les uns aux autres,/je m’interroge en pensant que dans une opération dans la déduction de l’équation,on serait libéré de l’intention du clivage,qui peut retirer le sens de la logique/,à cause du systême de compétitivité,de concurence:l’éloignement des individus,où les gens sont plus,comme dans la société,dans les réactions impulsives irréfléchies,accusatoires,donc réactionnistes,capable de faire qu’ils ne votent pas,ou pas pour le parti qui les représentent,et presque pour lequel ils ont fonctionné/par négativité,contradiction,au lieu de se représenter à leur ésprit ce qu’ils ont oublié,le séminaire de Rolland Barthe,ou d’études et de discution variées,de négotiation contractuelles,le plus bel orage que j’ai lu dan le Germinal de Zola,lorsqu’on aime l’autre,on considère l’arbre égratigné qui perd sa sève,si l’on ne m’avait mis une câpe,pendant que je mourrais,bléssé à mort ,écorché ,laissé surl le bord d’une route…On ne fait pas l’abstraction de l’existence de l’autre,à moins que dans l’absinthe Beaudelaire,l’arbre ne soit que métaphysique temps dépassé de Kandinsky en même temps que retrouvé ,un contexte de situation,comme disait celui qu’on ne comprenait pas,ensemble nous irons,des arbres de Giono,le rêve d’Icare,bien beau,de Cytoyens du Monde,promeneur solitaire,en celui qui cherche l’arbre,comme les fruits d’or,promeneur solitaire,qui a sept vie d’une arche qui colore son orgue,qui se réincarne ,l’arbre de l’arctique,quel jardin croyait vous quun citadin empreinte,si l’homme ne les a pas abatt,comme le coeur de Rodrigue,à qui l’on dirait que fais-tu sous ton arbre meunier tu dors?Alors que quand il rêve il invente le monde,comme Gallilée,les déscriptions des îles de Victor Hugo,microclimats qui font trop réver pour opposer aux Orientales la vision de ghommores,poudre aux yeux nécropôle au lieu de l’Acropôle,mille feus de Malreaux aux piliers de l’Olympe,Péggy refuserait,dans une défense des lettres,qu’on se jette sur l’animal affaibli ,je signe/Arnaud Savary/
vivre ensemble,les aires d’exister ,la complétude de l’adulte:une télé éducative,un hébdo de la cytoyenneté,de l’organisation structurée de l’Europe,et non pas d’irréspect du prof ou du langage/Donc un manque de communication,d’alphabétisation parfois,où le gens confondent le laisser tout faire d’un systême fasciste :menaçant de représailles,attiré par la convoitise,un éventuel profit à faire,donc le mauvais côté (des êtres)du libéralisme,la jalousie,l’avidité,ou le dépassement des égos,où ils se servent pour prendre le pouvoir du bien fait,une société trop éloignée du cadre de l’éducation ,l’ésprit de groupe plus proche de la barbarie qui s’attroupe contre les plus faibles,qui voit le mauvais sens ,systématiquement,en dénigrant la dialéctique.Donc l’opposition structurée ,même bureaucratique mais dans un bon ésprit.

C’est vrai que le travail de Président est proprement injuste et inhumain.Déjà parce qu’à un moment il ne peut pas aller plus loin dans la mise en oeuvre du rêve,au dessus d’une limite au dessus de laquelle il ne peut pas passer.Ils ne savent pas faire autrement,ce qui conduit à ne pas croire dans le partage du travail.Il faudrait qu’il puisse dire qu’il n’arrive pas à imaginer un partage du temps ,une société différente,qu’il ne peut pas répondre à ce sujet ,qu’il faudrait réfléchir à tous les fonctionnements des sécteurs ,mais qu’il ne voit pas à quoi ça peut corréspondre la vie des gens ,leur temps à eux.Ils ne peuvent pas trouver puisqu’ils ne veUlent pas renoncer aux choses qui rendent les meaux inévitables.Mettez-vous en face d’un Hindou ,par exemple,pour faire la conversation avec,vous verrez qu’il s’opère un phénomène particulier où l’expréssion n’est pas gagnée d’avance=la culture crée des phronétiques comprises par soi en tant qu’ayant un fond culturel que l’on a nourri et entretenu,et on se rend compte que tous ne croient pas qu’il soit logique que tous soient mieux en étant assez prévenant pour les autres,qui leur parlent des articulations par parties qui s’embriqueraient autrement qui ne seraient que bénéfices,autrement,l’aide soignante a un travail inhumain,car on se fiche de l’exagération ,qui fait que la construction n’est pas faite,comme dans l’exemple des crêches dont,du confort du trajet à l’organisation de la conciliation du temps,aux diverses aides,pour le reste,qui peut être le ménage ou les gardes d’enfants,les horaires de travail,où la femme ne devrait pas cumuler etc ,jusqu’à l’air qui est réspiré,sur le parcours verdoyant,bien sûr,ne seraient que l’affaire des moyens financiers mis en oeuvre pour autre chose,alors qu’avec les dixaines d’installations(100 collèges=le Tgv)profitable depuis la naissance,que la France serait belle!

Parce que la grossièreté,la culture qui se perd,c’est la diréction du faux semblant du pseudo rêve ,du temps mal occupé ou du temps mal vu,du présent,c’est le résultat de l’état d’ésprit de l’immédiat ,de la rigolade du monde artificiel,qui croit que l’on ne peut pas réver au delà du people?d’un monde plus libre d’une certaine manière,où les jeunes vivent naturellement avec un espace de la ville qu’ils possèdent avec plus d’évidence,mais l’ambiance des années 60 devait faire autrement réver,mieux ou de l’obséssion actuelle du langage conditionné,de la politique,puisqu’ils ne peuvent se débarrasser de leur culture ,qui provoque aussi l’admiration,le réspéct,l’application de l’agissement,de la connaissance,de la dynamique,du niveau,variable/

La culture de la vie de la communauté où on se soutient dans les villages pour que l’histoire se passe bien,ce qui devient la culture régionale.Dans une vision humaine,le remembrement qui s’était chargé de redéfinir les terres,les propriétés,à fait que les chemins qui apportaient une certaine biodiversité,et simplement un décors ont disparru,comme pour les haies,qui perméttaient l’écoulement d’eau,la stabilité des terres.Evidement,lorsque la globalisation s’est faite par les entreprises,étant le fait que du profit était à prendre,dans le détournement du modèle,par exemple au sujet des installations de gaz,il a été conduit en fonction des éléments qui intérressaient les entreprises concernées,donc cela a été dans le sens d’un certain développement qui concernait l’écologie.C’est évident que le maximum d’exploitation a été faite,ce qui a conduit au sujet de l’amiante dane les dernières limites où la nécéssité a fait aparraîtrE ce qu’ils disaient qu’il n’existait pas,en prétéxtant qu’is ne pouvaient pas faire de frais de nouvelles orientation ou autre,alors que..en tout ils présentaient des alibis de non possibilité de tracabilité,comme quoi personne n’était sûr des dégats potentiels .La réthorique captait les intérêts.Ce qui se vérifiait par la position de la conscientisation presque exclusive devant le fait accompli,l’éveil devant l’agissement,au moment de la nécéssité.Qu nous soyons rassurés au moins sur le fait qu’il n’ a pas trente six chandelle devant nos yeux,pas de mur de feu,en ce qui concerne le fait que ,si des éfforts ,qui devraient aller droit au coeur des salariés voyant que les actifs devraient être rendus en remboursement,après les étapes de renflouement des organismes banquaires ,une fois que par l’état ils seront capté …Si certain se reprochent de n’avoir pas pu trouver les solutions pour allier les choses dans le bon fonctionnement,c’est que la femme et le sage ont été mis au second,ou au plan de la négation ,depuis Platon,qui n’a pas fait que cela,mais qui montre une certaine problématique,il est un exemple d’un certain autoritarisme ,dans la démocratie imparfaite,un contentement substitutif,où aujourd’hui on ne repproche jamais ou en artifice au mécanisme du systême en refusant de croire qu’il soit un tenant des conditions,ce qui présage un mauvais avenir si le systême reste comme si rien ne s’était passé,heureusement qu’il y a les nécéssités ,la civilisation en face d’elle même,si elle identifie les diverses conditions dans les ambiguïtés,ex/aux abord de la phase de crise,les gens sont susceptibles de s’en prendre les uns aux-autres,le danger d’une extrémisation des pensées,qui viendrait de la crainte,des insatisfactions,des réactions trop impulsives(…)pourquoi il n’y a pas une télé éducative ,qui a aidé les gens a se retirer de ce qui fît qu’après les évênements à Gaza de lourdes angoisses s’ajoutaient,qui devaient être dans la recherche de la vertu et de la vérité ,regroupant les idées ,car le résultat est netement médiocre quand l’appat du gain,la loi du silence,éloigne la société du câdre éducatif qui fait que l’enfant se sent entouré et ordonné,alors que le monde des adultes les a éloigné de ce qu’ils étaient ,dans des rapports de pouvoirs,d’expérimentations ou des états de penser « absurdes »/ils se sentent coupable/on les accusent/ils se détéstent/à force de non câdre d’une autre cytoyenneté,comme des choses qu’on avait en pensée après 68,sur le sens des êres,partis plus dans des cases que dans des forums,des associations,des ères où on respéctait le proféssorat,ou les fonctions,où on allait se rendre compte de la gravité du fait que la femme n’avait même pas le droit de vote,où,à la limite,comme dans des endroits où on enlève les petites filles de l’école,pour les donner,les vendre,à des bruttes épaisses,qui les mettent aux champs,à faire tout ,qui les brutalisent,ou séctaire,où ils se décultivent,dont la conversion serait le seul moyen,organisée par les pays de bonne foi,dans des communauté d’éducation ,dans le concept qui va de la prise de conscience de l’être ,à la société ,dans la forme organisée du temps de reconstruction dans l’utilité progréssive de la communauté inventée ,régie par des rêgles,des lois,des rythmes,où on éloigne pour le soigner,celui qui met en danger de la vie sainel,les tissus,de la constitution ,ce qui rappelle que le viol n’était pas inscrit pour être interdit par la loi il n’y a pas si longtemps,avant ce genre d’épanouissment pour nos propres société!!a communication étant la base d’une constituante du meilleur régime pour la société, une société où l’homme est amené à réaliser sa vie morale,dans la connaissance de ce qui est juste ou injuste,par l’éthique,par la communication à ces patrons,à ses banquiers,a des fonctionnements qui montrent que des gens vont chercher un emploi avec leurs sacs dans les bras parcequ’ils dorment dehors,alors qu’on est dans une société super pourvue,de solutions si on y pense,de technologie,mais qu’on semble prendre pour une constituante fatalitaire de la vie humaine ce qui est dû à l’organisation du systême-qui montre des trucs impensables,comme des décharges en plein air,sans aucune installations ,alors qu’on a tous ces fonctionnements non polluants,ses structures édificatrices dans la préférenciation du profit au détriment de la santé,de l’écologie,et dans l’équité.Il se peut très bien que nous soyons à une époque importante dans les limites charnières où la mensuétude est le temps où se déploient des forces trop obscures pour que nous ne dûssions se préocuper de leurs effets.La culture état d’ésprit lié aux symbôles ,et le mal est d’associer ,par exemple,le peintre moderne notament à un circuit où l’on peut rencontrer la violence,quand on est en devenir,on n’a pas la même sécurité que lorsqu’on est enrichi,sans s’étendre sur des exemple, sur des preuves,et la société peut donner l’impression pendant des années d’avoir décidé ,comme si c’était fait exprés,de vous faire passer pour autre chose que ce que vous seriez normalement,dans des répétitions de manque de chance,hors d’un déstin qui serait prétexté comme étant ce que personne ne peut tenir,qui aurait cautionné pourtant la cause de l’autre qui mentait .C’est vrai,lorsqu’en même temps tu as une Princesse qui déclare qu’elle aurait voulu se sentir utile,et que d’un autre côté vous,grand artiste,vous lui avez envoyé un courier sur le sens de votre vie dont le déstin aurait pu être éspérable,si une grande dame s’était changée une fois en mécène,en comprenant que vous veniez d’une bonne famille,que vous êtes gentil,et que par contre,celui qui l’a possédé,lui,s’est sûrement rendu coupable de tout faire,comme Maddof avec qui il faisait ses affaires,pour changer le sens du déstin ,pour trafiquer avec la vérité,et en premier les sentiments,donc,des actifs toxiques,à la vie détourné dans un sens pourri,ça ,ce n’est pas une illusion,une impréssion,c’est facile à comprendre,changer le mal en bien et l’innocent en coupable.S’il y a une grande faiblesse,c’est bien de se laisser aller à l’abandon de la puissance où pour être gagnant du capitalisme ou de l’opinion populaire il faudrait être en synchronisation avec des mouvements actuels déroutants,le peintre honnète,qui n’est pas dans le jeu ,bien qu’il n’ait rien de spécial à y faire,ressent ce monde rôder autour de lui comme une obligation de tolérer,qui vole sa vie qui vole à chaque fois en éclats.C’est à dire dans une société ,en général avec des mentalités de conflit,d’intérêt pour soi,de compétitivité plus déloyale que preuve d’équilibre ou d’analyse,où tout peut arriver,puisqu’on a pas réussit à faire autrement,avec ou sans avoir un nom,on vous met toujours plus ou moins à l’envers.Certains par force des choses essaient de vivre avec l’air du temps,qui n’est souvent que la condition,ce que l’on traduirait un peu par le karma.Parfois,pour ne pas être détésté d’un contemporanéisme,on peut croire que certains pensaient à changer par la puissance du spéctaculaire ce qui était souvent de base poêtique,romantique,non-violent,l’artiste ,évidement,il n’y a pas de stéréotype,dont on se demande pourquoi il peut se sentir usurpé,délaissé,victime du monde ,qui cherche à lui prendre son signe.alors que lui,cherche à exprimer la beauté de ce monde,en voulant dire que l’ésprit humain ne tombe pas dans le piège de la philosophie du déséspoir où la pensée s’arrête de rêver,grâce aussi au regard qu’il peut porter à une image de Principeauté ,qui représente quand même un monde ailleurs,qui serait comme inspiré d’une vision idéaliste.Une sorte de solennité sacrée comme une foi de vrai rocher qui se confond avec le monde moderne et humain pourtant.

La culture ,d’après moi,a à prendre le fil de l’époque dans ses nécéssités,pour sa vertu de conscientisation et pas pour ce qu’elle a été ,refuserait de voir non comme hypothèse,mais comme certitude ,une sérvitude,servante de la mort ,/thême/ »l’artiste qui refuse de se prostituer »/
.C’est pourquoi nous nous retrouvons dans le dossier actuel de la musique,où on doit pouvoir s’exprimer ,certes,mais quand on a l’impression que sont scénisés, les passes droits qui ressemblent trop à ceux dont certains usent pour être admis par un clan,d’être inhumain,d’en faire une constituante de leur style ou d’un baptême du sans scrupule, ne peuvent admettre de relever du sacrifice ,dans les différents degrès du systême de masse,de consomation,largement représenté,ou faire douter qu’ils seraient tacitement admis,sous le découragement ,l’alibi qu’on ne saurait trouver la certitude de la logique de la déduction des choses,liés à l’égoïsme qui fairait que l’on aurait plus qu’à éspérer pour soi même d’être à l’abris de ces malheurs que rien n’auraient sut empêcher,ou de n’avoir de résponsabilité sur leur éducation ,ou que ce serait la course à celui qui est le plus atteint ,ce qui rejoint toutes les formes de dépravations ,d’ignorance des limites,que tacitement le chacun pour soi,la science sans conscience,comme profanation contre nature,comme trophées volés à la victime-Comme nous sommes contre l’exision,en admettant que la culture est une prise de conscience,comme nous sommes contre les incitations à la haine ,qui menacerait les femmes en particulier,et donc,en dépis de la grande tolérance,nous sommes contre ceux qui ce sont fait admettre par un milieu de rappeurs en créant le sacrilège ,sans qu’ils puissent être rattrapés.Il a été interdit également le spéctacle de la mort d’un chien dans une galerie,et aussi l’exposition des cadavres humain,sur l’anatomie,puisque les corps semblaient venir d’un trafique,dieu merci!La culture serait l’éspoir.

C’est en même temps des moments ,des images,des profondeurs d’état d’âme,de connaissance et de la variabilité de pouvoir les exprimer.
Dont le confort,effectivement,dont la notion varie,et l’acuité avec laquelle elle nous donne conscience de l’humain,des paramètres qui font les éléments du réel,comme de l’imaginaire,et de la structure de l’ésprit,à l’influence inspirante ou on se soutient dans le respect à l’intérieur de la vie,et si elle incorpore un certain pathos,elle cherche un idéal,et si cet idéal est difficile à atteindre,elle cherche un équilibre,et c’est là qu’elle fait plus ressentir qu’elle appartient à ceux qui sont de bonne volonté,ceux qui auraient même le courage de reconstruire ce qu’ils avaient bâti,écroulé sous leurs yeux,de mémoire de vraie vie ,mais la Volonté qui peut être détruite en deux secondes,dans la virtualité du monde sensible,des clés de la psychologie ,la fausse croyance qui nécéssite la vigilence,car il y a ceux qui repousseraient des limites par intérêts,tout en rabaissant le style de dante,en n’autorisant pas le romantisme au XIXe à aboutir dans sa grande poêsie,en remettant la démocratie dans la cage où elle était avant d’être mieux aboutie,en prétéxtant le platonisme,qui n’était que le début de la démocratie,mais qui réussit cependant à ne pas donner la parole à la moitié de l’éspèce humaine,où l’intelligence de la féminité devrait plutot se reconnaître que de se ranger derrière le prétexte de la liberté bafouée …la sanction est superficielle par rapport à la cause qu’elle soutient ,même si elle est décallée ,si c’en est un moyen.A l’inverse,le trauma de l’avis contraire est beaucoup plus dur,vain,injuste,alors vive Ségolène!

Quoiqu’il en soit,la politique de l’Europe ne peut pas être une politique qui se soucie peu du bien être des cytoyens de l’Europe
Avec son éffort sur le systême de santé,Obama va peut être réhumaniser ce que nous,disons ,nous,en Europe,semblerions éloigner de notre base plus humaniste,en confiant plus de résponsabilités aux organismes complémentaires,par le démentellement de la sécurité sociale universelle,par des partenariats entre l’assurance maladie,les mutuelles et les assurances ,ce qui fairait se rejoindre le principe de la mondialisation,nous deviendrions des états-unis de Pays
mais vous verrez ce que c’est,moi je sais déjà que le systême de concurence peut vous manigancer,comme la propagande,mais si c’est dans l’intention de passer devant,en jouant sur des tableaux incaptables,surtout quand vous n’y êtes pas dans votre élément,mais qu’on vous force à une sorte de guerre inconsciente,pour vous avoir,en vous infligeant des mentalités exterieures qui vous cassent le mental comme une privatisation ,une marchandisation des personnes,ou un déréglement du climat,là,il y a de quoi flipper,être autre comme par le poid des nerfs,qui arrive à vous accuser,à force,à faire agir le mental par un langage ,en jouant avec votre vie;ce qui est vachement sympa comme dessus d’une méthode d’idéologue de maître à penser,mais comme se demandait Annah Arendt,dans quelle mesure pouvons nous vivre dans un monde non concentationnaire.Comme monde dynamisé,dynamité,suppérieur,métalangage,mais de n’être pas nous même de nous retrouver à regréter d’être contrôlés par des metteurs en scênes qui dirigeraient nos vie,pourvu que ça vienne d’eux,dans la mentalité d’assureur de certains ordres du progrès,dans l’évacuation de toute raison éthique,la technique froide de performance,tu es obligé,obligé,les actionnaires,forcé d’accépter selon leur vision ,les forces du menu varié,hors d’oeuvre,dans la sophistique des organisations bureaucratiques,la logique instrumentale permet d’approfondir ,de renouveller,ce qui pourrait tout aussi bien êre humaniste,pour l’heure,c’est un professeur noir d’HARVARD,ou un homme ,moi,qui avait les quatre Evangiles comme seule défense,dans mes pôches,vides de ce qu’il n’avaient pas besoin de trouver pour me séquéstrer sauvagement,(parmis les autres bribes de mon histoires,que je me plais parfois à vous indiquer de quelques effets mélodieux-matiques)même si le métteur en scêne est celui qui marche pour dominer,pour vivre à ta place,donc dans cet état d’ésprit réside ce qui produit la mentalité qu’il ne faut pas:convoîtise,ésprit de puissance,domination,de conquète,de profit des êtres s’utilisant entre eux par intérêt,jusqu’à élimination,jalousie,hypocrisie,tromperie,mensonge etc,la violence où est la haine des êtres entre eux,les limites du supportable de la colère,de la révolte,l’avidité,l’agréssivité,le rapport de force,dont le fait que l’ouvrier,n’arrive pas à bien expliquer ses idées,à penser ou à ressentir la vie,ce qui conduit à penser que l’exploitation est une injustice qui refuse à l’être son droit minimum,car il ne prend pas en compte ses souffrances,donc son corps,lui renie même le fait qu’il existe en tant qu’être ayant des souffrances,puisqu’il ne considère pas qu’il faille alléger ses difficultés,en feignant de pouvoir ignorer la réalité des hommes et des femmes,en les traitant de térroristes par exemple,quand ils menacent l’outil de travail,alors que leur tour d’idées à eux qui croient être plus normeaux de se ranger du côté des plus forts,en se prenant pour des patrons,à en profiter pour traîter les employés ouvriers de térroristes,mais leur mère à un moment les traite de: » écoute le l’autre imbécile »,qui trouverait normal les traitements inhumains,qui eux se comportent comme des talibans reprochant aux vrais croyants,comme la mauvaise machine qui en a conduit d’autres à Buchenwald,qui vivent dans le respect de dieu,qui font leurs prières/le cas particulier du mental pour la jalousie,on peut l’être à 50,pas à 100%,mais qui reflète comment on tombe dans l’érreur de sens,dans l’exemple de cette fille dont la grande tolérance faisait qu’elle voulait se marier devant dieu en continuant ses études,et maritalement à la commune au moment d’avoir des enfants,mais dont le systême,qui n’empêchait pas l’honnèteté tout en cotoyant d’autres étudiants,a été déconseillé,parce qu’elle allait osculter des autres en médecine,donc on en venait à ramener dans l’exés le systême,où il était dificile de continuer normalement des études pour elle,qui était remplie de logique et de bon sens,d’intélligence humaine,qui n’impliquait aucune faute,pas d’érreur /Une sorte d’analogie nous amène à penser à l’erreur de ne pas penser que le systême 1d’ésclavage ,2libéraliste ne peut pas être apologié,en ne trouvant même pas une idée logique,que même le plus dur de droite saurait admettre,les employés sont dans un rythme de régularité depuis des années qui est trop en dehors de la proportion de ce qu’ils pourraient attendre,car ils ont aussi des besoins dans un systême de consomation dont le sens doit changer également,quand l’autre les prend pour des machines sans corps,sans âme,qui n’auraient pas droit au confort mérité,mais au soucis*leurs maison,leur famille,exactement en s’abaissant à l’apologie d’un systême qui fait que pour 30cts de différence par actionnaire avec une entreprise ()le libéralisme retire à une région,dans un paysage de térroir ,de « campagne »,son tissus de creuset où depuis des générations l’unité de la vie,celle des paysans qui étaient aussi ouvriers,après avoir participé à l’entreprise après tellement d’années ,voient toute leur histoire en danger,211 employés licenciés,à Malaucène,au pied du Ventoux,et tout le caractère de la région,peut être.Donc,c’est plutôt en remarquant que le libéralisme n’a pas trouvé les solutions empêchant le droit de détruire ,si les actionnaires n’avaient pas la primeauté et que l’on ne regardait pas le libéralisme comme un systême bien,et arrété,mais que l’on conduisent,déjà qu’on veuille croire qu’il peut s’y inscrire des solutions,comme on résoudrait une équation,afin de donner le minimum de dignité ,en créant une obligation,un accord pour créer une partie de la filiale non déplacé ,qui,je ne sais pas comment exactement,en interrogeant tous les fins économistes sur ce débat,dont les chefs d’états s’entourent ,pour trouver à ramener l’action à 15% par exemple,mais tout en gardant une partie de la filiale,en France,en interdisant de détruire ce qui était le tissus des régions,dans le libre échange,comme si le devoir était qu’on puisse trouver un 50/50;comme si on devait persuader les hommes de ne pas faire la guerre,avec ce dévouement qui est le même que celui du héro qui,pour son pays,fut capable de servir sa nation avec abnégation,quand il partait à la guerre .Rien n’empêche d’être honnête ,de trouver un Art de vivre ,
un équilibre dans de saines philosophies.
{Aujourd’hui Obama est vraiment en train de construire une couverture santé pour tout le monde,une caisse d’assurance gouvernementale.}
{Aujourd’hui le dirigeant doit avoir un comportement de positionnement normal,devant l’anaLogie de la machine totalitaire et le management industriel du XXe.siècle.}

Le partage du travail est la déontologie,l’éthique /De trouver une solution qui fait que la prédation n’est pas une obligation,une typologie de criminels virtuels accéptable,une constituante obligée de l’ordre établi.

Et pourtant elle est parfois l’apanage des tentateurs invétérés qui s’insinuent,ces gascons habiles font croire qu’il faille vivre sur l’artifice,cette gourme est mille fois plus toxique ,elle renverse dans le mauvais sens,c’est l’obstacle de la luxure,qui retire même au sens idéaliste du respéct de la sensualité son droit pour en faire une profusion d’obsénité dans la posséssivité,un détournement du scénario de l’être.=vouloir le mal ou le bien de l’autre;
Sur la quéstion de la productivité à bon escient,pour son bénéfice réèl,à la première production dont on peut vérifier l’éfficacité:la parole.Entre l’arythmétique du non sachant de la fabrication sans fin de machines insensée et la contre volonté de concevoir la multiplicité des possibilité entre le travail allant du caractère injuste à la typologie de l’absence de tâche ,à l’éffort sans le travail,ou au travail relativisant ces phronétiques,celles ci ne peuvent être mues par ce qu’elles ne sont pas.
Par exemple le bienfait pour l’homme,l’utilité de ce qu’elles procurent…
/Les gens achètent quoi?parfois des produits non éthiques,
venant de la délocalisation,de remaniements détrimentaires de crise

de la pollution… =le mal ou le bien
Une solution que l’on doit trouver au niveau du systême libéraliste,
1.sinon on accepte les mauvais fonctionnements du libéralisme,il faut donc trouver une équation .

L’argent doit servir à nous lier,
toutes les choses dans les maisons,qui donnent envie de posséder,dans des nouveaux besoins,l’argent conduit à l’argent,même à acheter des vacances à crédit,
donc la façon de produire,de consomer,
les choix/les lobbys /LE POUVOIR DES ËTRES/la parole aux gens/Plus de politique/d’organismes de fonctionnement,vérifiant les entreprises,UNE DECOMPETION,si l’investissement sert à la relance,dans une révolution écologique, de logique humaniste ,sociale,la vraie technologie,ce serait de trouver une autre équation que le productivisme détrimentaire!!!
Le systême,un élan qui doit dépasser la manière réctiligne d’un champs opératoire où les malheureux opposants sont à peine dans la possibilité d’exposer leur point de vue,de défense à des prononciations plus que minimum,ce dont on a l’impréssion que les dirigeants ne connaissent qu’avec des oeuillères obtues comme systême ,s’amusant avec le combat politique ou réstant exactement comme avant,plutôt collaborant avec ce qui conduit à la déstruction,obstiné à l’idée qu’ils se font du monde.J’accuse le coup,le choc,ils n’ont rien compris au changement du systême,,au changement politique,qui reste cloisonné dans la primitivité,ils ne concède même pas l’intelligence du sens,tout en s’en prévalent.Quelle est leur logique,leur idée?
Dans la mesure d’un grand plan de compréhension,aucune réponse valable en mesure qualitative de l’énoncé logique et pronocé dans la syntaxe,la réponse réactionniste,soutenu par une réthorique de domination ,dans le cathéchumène de sa tribu obstinée,dans la démonstration du séctateur qui se vante de son réctorat,la redéfinition de la place que peut avoir chacun dans la société,mais la base n’est pas résolue,qui est d’offrir le minimum de dignité,croire qu’il est possible de remplacer le trop plein de la souffrance de l’employé par le trop plein de chomeurs dans la volonté de participer,sur leur lieu ,dans leur catégorie/phrasétique habituelle=pas de changement
/Effets d’annonces,en se faisant défenseurs de ce qu’ils annoncent,comme si on le voyait /Le monde a changé=ne faire de déni de Démocratie=amener à une culture/:
Si ça vous amuse de prononcer que même pas de minimum de parole à ceux qui veulent expiquer ce qu’ils veullent prononcer toujours vous ayant la même articulation qui fait le postulat de la domination,au lieu d’être un tribun qui éduquerait par sa volonté de voir les foules s’érudirent,plutôt que de s’appauvrir et devenir misère ,en partant du fait qu’on remarque toujours les mêmes remarques d’états d’ésprits,au lieu de considérer un grand plan où les corps de la république dans ce qu’elle a de société seraient constituée autour par exemple de la culturation ,par l’emploi de la prévention,la formation,la protéction,la constance assurée autrefois par el religioso,capté par la forme télévisielle d’une éspèce paranoîide,décomposant la vie rurale en manque d’utilité à propos du type agronomique et activité,dont le seul sens peut prendre un cas analogue à la progréssivité non à un élan éfréné,qui corréspond au fait de positionner des éléments uns à uns,pour conduire à une réalisation concrête de projets qui sont repris par le quantitatif plus que par le qualitatif,et pas dans l’illusion plus que le résultat,assosié à la qualité de vie et à l’accord multidiréctionnel:qu’ils continuent à jouer à la compétition,au lieu de trouver des accords de sens intentionnels communs,où l’économique n’explique pas tout,et l’installation des gens ne se faira que par un tourisme dont les certitudes me font bien peine,la manière de parvenir à réussir le milieu ,comme le travail de réussir le développement,dans les énèrgies non polluantes,renouvellables,la bienveillance,unitaire,car dans l’exemple de le décharge à ciel ouvert,le jour où elle est fermée,après des années d’horreur,on s’interroge,puisque on entend dire que les déchets vont partir vers l’étranger-est ce qu’ils son équipés,estce que ils se développent,ce qui fait qu’ils se metent au niveau qu’on avait il y a vingt ans,donc ils vont faire exactement comme nous,est ce que parceque leur régime est moins cher de main d’oeuvre donc ce sont eux qui vont souffrir et nous on devrait s’en foutre:même pas,tout revient au fait que l’entreprise à réussi à trouver un térrain dans le département voisin,les Bouches du Rhône,qui se sent victime évidement,cest une situation débile à voir,tandis que,autre sujet, le grand miracle de l’Europe réside dans le fait qu’ils ont réussit à ce que le vin rosé ne soit pas coupé de sa fabrication évidente=le plus grand combat était de gaspiller son temps dans une absurdité,une énormité,c’est pire que si on pouvait être menacé de devoir justifier de devoir démontrer que les animeaux ne parlent pas avant d’éspérer que ça n’empêche pas,pour la santé,l’équilibre de la planète,que se produise un ralentissement d’usines à viande par exemple,mais c’est peut être une impréssion due à l’exemple,alors que,il est vrai,malgrès tout,que des jardins,des champs entiers sont détruits pour cause de surproduction,des arbres sur lequel j’ai vu des quantité de fruits laissé à l’abandon,et je trouve ça,de ces fruits magnifiques faire une laideur pareille,d’une bétise,d’une cruauté,comme lorsque d’un paradis ,un enfer jaillirait mais pas comme nous pourrions croire,par la force des choses,non,car j’ai vu aussi des femmes à qui l’on empêchait de parler l langue maternelle par jalousie,qu’on empêchait de voir ses amies natales par méchanceté,parmi les mille autres trucs,alors c’est trop facile de faire croire aux gens que c’est pour ci pour ça,il y a une doublure des choses qui n’est là que dans l’ordre d’idée où c’est la méchanceté,la connerie,comme on veut,mais qui devrait être empêchée au départ et toujours,comme on l’avait vu venir il y a trente ans,faisant du néolibéralisme le systême voulu arrété,parfait,très fin,très intélligent,très logique,très à même de construire l’avenir,mais qui n’a pas su limiter certains termes de l’industrie au départ,qui conduisaient à la fin,à ce que des entreprises disparrues des villages,aux employés des petites fabriques ou caisses de raisonnances ,imprimeries,bureaux ou proféssions diverses,sous prétexte de la modernisation du systême libéral,trouvaient des structurations,des embélissements dans l’artisanat,dans la possibilité de petites entreprises du bâtiment,et dans la contradiction,le vice de l’hypocrisie de l’endêtement,le ridicule des tentatives de faire semblant ({peut être ne pas le dire à l’examinateur)le cigare lutte contre le tabagisme,la modération ans le plaisir,de ne pas ête de vulgaires vaut riens basés sur l’exploitation ,le détournement de certaines vérités de la volonté d’accéder au pouvoir,de donner des leçons de rétheur,d’échanger les idéos d’égos,sans donner l’autorisation de se construire aux banlieues,en éspèces de villes accéptables,où les gens se sentent bien si ils ont un paysage,un jardin,des activités,une commune organisée par leur spécialisation,mais le temps qui passe fait de l’immédiateté des vues su le moment des durées aveugles,par la méthode ou de prospérité déplacées de manufactures où des usines étaient amoncelées dans des bassins industriels ,sans conduire à l’emploi ou à l’emploi des matériaux auprès,des cytoyens de ces zones,s’ils avaient le droit de vote ou le donnaient ,(alors allez vous faire voir{note perso.pour si je lis le texte à quelqu’un pour rigoler en passant de lire le passage},la surveillance,l’éducation,sans tomber dans le moralisme décadent?En allant jusqu’à changer l’appât du gain qui fait le dégazeage en mer

Il faut une philosophie où tout concorde avec les autres,sans donner le bénéfice à ce qui ne doit pas l’avoir,dans le sens de l’intérêt juste.

le prolongement d’un rouleaux de parchemin

juillet 10, 2009

PA240107Une incompréhension qui peut tourner en mal être.A l’intérieur de nous il « ne faut pas « qu’il y ait de choses inexpliquées,sur le plan des contradictions,on ne peut pas vivre dans la négativité permanente,comme une rêgle d’ordre -machinale,/persuadée,convaincue,définitive/dôgmatique/proposant une ligne diréctrice?..Prenons un exemple :dans le fait que Ségolène montre ce qui pour certain est en partie normal et en partie étrange,d’aprés deux concordances »l’état n’y est pour rien »(Poitou), »le président n’y est pour rien »(Ingrid b.),ceci encore accordé à une vision-est -il possible que chacun ait un ésprit de gauche,la définition de la politique de droite et elle forcément dans la voie de la privatisation ou d’une Europe dangeureusement en risque de créer l’invalidité du rêve possible?Ou bien ,donc,même ceux qui sont à droite,peuvent se positionner en contre,donc en visionnaires de socioculturation recherchant sa proposition d’équilibre,par un effort thésique/doctrinal/par une grande discution sur les ésprits devant sauver un Bien par /un contrat social (raisonnant les modes de vie dont au maximum de l’idée faire un art de vivre)/soutenu par les rêgles ,des rêglementations du systême,à au moins préserver et surtout à porter jusqu’au plus haut du monde par les Démocraties dont la mission résponsable est d’une importance fondamentale,aussi puissante dans le sens inverse que la barbarie,oui car chacun sait que les abus,de la féodalité ou du capitalisme ne profitent qu’à un petit nombre ,et sont hautement dénonçables comme l’ésclavage,comme quand il a été prohibé par les Etats-Unis,alors que l’on peut avoir la manière de croire,de penser,de savoir,que le développement précautionneux peut conduire à ne pas régir les souches multiples par le détriment ,que ce soit dans le quotidient ou dans l’actionnement qui sépare de la culturation ou du pouvoir de faire autrement des catégories qui ont un bon coeur ,mais pas de volonté ou de moyens /où là on voit aussi les problèmes particuliers des gens qui devraient être aidés plutot à avoir le temps à eux pour prendre soin d’eux(ils réagissent selon leurs causes ,sans se rééduquer)/le travailler plus pour gagner plus,dans la philosophie d’avenir,à condition que ce soit accordé au Bien-Etre ,pour ceux qui le veulent ,et le peuvent .Ce précept qui est dans l’évolution des mentalités dans un concept où on y gagnerait ,un univers stable /mais quand on a choisi de faire de hautes études,ce qui est travailler plus,et que la carrière n’existe plus comme sécurité dans l’entreprise,que le projêt de vie n’a plus aucun sens,ou que l’on pourrait prendre modèle sur les quelques individus très fier d’avoir,pendant un temps,cumulés les emplois,ce qu’ils ne fairaient sûrement pas toute leur vie mais voudraient l’infliger aux autres comme une constante où ils ne constateraient pas de diminution des problêmes de la soviété /ou recommander des éfforts qui repoussent toujours les limites /à tous les niveaux,ce qui est condamnable au plus haut point,quand c’est une manipulation d’éscroquerie,d’atteinte physique/qui serait peut être à voir comme étant d’accorder le travail à la vie ,pas plus de temps au travail,moins la valeur de la vie/où la voyoucratie fait tout et nimporte quoi pour faire du poignon ou du déni/au lieu de faire éventuellement une petite partie d’extension,et de ne pas avoir besoin d’aller ailleurs car ça va rapporter plus ,ce dont ils n’auraient pas besoin si ils s’entendaient bien avec le monde qui les entoure? amis avec les employés,l’écologie,l’état,le décors /évidement quand on a le travail qui vous intéresse,comme Président ,Artiste,que l’on fait un travail qui est le sien=un intérêt à propos de l’entreprise à condition d’être gratifiés de ce qu’ils font ,sans être exploité,et l’on voit le ready made des symbôles du matériel d’usines qui brûlent,de croix plantées,réality art:à ce moment là,les gens ont leurs propres entreprises ,ils sont donc naturellement actionnaires ,s’ ils gagnent ce qui leur revient ,et qu’ils ne sont pas constamment en danger de se faire avoir,par un systême ou des patrons pas du tout conciliants,qui s’en foutent d’eux,qui fonctionnent par intérêt,alors que le but est la cohésion du systême,dans un centre de parlement Européen qui va voir la vie comment?Comme le systême en place encore en déduisant des discutions revenant à ça au lieu d’inventer ce qui fairait que les banques ne vivraient pas sur l’endèttement des ménages,que les régions miseraient sur des dépenses au grand théâtre ,comme liant trop à l’immédiateté et pas à la syntaxe éduquante ,comme méprisant la génération,que j’interprête ici par le temps de l’enfance,vouant à l’avenir incertain,une société avec des gens diminués,
ce qu’est la retraite,le systême de santé,l’éducation,l’université,dans la géstion de leur vie,puisque c’est ce qu’on sous entend dans un systême à l’Américaine /Les moyens des gens (caractéristique variable)de puissance différement formulée dans le mécanisme ,mais que les harmonisations sont possibles en dehors de l’injustice,du risque de se retrouver bloqué par les conditions du marché /ou de la société ,ou d’une altérité malperçue ,à la place d’une altérité bien construite /la possibilité d’être ,et qu’on ne peut vivre durablement sans les principes -qui sont très d’actualité,faisant raisonner de redondantes caractéristiques,dans le problème des classes sociales ,d’autres temps clés 1789 – 1889{où la plupart du temps,ceux qui sont en place,croient dans leur stéréotype égocentré en croyant qu’il les épargne,ce qui les fait dénigrer les autres, }{où l’aristocratie rabaisse en permanence le prolétariat,et la classe moyenne}ceux qui ont ou pas un capital renouvelable par le potentiel du travail ,dont ils ont besoin pour vivre,ouvrier,agronomes,employés,professeurs,commerçants,professions libérales ,artisants,fonctionnaires,travailleurs sociaux, opération ,donc,lorsqu’on a resitué le débat ,qui justifie le thèrme :sans doute
tant pour le respect des cultes ou d’un ésprit qui pourrait croire dans un salut véritable par l’ésprit de croyance en un modèle certifié comme tel que l’est un modèle(donc l’idéologie donc d’être contre,ennemi?),dans la politique totalement inverse,que le risque est trop fort pour qu’on ne puisse réfuter le sens présumé unilatéralisant,dans un manque de conscience,du au refus de déprivilégier les grands groupes dans une Europe encore possible à projeter dans un éventuel potentiel de « trouvaille »d’un type,ou de progréssions vers un idéal,si ce n’est pas fermé,donc non dôgmatique.C’est impossible,interdit de penser qu’il serait possible que des femmes ,qui travaillent en Maison de retraites par exemple,où elles travaillent le dimanche,où elles se lèvent à 5h du matin selon les roullements pour un systême où elles devraient travailler 1/3 ou une moitié de temps de moins pour le même salaire ,pour un systême qui ne veut pas partager le temps du travail,qui s’enrichi et dépense sans compter pour autre chose à milliard,surtout si le systême n’est pas conciliant avec ce qui peut les favoriser pour les transports,les crêches,le statut de ses enfants,qui ne leur laisse pas le temps pour l’éducation,pour la culture,pour le soin de soi même vu la difficulté de certains boulots ou métiers,d’autant que le chaumâge ,comme le coût de la vie,la compétition du « des fois tu gagnes ,des fois tu perds »et le prix des études,si l’on accentue encore ce qu’il en était il y a 20ans,fait que les enfants restent plus tard à la maison,que,lorsqu’il arrive un problème de santé,on ne peut y faire face comme ça,si on a besoin d’une condition ,ou que les femmes doivent cumuler les éfforts pour garder leurs enfants en plus du travail ou les aider financièrement,ou pareil pour la générations de personnes agées…Donc au départ un déni inaccéptable de la féminité,de la sensibilité et de la fragilité,de la non force brute ,dans une libéralisation,une menace maintenant de privatisation!Que croyons nous,que les profiteurs qui se font des dividendes sur la souffrance des gens vont être favorisés au point de pénaliser encore plus,ce qui reviendrait à une véritable dictature sur ceux qui seraient assujéti au déspotisme sans merci des Grand Groupes:aujourd’hui les employés de Renault disent qu’ils ont été dans l’entreprise en tant qu’êtres réspéctables,que c’est leur vie,que c’est leur manière d’avoir fait leurs dividendes à eux,des compensassions qui devraient être vues comme normales,logiques même,et que l’on devrait imaginer pour les autres sécteurs selon les cas ,même pour ceux qui vivent sans grandes manières que leur quotidieneté,tranformée en quotient ,on peut penser que la constructivité est une entreprise personnelle créant le Bien Commun,qui,dans une bonne société,serait vue comme un besoin de créativité,et non pas pour profiter des gens et donc ils demandent ce qui est à eux/30 000 euros.
Une manière de faire pour son parti.Sinon elle serait tout le temps dans les histoires du parti,tandis qu’elle est dans l’action de la résponsabilité de sa région. La suite de ce « dossier »est à la fin du texte

Mais la foi devrait passer par l’éspoir en l’autre groupe politique ?
Ce n’est pas la peine de monter les gens les uns contre les autres ou de désorganiser leur logique dans les combats d’énnemi politique-en même temps qu’ils s’y usent pour somme toute revoir les mêmes paysages enlaidis d’entrepôts ou de sacs poubelles négligeament jetés sur des bordures de murs tristes et dangeureux de villes périph.où les mentalités sont capable d’être réduites au point du fait d’actualité où une fille accepte nimporte quoi en ne se doutant pas du guêt apens d’Ilan A.

détournement d’un syntagme:
La situation est assez malencontrueuse , pour qu’en plus je me sente incompris d’avoir pensé un jour que les dirigeants Africains notament avaient une conscience à retrouver où on ne pouvait pas mentir,que l’époque devait se pétrir de la vérité pour s’en sortir,que quelqu’un devait venir leur dire,
ce qui me conduit à trouver la justice dans le fait de prononcer de la part d’Obama ses paroles au Ghana ,ce qu’à une autre époque ,il y a peu de temps,le Président Sarkozy,dont on aurait pu qualifier comme une recherche d’explication saine en décousant avec la langue de bois désynthétisante,ce qui est une prononciation digne de la langue Française assez distinguée,qui s’appelle la langue élaborée,ou pour certains fleurie ,en tentant de faire comprendre quelque chose,lorsqu’il avait parlé du fait que selon sa vision »l’Afrique n’avait pas su entrer dans l’histoire »,mais on les a rapidement stigmatisées,ces pensées,préférant les voir en mal.C’était sûrement pour qu’ils n’imitent pas le Capitalisme à outrance,tout en s’organisant ,maintenant eux mêmes ,mais qu’ils congressent vers une sorte de Paradis équitable,gardant les courrants d’eau,les barraques sur pilotis,ce que pour lui même l’histoire est ,la République,son histoire,la Démocratie depuis la Révolution ,l’histoire qui mène à être des chefs d’états sans uniforme,à organiser les Démocraties au lieu d’utiliser l’argent à autre chose,la guerre,les armes,le conflit où tous sont victimes ,alors qu’une Union Africaine fonctionnant pour la Démocratie des Gouvernements,où la parité s’exerce au Ghana qui montre bien que les domaines sont liés entre le respéct des femmes,du peuple,des faibles,et la progréssion des mentalités à se respécter entre hommes et femmes,et de ce qui porte à préjudice ,de ceux que nos démocraties délaissent ou détournent de leurs capacités aussi,dans ses régions n’ayant toujours pas comprises que le machisme,la phallocratie sont mauvaises, et montrent la faille à ceux qui s’y corrompent ou s’y amusent,en tant qu’ hypothèse vis à vis de l’infériorisation du piège du racisme antifemme etc ,ou de la société pénible où on est ésclaves des comportements,de l’altérité,de la mauvaise humeur ou de l’exaltation du jeu ,du soupçon des autres vis à vis de la légitimité de ce qui est vous ,et dont une équité de toute part pour l’agencement de la préservation de l’équilibre ,au départ de celui qui élabore l’enfant à diverses sensibilités bonnes pour ses structures et sa psychologie,comme pour le soldat dont la crainte qu’on touche à sa femme est encore le plus douloureux,comme la terreur des bruttes de Chypre,pour aller du fait d’histoire à l’éducation des mentalités,comme pour le développement durable,la réafirmation de la vocation des maîtres et non pas pour l’absolution de la raison,pour garder un modèle où on a une distance grâce à la Constitution et à l’idéologie écologique,aux conceptions intellectuelles ,morales,logiques ,en les entraînant à regarder le procédé positif et pas positiviste(modernisme accentué) ,et pas négatif,ni résignés à n’être pas heureux,pas conscient de la satisfaction que l’organisation devra leur apporter,serait une importance capitale qui n’est pas forcément reliée à une église,comme pour Jaurès pour qui la justice est ce que peut rechercher un ésprit commun,ce que je traduit pour être ce qu’a voullu dire Malreaux en parlant d’une solution qui peut être trouvée « le XX1 eme siècle sera religieux ou ne sera pas « ,autant que pour la laïcité ,qui n’indique en rien d’être athée mais par contre empêche d’imposer la contrainte ,à l’intérieur de quoi on peut dénoncer ce qui se rapporte à une société désunie,misant sur la convoitise,la haine,l’égoïsme,la tromperie,le mensonge,etc,qu’on retrouve dans les tirraillements de la luxure,ou donc de la consomation éffrénée de l’être objet ,sans scrupule pour les autres ou au mépris de l’être ,qui n’apporte que des insatisfactions,ou dans l’empêchement du droit de la personne .Il y a longtemps que jattendais que l’on arrive à ce procéssus de vérité.sculpt

Il y en a qui pensent en ce moment à la mauvaise foi,qui est une forme de consomation éffrénée,qui explique le fait qu’une transformation du principe de consomation doit passer avant tout par la transformation à l’intérieur de l’être lui même,avant que cela ne concerne le systême,la douceur,la lenteur,s’empêcher d’être coupable,
de méchanceté:feindre d’ignorer le mal qu’on peut faire,en jouant an vrai carnage,car une fois que les capitaux publicitaires (semblant à beaucoup d’implication)seront consacré à une généralisation ,dans le type inhumain,d’un passage à l’acte dans le concrêt de complexes processus ,ou pragmatiquement ce qu’on pourrait associer au débat du travail le dimanche au profit d’entreprises déspotiques,où l’on retrouve le sujet très sérieux de la problématique de l’humain et de l’exploitation dans la contrainte des êtres possiblement retirés de la logique qui demanderait beaucoup plus d’exactitude déjà,de la structuration des pensées et de la psychologie et du bien vivre reliant l’individu à son bon développement autorisé comme matière incompréssible par l’organisation du vivre-ensemble comme de la famille ou des structures accompagnantes ou enseignantes ou cultivantes,ou environnementales,de l’ordre du confort ,de l’appréciation des choses,du temps,par exemple il suffit parfois d’avoir quelques lignes sur un ouvrage qui narre un voyage en bateau dans des paysages préservés pour en discuter passionément,sans oublier l’amusement ,le sport.Mais les entreprises de grandes marchandisations ne sont pas plus à privilégiées qu’elles ne le sont déjà par leurs bénéfices,si le principe en revient à ça,surtout si d’une manière ou d’une autre cela retombe sur les femmes,à une époque charnière où on doit assurer un changement,au contraire,pour que cesse les articulations qui font des victimes!Le troisième millénaire doit donc dès aujourd’hui comprendre un état d’ésprit qui ne soit pas le risque de la frénésie des marchés,comme façon de penser,ce que démentirait le Président ,le premier à ne pas vouloir être dirigé par des financier,ou des patrons peu scrupuleux,et à ne pas avoir ces pratiques ,en tant qu’ouvrant nécéssairement sa vision à des concepts internationnaux et le liant à une fonction envers son pays,ce qui le détache d’une préhéminence partisanne concomitante avec des alliés fictifs impropre à l’identification de l’homme se souvenant du sens du bien commun,des idées innocentes,de l’offensivité dirigée vers des tâches tellement lourdes,qu’il ne peut se coincer dans l’idéologie pour servir un bien que l’on pourrait assimiler à celui de la couronne lorsque les Etats-Unis ont été formulés pour la constitution ;l’Amérique d’Obama sera revenue du principe de l’exés avec des philosophies natural ways of équity,et dira qu’elle réinvente le Monde,il ne faudra pas que nous soyons coincé à avoir cherché à les rejoindre,tel que nous nous serions séparé de ce que nous étions à peu près avant ,dans le même principe que pour ce que l’on peut tirer comme enseignement des différentes cultures pour s’harmoniser soi,c’est d’accord,sauf pour ceux qui se mettent en marge,les radicalistes,pour le moment,alors que ce principe était « valable »pour eux, il y a vingt ans,d’un certain chacun pour soi,comme pour des pays qui veulent se développer sans admettre les évidences actuelles sur la conduite sur l’environnement ou l’armement qui doit accompagner leur démarche,toutefois,
comme pour la socialité qui doit être accompagnée de la civilité,sans penser néamoins à faire passer le fait que Ségolène qui sauve une usine et refuse d’y adjoindre une reconnaissance quelquonque pour l’état ,malgrès le fait que le comité de soutient aux entreprises par la médiation avec Azéo,organisme de prêt,ait bien existé comme on l’avait dit,quand il fallait calmer les ésprits en tant de crise au début,pour ne pas qu’ils se « terrorisent »,ou refusent de penser que l’acheminement des aides aux entreprises favorisaient indirectement les employés,ce qui conduisait au sujet de quelles entreprises étaient en voie d’être plus reconnues pour leur éthique,soit dans la même situation,ce que je ne pense pas équivalent ,car aux oubliettes de l’idée qui vient nous libérer sur l’insatisfaction possible ,le sentiment d’anomalie,si je puis me permettre:elle a parlé ainsi en connaissance de cause,en se remémorant -qui sait,un acte de la droite,une logistique/un réflexe/avéré ou metionnable, de tenter de récupérer,qui se terminait par le fait qu’ils arrivaient ,après quelques « fictivité » à justifier de nîches fiscales,pas tout à fait démontrées,mais surtout ce qui arrangeait les banquiers du manque de scrupule allant jusqu’à la prononciation de leur préférence pour l’enfer sur terre ,les subprimes et les licenciements allant dans le sens « génocidaire »ou de leur politique,dont la répartition n’était tout à fait visible dans l’équitée,donc la volonté au moyen de tout,par l’argument du contraire mais leur servant de support,pour ensuite pouvoir fusionner le bouclier fiscal,dans un mur de rupture du capitalisme où on privilégierait des critères laissant du mauvais côté de la barrière toujours les mêmes,comme si l’on avait pas voullu croire à ce qui était le plus beau,comme diplômatie,accomplissant un voeux sacré,qui pouvait émergée,grâce à l’homme et la femme,où il n’y a pas de reproche à faire ,ou par l’intention au départ de les réduire ou je ne sais quoi d’autre,par le fait que ce dossier avait dû être potentiellement vu comme possible puisqu’ils en avaient dégagé les principes,par le travail de l’état,ce que le mécanisme compensatoire ne pouvait pas admettre vu ce qui régissait les ésprits en réalité le plus souvent.C’est là que je pense que le Président va édifier qu’il souhaitera concevoir une cohésion allant bientot d’une déontologie d’un énnoncé communard en adjoignant l’idée qu’elle ne serait pas antinomique dans la nouvelle politique,avec la « libéralisation » régulée et mesurée du systême en disant pourquoi pas que nous ne sommes que des hommes humains,et que certains devraient plutot se préoccuper de rendre publique un traité social traitant du bien être de la guérison des foules,une belle architecture,une organisation de l’ensemble utilisant les capitaux à la syntaxmatique au lieu de la fantasmagorie,à l’utilité de la technologie plutot qu’au commerce à tout va de produits intermédiaires,donc réédifiant la société comme une quantité qualitative par le travail naturellement accompli grâce au bien être ,non pas à la force peu garante de beauté,d’endurance,mais par une productivité et une compétitivité n’occasionnant pas de tourments,car à valeur stable et fluide d’une opération d’un travail régulier mais juste ,comme ce que peut donner la tva à 5/5 ,si elle est bien utilisée ,pour embaûcher,soulager le rythme de vie,partager les repos,et ne point craindre les performances concurentes ,mais utiliser la communication ,même des régions,des pays,pour créer un mouvement intérréssant,ce qui n’aurait rien à voir avec un type d’adulte d’éffréné ,ou une parole comme planter des choux où tout pourrait arriver dans la vie,selon l’apologie d’orientations confuses -où sont les 95 assoc.qui portaient plainte pour une défense obcure,pendant que la cause de la Démocratie est certaine dans la Révolution démocratique en Iran,mais que personne ne les émet cette fois ,ce qui déroutent le sens au point de faire croire qu’il faille tout supporter,préférant flouter le principe de présomption d’innocence qu’ils préfèrent à une volonté de l’égalité des sexes,comme quand ils ne votent pas pour le parti pour lequel leur cerveau a fait tout une épopée,pour dire qu’ils ne sont pas obligés,ou alors obsénité de l’égo ,et tout ce qui bousille au lieu de bisouiller ,de ceux qui profitent comme des bêtes féroces ,même le débat du piratage internet éclaire ou éduque à une société moins pourrie ,faite pour élever l’homme et non pour se vanter de puissances occultes,comme le nucléaire militaire,et qu’on se libère du choc moral de n’être pas des animeaux comme les autres,nous libérant d’une fausse croyance,comme pour rappeller de très certaines universalités par des racines communes par les déplacements Nordiques,de l’Asie,de l’Inde,etc,d’un prisme terrestre qui,de la poêsie Japonaise basée sur le principe humain basique,à un romantisme dans l’épopée etc,sait pertinement ce qui est bon pour lui:ce qu’on aime chez le gentil prince qui vient délivrer la princesse,dans le jardin fleuri ou au contraire le mur de la geôle,coupant toute communication,comme si ce fut ce qui pour le langage s’accorde à la langue,ou ce qui n’en reste pas des coûtumes antidémocratiques,est connu comme menant à ce qui peut être admis par les démons de la baghâvad gita mais en représentation pas en tant que résponsabilité,ou comme objet faisant parti du patrimoine ancien,des dagues ou des canons . Et c’est bien le fond de la quéstion où nous aurions pû penser qu’avant ,les pôlitesses faisant,ce que les gens n’avaient pas oublié aurait soudain pu se tasser pour les politiques,qui trouvaient toujours le moyen de se réconforter entre eux pendant que les gens eux n’étaient pas du tout réconciliés,ayant une image qui ne corréspondait pas du tout à leur intéllect,pour certain(es),qui se voyaient projetés dans un Mahâbhârata qui en venait à trop se programer dans le conflit,dans l’homme et la femme suppréssion des sentiments ,parce qu’eux n’avaient pas les satisfactions des hauts placés,ou de l’explication ,de la preuve d’une vie qu’on voullait pour leur bien,ou ils étaient aggréssés,comme pour des moyens déployés d’un sens inéquitable-
StillCap0024
même si le leader -ship était nécéssaire,dans des congrès où ils pouvaient se rencontrer,congrésser,ce qui manque à ce monde ,qui serait en danger de se renfermer dans le manque de mise en relation de la réfléxion sur les sujets,et du manque de mouvement de ne pouvoir montrer la tolérance des cultures des situations,dans l’apologie d’une tyranie remplacée par une autre,sous prétexte de libérté,d’athéisme,de nimporte quoi,antinomique,dans l’obstination à la discorde,au lieu de l’équité relative-de conférences ?
Carla et Michelle ont été formidables encore,de concert individuellement- /
et donc le petit jeu semblait bien hypocrite,(je ne parle pas d’elles)comme une anéstésie,ou pourtant la politesse normale était en place dans les ésprits,mais de cette sémioculture résurgeait un élément de la linguistique politique à dénoncer:ils faisaient comme si rien ne s’était passé,en ce qui concerne une forme de pouvoir que je sous tend révolue/on pouvait y être passé,et on pouvait l’avoir mal vécu,comme pour le réchauffement climatique,et aujourd’hui même,des gens à droite comme à gauche ,le comprennent,et peut être se prépare t-il des evênements à l’intérieur même de la définition,de la phraséologie  politique n’acceptant plus ces déroutes de l’équilibre infligées par le sophisme du procédé,des sortes de passes droits où on avait plus qu’à dire merci si on se faisait avoir,ou des antidémocraties sans merci.

StillCap0025

Le meilleur moyen pour qu’il y ait moins d’avortement est de redéfinir et de rendre publique le contrat social et le contrat moral qui doit régir une société fondée sur le respect et la prise de conscience de la chance d’avoir le miracle de participer au fait d’être en vie ,qui donne une valeur à la vie.

Parfois les touristes,si habitué dans leur vie à se rendre d’un point à un autre,avide du stress,oublient de regarder le paysage,les belles maisons en couleur de la ville de Nice,les petits détails .

Il manque de douceur,et aussi de lenteur,de précaution.

StillCap0023

Comment autrement qu’en révélant le débat à ce point ,par le grand bruit de l’interdiction du concert aux Francofolies…Sinon,c’est la porte ouverte,à la pratique de ces langages dans le monde commun,dans le social,miné par la démesure,l’hybris,c’est dans le cas d’un équilibre que peut se repérer un principe universel et permanent régissant l’ordre du monde:le Logos.Ce dernier est le discours vrai,le verbe,la raison universelle,seule loi fondamentale qui assure sa continuité à un monde qui vit et meurt continuellement.
Sinon ,au lieu de l’application d’un principe de droit,et non pas une censure,c’est la sensure inverse ,la complaisance avec ce qui rend coupable de l’infériorisation ,du téléguidage,du cassage de la brutalité,retirant le droit,non pas comme l’a sous entendu un festivalier,en mémoire d’une époque de nazisme,mais en corrélation avec tous les procédés qui se rejoignent dans toutes les époques,où les femmes se sont faite battres ou diminuer,exploitées,rabaissées,négationnées de leurs droits,comme celui de voter, niant leurs facultés intélléctuelles,et le besoin de vivre à une autre époque ,celle de la résponsabilité,de la conscience de l’humanisme réspectueux des femmes,contre ce qui donne l’accès à ce qu’on sait tous ,qu’un monde qui ne connaît pas de limites ,qui joue avec l’amoralité est comme une science sans conscience,une arme nucléaire,
surtout en ce moment où on entend le témoignage de jeune femme de banlieue,la copine de celle qui a amené Alimi dans le guêt-apens,qui dit qu’elle n’avait même pas conscience que c’était pour nuire,que des filles seraient entraînées comme elle à cause de ce qu’on leur apprend comme raisonnement,à ne pas comprendre ce qui draîne ce qui est grâve.
Qu’est ce qu’on fairait dans une société où on généraliserait les langages qui conduisent les coupables à être insouciants,à ne pas avoir conscience de la gravité de ce qu’ils avaient fait,
alors qu’il faut prendre conscience qu’aprés l’ésclavage,le génocide,la réduction des femmes est le plus grand problême de l’histoire,et que c’est dans le sens de l’humanité donnant le droit aux femmes que va le sens du blocage du « droit au non-droit »,et ce que peut servir les dérives de ce que vous appellez la liberté d’expréssion ,est ailleurs que dans la seule ambiance enthousiaste momentanée des Francofolies de la Rochelle!!Ce radicalisme à la Robespierre de vocable d’enfant gaté du rap,peut à la rigueur servir une cause momentanée,ou des intérêts personnels,mais dont les articulations,les concepts plus proches de l’apologie à chaque fois qu’on fait l’exaltation de la brutalité sans que cela vante une justice ou le sens du droit commun,comme le conflit Héraclitien,que de l’opération logique de l’opéra,ou du film historique,sont contre une cause beaucoup plus importante,fondamentale.
Et qu’on ne me dise pas que l’Ump trouve cela vraiment démesuré,alors que le flash -ball éstropie ,un caméraman,des étudiants,qui ne font pas parti des voyous méchants.Mais des fois,comme pour le discours en Afrique,où pour croire que c’est dans un ésprit post-colonialiste,on en rajouterait dans ce sens ,en exagérant le machisme qui s’amuse de l’infériorisation de la femme,alors que si on veut bien les regarder dans le bon sens,elles sont insérables dans les paroles d’Obama qui dirait un peu que les hommes africains,sont crédibles s’ils cessent avec le détournement de l’argent,dans la négociation qu’est la démocratie et non par la récupération de l’économie pour l’enrichissement personnel,mais qui délaissent ce qui peut être utilisé à bon escient, dans un nouveau langage de ce que seraient des propres intérêts,c’est à dire ce que contient comme notion d’égalité,dans la résolution des conflits,la priorité de la santé,par l’organisation de l’économie,la justice,le droit,pour que les pays s’engagent comme partenaires associés pour construire la Démocratie et la liberté .
Ce qui est lié diréctement avec ce que l’on ne peut plus supporter ,ce que le monde doit changer, »aucun pays ne voudrait investir dans ces fonctionnements »,ainsi,ce n’est pas la sensure comme trop rapidement certains le voient,mais le refus de la complaisance ,un leader ship moral, dans une société qui n’arrive plus à se dégager de ses gros soucis,et qui ne doit pas en arriver à une déstructuration où l’on ne pourrait plus rien y faire.Lutter contre ce qui ne semble pas aussi visible qu’un danger comme celui mettant des armes dans les mains des enfants,mais qui ne permet pas à la société de pouvoir être insouciante,en effet,comment supporter ,c’est bien le mot,une société sans contrat social,sans principes?Ce serait l’enjeu capable ,par la manière de se réspecter à part entière entre hommes ,et entre hommes et femmes humains,d’harmoniser le régime capitaliste avec la vraie richesse.Où nous ne serions pas contraint de se dire que c’est antinomique donc que nous serions obligé de l’accépter comme créant des victimes,ne pouvant s’empêcher d’être injuste et dans l’impossibilité de ne pas faire de syllogismes,comme si la logique était trop complexe,alors que nous aurions laissé se faire des erreurs ,qui est le temps où le sarcasme,le tirraillement,la précipitation dans le tourment se crée ,
Du mépris des femmes ,
à leur séquéstration,
les talibans

Du quotidien inconfortable,
aux archaïsmes ,
l’extrémisme qui tue l’ésprit critique,où on ne peut pas faire de rapprochements trop faciles pour parler de ce qui limiterait la liberté,mais on pourrait faire le rapprochement avec ce qui retire à la liberté sa valeur,si ce n’est que la nature humaine soit bonne,elle est l’éspoir,au delà dune réfléxion menant à la régulation des éspèces par l’idée qu’un homme serait au delà de la nature dans un ordre s’y rapportant ,même en dehors du cycle de la prédation ,mais par l’idée d’un ordre humain élévé ,car n’oublions la catharsis,la portée de la musique ,en la félicitant d’être si thérapeutique quand il s’agit de Mori Kanté par exemple,oû l’on guérit pendant le concert ,où l’on est dans l’inverse à tomber dans la contradiction violente,au lieu de la contradiction de la discution,ce qui est précisé par Fadela Amara,qui voudrait qu’une discution soit faite autour du fait de pouvoir exprimer tout en restant dans un câdre qui réspecte les personnes,dans ce qui est souvent autour de la dénonciation pour les rappeurs,de la revendication ,alors que les choses peuvent être dites intelligement,alors que certaines paroles,crues,misogines,violentes,semblent inconscientes du fait qu’une femme meurt tous les deux jours.
Immature de détruire l’éspoir d’un monde meilleur.StillCap0023