j’aurais dit plutôt:
Dans les époques où nous vivons nul n’est besoin d’en rajouter plus qu’à la nature qui nous donne assez d’occasions naturelles d’avoir les souffrances sans en plus en rajouter plus avec les réthoriques politiques qui en dehors des idéos qui doivent conduire {le train de}la société.Pas les clivage mais le sens d’une idéologie,pour donner un sens à la politique.
Comme je l’ai dit à la dédicace du forum du théâtre ,lieu où on garde une distance,on se tait et on regarde,où on écoute et on semble s’entendre soi-même,les époques ont assez vécues de troubles et d’obscur pour qu’en plus on se perde dans ce qui peut ne pas apporter le bonheur,soit par la causalité de la théorécie, de l’organisation politique au bien public,qu’on cite souvent sans vouloir vraiment l’honorer,par des concepts politiques qui se fichent du bien commun de la société,en n’éssayant pas d’inverser ce qui est la nature actuelle du capitalisme financier,qui doit être ramené bien à l’écart de la barbarie par le soin,la précaution pour le bien commun,du privé du fond de l’individu,de la famille,au bien commun et publique.

Pourquoi y a t-il autant d’exemples?Tous,ont protésté,toutes les catégories de la société.
Parceque le changement dans une entreprise est porteuse de créativité,normalement,c’est pourquoi les hommes qui représentaient ce qui est la droite aujourd’hui étaient apparu?
Pourquoi,parcequ’ils ont des techniques,ils sont en place ici depuis soixante ans;ils ont pris le fil ,et n’ont pas démordu,dans l’ésprit »positiviste »?une continuité.
Quelle place a le psychique?C’est presque le sujet de tout mon quéstionnement.Un ordre organisé,en voie vers une métaphysique,qui cherche l’être sensible dans la religion de l’humanité,qui est un grand corps avec lequel on doit renouer,aprés avoir quitté la phase naturelle,de l’enfance,ou du premier état dit théologique,au cours duquel l’homme se contente d’expliquer les phénomènes en faisant intervenir l’action arbitraite du surnaturel.Auguste comte ,fondateur de la sociologie .L’ésprit humain,reconnaissant l’imposibilité d’obtenir des notions absolues,renonce à rechercher l’origine et la déstination de l’univers et à connaître les causes intimes des phénomènes,pour s’attacher uniquement à découvrir,par l’usage bien combiné du raisonnement et de l’observation,leur loi effectives,c’est à dire leur loi invariable de succession et de similitude.On y vérrait pas la méchanceté gratuite,ça ne fairait pas souffrir de renflouer les banques,sortir de crise,une croissance,recommencer,une religion,une philosophie,un pragmatisme invisible à ceux qui sont agriculteurs,aides,personnel soignant,médicaux,petites,moyennes,grandes,universités étudiantes,chomeurs,fabriquants,usiniers,maîtres d’oeuvres,maîtres à penser,cérveaux,dirigeants,culturels,de télé,de théâtre,fonctionnaires,employés,les enseignants,les journeaux,les postes,frontières,les gardiens de prisons,les bureaucrates,les diplomates,les douaniers,les aspirants,aux ordres bienfaisants,les gens de citées,les coreaux de mer,les portions d’autoroutes et leurs éléments,les caissières,les poêtes,les rêveries du promeneur solitaires,les pingouins de banquise,les repas bios,qui attendent sans pésticides,les culottes divines en brôderie à la main,les couturières,les retoucheuses,les graveurs,sculpteurs de belles architectures,les acteurs,les paysagistes,les opérateurs à France.T,les secrétaires avec une corporation de bon bureaucrates,c’est la folie des hommes,les bariles de pétrôle dans le fond des mers,nos petits univers,on en a de la chance,et de la déroute,de l’angoisse,l’apprentissage du tri séléctif,les plages gardées,la déforéstation,les dégazages en mer,les énormes immenses moyens pour les plattes formes pétrolifères,et tant de problème pour faire des centres de dégazages,de décharges propres,saines de recyclage,des énérgies renouvellables,des matériaux ,les scientifiques,les délocalisateurs,les remaniements,les départs sans remplacement;

moi ce que j’aime c’est manger des pâtisseries.Celui qui fait des pâtisseries,son idée,sa seule idée,c’est de faire des pâtisseries et d’être dans son univers,le mieux possible,que rien ne vienne dans son univers ,ne dérange sa vision de l’univers le mieux possible.Il n’est pas agréable quand on a des fous du Nucléaire,des colonies,des non droits au pays du Bouddha,comme si en plus de Dieu la bas,il n’y aurait pas non plus l’existence de l’être.On a tellement vocation à aimer le monde,l’univers,qu’il est insuportable de le voir à nos yeux,s’échouer dans les impasses,comme un enregistrement répétitif décourageant.

La raison est de ne pas plier devant nos propres intérêts,nos propres vices.C’est de faire quelquechose parce que vous savez que c’est bien,même si ça ne vous rapporte rien ou que personne ne le saura jamais,ou de ne pas céder à son propre chantâge,à sa préssion,de décider le bien sans qu’on vous l’ait demandé.De récompenser par bonté pour Dieu,parcequ’au dessus de tout,il y a la raison,comme une vision,un but ultime,un métalangage,une visualisation de l’objéctif de raison,que rien ne doit empêcher,pas même soi-même,c’est ce qu’on fait Gandhi,Jésus,Buddhâ,Moïse,Noë,la raison,c’est la raison d’être,la vérité,comme ce qu’on peut voir en se plaçant au dessus de la planète,du champs du réél,pour la voir et la dire,comme en évidences,comme de Droit Divin.

Le capitalisme financier est une masse superpuissante qui fonctionne d’une cértain manière,peu enclin à s’occuper du bien commun,et des droits,par le peu de scrupules provoqué par le profit.
Les Nations doivent tout faire pour ne pas fonctionner de la même manière,plutôt agir, dans ce qui n’était au départ qu’une proportion mais qui s’est généralisé,créant la maladie,les troubles que l’on sait.Mais il y a une quantité de nuances;l’éthique,la théorécie d’Aristote.

Tous les spirituels et les plus grands penseurs ont accordé à la nature une importance capitale comme nous le précise Emerson.Pour lui Dieu est partout.Il emprunte à l’Orient la figure de Brahma,pour personnifier la divinité.
To Annie, adréssée à l’amante vivante par l’amant au tombeau,contient ce cri déchirant: »Ah!enfin est vaincue la fiève déchirante qu’est la vie! » Poe ,qui donne une note nouvelle,un fini parfait,en retouchant constament ses poêmes,par l’immatérialité de sa vision,le pathétique joint à la beauté ,la force d’évocation des symbôles et le charme caressant des rythmes et des sons.

Dans mon village,il y avait une Britanique,qui aimait beaucoup le rose.Un jour ,elle a peint la maison qu’elle avait achetée en rose.Le rose se détachait beaucoup,c’est vrai,du payage,ça avait fait une véritable polémique,un vrai chambard.Le style britannic Normand,de superbes demeures possédaient souvent des affinements qui ,des balustrades,des finesses,des dessous de goutières,des poinçons,des colombines,des tourrelles,des raffinements,contenaient des morceaux de faïence imaginaires ,ou de discrêtes inclusions de pièces de couleur qui donnaient un grand charme à l’ensemble,qui ne manquait pas d’éspèces d’arbres joviaux,dont les rouges des écorces ou la variété des tons se méllaient à celles des murs relevés d’oranges,de jaunes,d’ocres,de pourpres,de violets,de roses.Il en étaient même d’exotiques.
Moi,j’imaginais,ou plutôt je voyais des maisons vertes,bleues,oranges,jaunes,rouges,aux nuances qui par les contrastes des volets aux couleurs complémentaires,donnaient le charme;pastel,ou contrasté,de ce que recherchait peut être l’Anglaise qui s’appellait d’un prénom délicieux,Rose.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :